Bibliothèque Laurentienne

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

43° 46′ 27.88″ N 11° 15′ 13.16″ E / 43.7744111, 11.2536556 ()

Salle de lecture de la bibliothèque Laurentienne.

La bibliothèque Laurentienne (Biblioteca Medicea Laurenziana en italien) est une bibliothèque publique d'État située dans l'enceinte du monastère San Lorenzo à Florence.

Histoire[modifier | modifier le code]

Son nom évoque Laurent le Magnifique qui en augmenta le fond après sa création par Cosme l’Ancien qui voulait y concentrer, en un seul bâtiment, les productions de la pensée humaine. Elle trouve son origine dans la collection privée des Médicis, par opposition à la bibliothèque Médicis publique, née du don de Niccolo Niccoli et ouverte au XVe siècle dans le couvent San Marco sous la responsabilité de Cosme l'Ancien. La bibliothèque Médicis privée fut ouverte au public en 1571 dans une salle spécialement conçue par Michel-Ange assisté par Ammannati et Giovanni Battista del Tasso. Dans le dépôt d'environ onze mille manuscrits, on y trouve des manuscrits de Virgile du Ve siècle, un Horace annoté par Pétrarque, le livre d'heures de Laurent le Magnifique, des autographes de Léonard de Vinci, le Codex Amiatinus, le Codex de Florence, le Codex Squarcialupi, etc.

Le chanoine Bandini, qui en fut le conservateur, écrivit un Catalogue des manuscrits de la bibliothèque Laurentienne, en 1764.

Contenu[modifier | modifier le code]

Cette bibliothèque possède aujourd'hui environ 11 000 livres manuscrits (plus 150 caisses de documents manuscrits non reliés), 2 500 papyri d'origine égyptienne, 43 ostraca, 566 incunables, 1 681 livres imprimés du XVIe siècle, 126 527 livres imprimés après 1600, des périodiques de 592 titres.

Le noyau de la bibliothèque, ce sont les 3 000 manuscrits qui s'y trouvaient déjà au moment de l'ouverture au public en 1571 et qui sont rangés dans les « plutei » (« étagères ») d'origine (Cosme l'Ancien possédait 63 livres en 1417 et 150 à sa mort en 1464). Au XVIIIe siècle, le fonds fut enrichi par le transfert par l'empereur François Ier (qui échangea en 1737 son titre de duc de Lorraine contre celui de grand-duc de Toscane) de la bibliothèque des ducs de Lorraine qui se trouvait à Lunéville : c'est le fondo Mediceo Palatino Lorenese. Entre 1755 et 1789, s'y ajoutèrent (par acquisition ou transfert) plusieurs bibliothèques privées (de grandes familles florentines) et ecclésiastiques (comme la Biblioteca del Duomo, transférée en 1778 et formant la section des Edili, mot désignant les responsables de l'Opera del Duomo). En 1809, après la suppression momentanée des ordres religieux, s'ajouta notamment la bibliothèque du couvent San Marco. Il y a aussi, entre autres, le « fonds Ashburnham », une collection de 2 000 manuscrits ayant appartenu au mathématicien et bibliophile Guglielmo Libri (1809-1869), qui la vendit en 1847 à un Anglais, le 4e comte d'Ashburnham (1797-1878) ; à la mort de ce dernier, elle fut rachetée par le gouvernement italien.

Actualités[modifier | modifier le code]

Des expositions temporaires y ont lieu :

  • en 2012 : Magnifici tre, consacrée aux trois livres-joyaux (des livres d'heures) commandés par Laurent le magnifique pour ses filles.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  •  La Biblioteca Medicea-Laurenziana nel secolo della sua apertura al pubblico, 11 giugno 1571, Firenze : L.S. Olschki, 1971.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Manuscrits[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :