Michelozzo

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Michelozzo Michelozzi

Description de cette image, également commentée ci-après

Palazzo Medici Riccardi

Nom de naissance Michelozzo di Bartolommeo Michelozzi
Naissance 1396
Florence,Drapeau de l'Italie Italie
Décès 1472
Activités architecte, sculpteur
Mécènes Cosme de Médicis (dit Cosme l'Ancien)

Œuvres réputées

Cloître et bibliothèque du couvent San Marco; Palazzo Medici-Riccardi; Fortifications de la cité de Dubrovnik

Michelozzo Michelozzi (Florence 1396 - 1472) (de son vrai nom Michelozzo di Bartolommeo Michelozzi), est un architecte et sculpteur italien de la Renaissance.

Biographie[modifier | modifier le code]

Illustre architecte et sculpteur florentin, Michelozzo étudia le dessin et la sculpture auprès de Lorenzo Ghiberti[1] puis, à partir des années 1420, collabora avec Donatello, dont il partageait l'atelier (jusqu'en 1433), et avec qui il réalisa, entre autres œuvres, le tombeau du pape Jean XXIII (il sculpta notamment la statue de la Foi) et la chaire extérieure du Sacro Cingolo de la cathédrale de Prato (1433).

Il étudia l’architecture sous Brunelleschi qui le présenta à Cosme de Médicis (dit l'Ancien).

Cosme l'Ancien lui offrira un champ d'action privilégié : l'édification de son propre palais et la restructuration du vieux couvent dominicain et de la bibliothèque du couvent San Marco (première bibliothèque publique d'Europe). L'élaboration du palais Médicis, en 1444, constitue encore aujourd'hui l'archétype du palais florentin, dans lequel il mêla étroitement le style gothique sobre florentin et les nouvelles tendances classiques, inspirées de l'Antiquité.

Après Brunelleschi, Michelozzi est ainsi considéré pour nombre d’experts comme « l’architecte de son temps le plus ingénieux dans l’art d’ordonner les distributions intérieures des palais, des couvents et des maisons »[réf. nécessaire].

En 1448, il construit la chapelle du crucifix de basilique San Miniato al Monte et le temple de marbre à l’antique de la Basilique della Santissima Annunziata qui, aujourd’hui encore, protège la fresque de l‘Annonciation, vénérée par les Florentins comme une image miraculeuse.

Vers 1450, il se voit confier avec Luca della Robbia la réalisation de studiolo, détruit en 1659[2].

Michelozzi est engagé, le 8 mai 1461, par la République de Raguse (Dubrovnik) afin de superviser les travaux de fortifications de la cité. Son apport se fait sentir surtout dans les casemates coniques et allongées de Minčeta, la principale tour défensive, qui sont considérées comme une innovation de Michelozzo, et précédent de vingt ans les casemates elliptiques réalisées à Rocca d’Ostie par Baccio Pontelli.

À la mort de Cosme, en 1464, Michelozzi, à la demande de son fils Pierre Ier de Médicis, dessina la chapelle de l’Annonciation.

Michelozzi mourut au faîte de sa gloire, et fut enterré dans l’église San Marco.

Descendance[modifier | modifier le code]

Son fils Niccolò (1447-1527) a été secrétaire de Laurent le Magnifique. Niccolò fut, en 1512, le successeur de Nicolas Machiavel comme secrétaire de la République florentine.

Un autre de ses fils, Bernardo Michelozzi, chanoine et humaniste a été le précepteur de Jean de Médicis, futur pape Léon X.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (it) « Michelozzo », sur Treccani.it
  2. Le studiolo de Pierre de Médicis se situait à l’intérieur du Palais Médicis, via Larga. Il fut détruit après que le palais a été cédé aux Riccardi.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Giorgio Vasari le cite et décrit sa biographie dans Le Vite : Page ?? - édition 1568 ;
  • Maria Carchio, Roberto Manescalchi, La scoperta di un Michelozzo inedito: una scala dimenticata nel convento dell’Annunziata, Firenze, Ananke n°43, settembre, 2004.