Bobbejaan Schoepen

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Bobbejaan Schoepen (Bobby Jaan ou Bobby Jean)

Description de cette image, également commentée ci-après

Bobbejaan dans le film L'Ordonnans, 1962.

Informations générales
Nom de naissance Modest Schoepen
Naissance 16 mai 1925
Boom
Décès 17 mai 2010
Turnhout
Activité principale auteur-compositeur-interprète, acteur et directeur
Genre musical Twang, musique folk, country, cabaret, pop, chanson française
Instruments guitare, harmonica, ukulélé
Années actives 1935 - 2010
Labels Decca Records, Sony BMG, EMI, PIAS, Bobbejaan Records
Site officiel www.bobbejaan.be

Bobbejaan Schoepen (né Modest-Hyppoliet-Johanna Schoepen le 16 mai 1925 à Boom et mort le 17 mai 2010 à Turnhout) est un chanteur-guitariste belge. Il a également été amuseur, parodiste, acteur, fantaisiste et connu pour ses talents de siffleur accompli et virtuose. Il est le fondateur et l'ancien directeur du parc d'attractions Bobbejaanland.

Bobbejaan Schoepen est un pionnier de la variété belge et de la musique pop. D'abord parce qu'il a été le premier chanteur belge à percer au niveau international, mais aussi parce qu'il a été le premier qui a fait usage d'un équipement moderne, d'un bus de tournée et du sponsoring artistique. C'est lui encore qui a introduit les premières productions de country européennes en Belgique, aux Pays-Bas, en France, en Allemagne et en Autriche[1],[2].

Historique[modifier | modifier le code]

Il débute en 1943 avec un mémorable concert à l'Ancienne Belgique anversoise. Devant une salle pleine à craquer, il chante la chanson Sud-africaine "Non maman. Un Allemand, j'n'en veux pas. Le Schweinefleisch, j'n'aime pas ça". Il sera emmené par les nazis et l'Ancienne Belgique sera fermée pendant trois semaines.

Bobbejaan dans Grand Ole Opry, 1953

Schoepen est un chanteur et un guitariste de formation classique, un artiste polyvalent qu'il est difficile de ranger dans un seul tiroir. Il est présenté comme un chanteur populaire au style musical très large et comme amuseur-fantaisiste maîtrisant l'art de l'autodérision (son nom d'artiste vient de la chanson Sud-africaine "Bobbejaan klim die berg" (Bobbejaan, cette montagne, montes-y). Son répertoire, parfois excentrique, de plus de 600 morceaux, lui a valu la vente de 5 millions de disques : on y trouve de la variété, de la musique instrumentale de film, de la chanson, de la country, et même de la musique populaire carrément fofolle. Quelques-uns de ses plus grands succès sont "Cheveux gris" et "Café sans export", parodies dans le genre country. En France, Richard Anthony a obtenu un franc succès avec Je me suis souvent demandé. En 1965 à Paris, ce morceau valut à Schoepen une distinction artistique en tant que compositeur.

Il a fait des tournées dans une vingtaine de pays, avec entre autres, Joséphine Baker, Toots Thielemans, Caterina Valente et Jacques Brel, qui en 1955 a organisé son avant-programme à l'Ancienne Belgique de Bruxelles. En 1957 il a représenté la Belgique lors du deuxième Concours Eurovision de la chanson et a participé au bal de Gala de la Reine-Mère anglaise. Il est probablement aussi le seul Européen (si l'on excepte les britanniques) qui ait joué au Grand Ole Opry à Nashville, la Mecque de la musique country.

Bobbejaan Schoepen et Jacques Brel en 1955 à l'Ancienne Belgique

Bobbejaan Schoepen ne craignait pas les expériences un peu en marge : il a joué dans 5 films, il a enregistré des disques avec le manager Steve Sholes pour le RCA à New York, il a voyagé avec son propre show présenté sous un chapiteau de cirque et a, par la suite, fait construire sa propre salle de théâtre. Il a également fondé et dirigé un parc d'attractions qui aura une renommée internationale, Bobbejaanland. Cette œuvre de toute une vie a commencé lorsque Schoepen, après 15 ans de tournée, chercha, en 1959, un endroit où se fixer. Le parc est peu à peu devenu un pôle d'attraction touristique au Benelux ainsi qu'aux frontières de la France et de l'Allemagne.

Il a également connu le creux de la vague. Par deux fois il s'est retrouvé en prison en temps de guerre. À la suite d'une intervention chirurgicale, il a perdu sa capacité virtuose à siffler. Il y a peu de temps, il a souffert d'un cancer des intestins, ce qui lui a donné l'envie de revenir à ses premières amours, la musique. Le parc Bobbejaanland a été vendu en 2004 à un groupe espagnol de parcs d'attractions.

En 2005, il est brièvement apparu sur scène à quatre reprises, sans que ce soit prévu, à l'occasion du festival littéraire de Saint-Amour.

En mai 2008, après 35 ans, il a sorti un nouveau CD avec des artistes invités comme Axelle Red, Nathalie Delcroix (Laïs), Daan, et la chanteuse d'Hooverphonic, Geike Arnaert.

Juillet 2008, Bobbejaan Schoepen a été intronisé au Whistlers Hall of Fame, considéré comme le panthéon des chanteurs-siffleurs. Le prix est attribué par l'International Whistlers Convention (IWC), en Caroline du Nord, aux États-Unis. Le Belge est le premier Européen qui rejoint ainsi des artistes aussi connus que le crooner américain Bing Crosby[3].

Citations[modifier | modifier le code]

  • Je n’ai pas été un enfant prodige. Lorsque je repense à mes années d’enfance, je n’y retrouve aucun signe avant-coureur de mes futurs succès. La seule matière dans laquelle j’étais vraiment brillant n’apparaît dans aucun programme scolaire : siffler (HUMO 1964) »
  • Bobbejaan Schoepen est un vrai pro qui, avec sa country un peu jazzy, avec sa voix profonde et angélique, avec son humour populaire un peu excentrique, est parvenu à se faire sa marque commerciale, qu’il a ensuite réussi à transformer en un parc d’attractions. (Dead Man Ray, 1999)
  • Le bonheur, c’est le moment où on ne souffre pas (HUMO 2005)

Distinctions et nominations de Bobbejaan Schoepen[modifier | modifier le code]

  • Titre honorifique pour courage et sens du sacrifice lors du soutien musical des combattants néerlandais au front d’Indonésie, décerné par le Général Bay, commandant en chef des troupes néerlandaises au Java oriental, 1949.
  • "Grand Prix du Gramophone" pour le meilleur chanteur de Flandre (NIR et Studio Gent, 15 mars 1955).
  • Éducation Artistique, diplôme de Croix d’Honneur de Chevalier. Décerné le 30 juin 1965 par l’“Académie Nationale Artistique Littéraire et Scientifique, Paris” (no 5177).
  • Disque de platine pour 30 ans de tubes flamands, Telstar 1978.
  • 25 disques d’or.
  • Chevalier de l’Ordre de la Couronne, 9 avril 1986, décerné par le ministère de la Communauté Flamande.
  • Médaille de la SABAM - Promotion artistique belge, 19 janvier 1993 et 26 septembre 1995.
  • Titre d’Officier de l’Ordre de Léopold II, 26 septembre 1995, décerné par le ministère de la Communauté Flamande.
  • Place d'Honneur - Radio 2 Eregalerij et SABAM, 2000.
  • "Cheveux gris" (nomination Radio 2 et SABAM ("Eregalerij", novembre 2000).
  • "Lichtjes van de Schelde" (nomination Radio 2 et SABAM ("Eregalerij", novembre 2005).
  • "Lichtjes van de Schelde" — place d'Honneur Radio 2 et SABAM ("Eregalerij", novembre 2006).
  • "Lifetime Achievement Award", ZAMU Award 2006 (Ancienne Belgique, Bruxelles, 13 février 2007).
  • "Whistlers Hall of Fame" - Award — International Whistlers Convention, Caroline du Nord, États-Unis

Managers[modifier | modifier le code]

  • Europe : Jacques Kluger
  • Danemark et Islande : Syd Fox
  • États-Unis : Steve Sholes

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. "Bobbejaan Schoepen, een Vlaams entertainer" — Histories documentaire, 4 januari 2001 (Canvas)
  2. http://www.bobbejaan.be/index.php?pagina=media&mode=beschrijving&id=210
  3. http://www.bobbejaan.be/index.php?pagina=media&mode=beschrijving&id=211 Bobbejaan Schoepen parmi les plus grands chanteurs-siffleurs au monde (Belga)

Sources[modifier | modifier le code]

  • Bobbejaan Schoepen (Johan Roggen, Uitgeverij het Volk, 1980)
  • De Vlaamse kleinkunstbeweging na de Tweede Wereldoorlog - Een historisch overzicht (Peter Notte, Universiteit Gent 1992)
  • Bobbejaan Schoepen — Histories documentaire, 4 januari 2001 (Canvas)
  • Bobbejaan Schoepen — Het Belgisch Pop & Rock Archief (Dirk Houbrechts en Muziekcentrum Vlaanderen, 2001)
  • Brel Le flamand — Histories documentaire, 2003 (Canvas)
  • Biographie officielle de Bobbejaan Schoepen — Tom Schoepen, Volskundige kroniek.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :