Typologie des langues

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

La typologie des langues est une méthode de classification des langues en fonction de plusieurs critères grammaticaux et linguistiques et non en fonction de leurs familles génétiques. Par ailleurs, s'il existe quelque 5 000 langues parlées dans le monde, on ne peut distinguer 5 000 systèmes différents. Il existe des schémas communs à des langues X ou Y qui n'ont pourtant pas de liens génétiques ni historiques. C'est l'observation de ces schémas qui permet d'établir une typologie.

Existence de critères de classification des langues[modifier | modifier le code]

Il existe plusieurs jeux de critères permettant de classer ainsi les langues[1]. Les types de langues ne sont pas fermés et ne s'excluent pas les uns les autres : dire d'une langue qu'elle est du type flexionnel ne signifie pas qu'elle n'appartient qu'à ce type ; telle langue peut être tout autant très synthétique, un peu flexionnelle et parfois isolante. Ainsi le français a un ordre des mots isolant et une flexion (souvent compliquée) des verbes...

Classement morphologique[modifier | modifier le code]

L'utilisation ou non de classificateurs[modifier | modifier le code]

L'utilisation de l'ergatif ou de l'accusatif[modifier | modifier le code]

L'ordre des fonctions syntaxiques (Sujet Verbe Objet, SOV, VSO, VOS, OSV ou OVS)[modifier | modifier le code]

  • Le type VSO (SO V1), unidirectionnel, représente 15 % des langues connues: sémitiques et celtiques entre autres.
  • Le type SVO (SO V2) représente lui 36 % des langues connues (romanes, slaves, germaniques, mon-khmères entre autres).
  • Le type SOV (SO V3), également unidirectionnel mais de sens inverse, représente 39 % des langues du globe telles le turc, le japonais, l'hindi et de nombreuses langues amérindiennes et océaniennes.
  • Le type OSV n'est attesté que dans 10 % des langues, de même que les types OVS et VOS (cas du malgache, des langues de Polynésie et de Mélanésie notamment).

Ensemble, les types SO représentent donc 90 % des langues connues, ce que Joseph Greenberg présente comme le premier des universaux linguistiques.

D'après Claude Hagège, dans L'homme de parole : « cette forte inégalité de répartition entre SOV et OSV laisse supposer que le naturel de type conceptuel, en vertu duquel l'agent, moteur de l'action, est envisagé et nommé le premier, l'emporte sur le naturel de type spatial, par l'effet duquel le patient affecté peut, surtout lorsque l'action comporte un mouvement, être aperçu, comme dans l'espace visuel du sourd, avant l'agent. De fait, les trois séquences minoritaires, OSV, OVS et VOS, présentent toutes trois une succession O + S, médiate ou immédiate, et non S + O. »[2].

La présence ou non de propositions subordonnées relatives[modifier | modifier le code]

Statut de langue[modifier | modifier le code]

Le type d'utilisation qu'en font les locuteurs en tant qu'elle joue sur la structure même de la langue (langue véhiculaire, vernaculaire, liturgique, koinè, créole, sabir, pidgin, etc.)

Classement phonétique et phonologique[modifier | modifier le code]

Nombre de phonèmes, le jeu de phonèmes employé et leurs combinaisons permises.

Existence de phénomènes linguistiques universels[modifier | modifier le code]

En effet, malgré l'apparente diversité des langues, on constate l'existence de traits ou phénomènes concrets de linguistique communs à toutes les langues du monde, ce qu'on appelle les universaux, qui ont été recensés et organisés par Greenberg en 1963 (Greenberg J., Universals of Language). Ainsi, toutes les langues possèdent des éléments permettant de désigner le locuteur, l'interlocuteur et le monde de référence (en français, les pronoms fondamentaux je/tu/il) : ce sont des universaux fonctionnels. Toutes les langues connaissent des éléments linguistiques permettant de distinguer l'assertion de l'interrogation ou de l'ordre (éléments intrinsèques aux fonctionnalités du langage). On trouve également partout les concepts de négation ou de modalisation.

Notes[modifier | modifier le code]

  1. http://www.tlfq.ulaval.ca/axl/monde/origine-langues.htm
  2. Claude Hagège, L'homme de parole, p. 229-230

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) Language Typology and Syntactic Description, sous la dir. de Timothy Shopen, Cambridge University Press, 2007 (2e éd.), 3 volumes :