Gwangju

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gwangju
Image illustrative de l'article Gwangju
Noms
Nom Hangeul 광주
Nom Hanja 光州
Nom Romanisation révisée Gwangju
Nom McCune-Reischauer Kwangju
Administration
Pays Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud
Statut Ville métropolitaine
ISO 3166-2 KR-29
Démographie
Population 1 439 031 hab. (2009)
Densité 2 870 hab./km2
Géographie
Coordonnées 35° 10′ N 126° 55′ E / 35.17, 126.91735° 10′ Nord 126° 55′ Est / 35.17, 126.917  
Superficie 50 136 ha = 501,36 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Corée du Sud

Voir la carte administrative de Corée du Sud
Gwangju

Géolocalisation sur la carte : Corée du Sud

Voir la carte topographique de Corée du Sud
Gwangju

Gwangju (ou Kwangju) est une ville de Corée du Sud, ancienne capitale de la province du Jeolla du Sud. En 2003, elle comptait 1 400 000 habitants.

Histoire[modifier | modifier le code]

La ville a été fondée vers 57 avant JC, et a toujours été un carrefour commercial. Ce fut l'un des centres administratifs de Baekje pendant la période des Trois royaumes.

Le 18 mai 1980, la ville est témoin d'un massacre lorsque l'armée ouvre le feu sur des manifestants réclamant la démocratie en Corée du Sud. C'est le mouvement pour la démocratie de Gwangju.

En 1986, Gwangju est détachée de la province du Jeolla du Sud et devient une ville métropolitaine. Elle reste cependant capitale provinciale jusqu´en 2007, date à laquelle le siège du gouvernement provincial a été transféré dans la banlieue de Mokpo.

Industrialisation[modifier | modifier le code]

L'industrialisation démarra avec la construction de la ligne de chemin de fer (Jeolla line) vers Séoul. Les industries principales étant le textile (coton), les moulins pour le riz et les brasseries. En 1967, la construction d'une zone industrielle donna un nouvel essor à l'industrie, spécialement autour du secteur automobile.

En 1929, pendant l'occupation japonaise, une confrontation entre étudiants coréens et japonais dans la ville provoqua des manifestations régionales, qui culminèrent en une des plus importantes rébellions de toute la Corée contre la tutelle japonaise.

Massacre[modifier | modifier le code]

Stèle aux martyrs de Kwangju (détail)

En mai 1980, des manifestations contre le régime militaire récemment instauré de Chun Doo-hwan eurent lieu à Gwangju. Interdites par l'armée, elles furent réprimées, avec des interventions des troupes d'élite des forces spéciales. Selon la plupart des commentateurs, cette répression fut d'une grande brutalité, jusqu'à des tirs d'armes automatiques sur une foule désarmée. Certains commentateurs affirment que les États-Unis sont en partie responsables de ces massacres, à cause de leur soutien tacite au régime de Chun Doo-hwan. Gwangju est quelquefois appelée "le mémorial de la démocratie coréenne" à cause de ces faits, connus aujourd'hui comme le massacre de Gwangju. Après le retour à un gouvernement civil démocratique, un cimetière national honorant les victimes de ces événements fut créé. (voir l'article détaillé sur le soulèvement de Gwangju)
Ces événements servent de toile de fond au roman Le vieux jardin de l'écrivain Hwang Sok-yong.

Divisions administratives[modifier | modifier le code]

Gwangju est divisé en cinq arrondissements (gu).

Name Hangul Hanja
Buk-gu 북구 北區
Dong-gu 동구 東區
Gwangsan-gu 광산구 光山區
Nam-gu 남구 南區
Seo-gu 서구 西區

Culture[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Personnalités liées[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :