Arado Ar 231

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Arado Ar 231
Modèle réduit d'un Ar 231 montrant la configuration des ailes dépliées
Modèle réduit d'un Ar 231 montrant la configuration des ailes dépliées

Rôle Reconnaissance embarquée
Constructeur Drapeau : Allemagne Arado Flugzeugwerke
Équipage 1
Premier vol 1941
Dimensions
Longueur 7,81 m
Envergure 10,18 m
Hauteur 3,12 m
Aire alaire 15,2 m²
Masse et capacité d'emport
Max. à vide 0,833 t
Max. au décollage 1,05 t
Motorisation
Moteurs 1 Hirth HM 501
Puissance totale 112 kW
(160 ch)
Performances
Vitesse de croisière maximale 130 km/h
Vitesse maximale 170 km/h
Autonomie 500 km

L'Arado Ar 231 est un hydravion léger monoplace de reconnaissance de la Seconde Guerre mondiale destiné à être utilisé par les sous-marins allemands.

Un programme original et des solutions appropriées[modifier | modifier le code]

En 1940, un projet de la Kriegsmarine portait sur la réalisation d’un hydravion de reconnaissance embarqué sur les sous-marins de type XIB, selon une technique mise au point par Heinkel dans les années 1920 au profit du Japon. Les contraintes étaient nombreuses et de nature à décourager les ingénieurs : l’avion devait pouvoir être entreposé dans un cylindre de 2 mètres de diamètre, l’assemblage et le démontage devait être réalisé en deux minutes et l’ensemble des opérations de lancement ou de récupération ne devaient pas dépasser les six minutes compte tenu de la grande vulnérabilité d’un sous-marin en surface.

Arado Flugzeugbau présenta une réponse intéressante au challenge technique, avec un monoplan parasol dont les deux flotteurs venaient se loger le long du fuselage et les plans se repliaient au-dessus du fuselage, l’un au-dessus de l’autre, étant légèrement décalés en hauteur grâce à une section centrale de voilure inclinée. Cependant la faible hauteur de la dérive imposée par le cylindre hangar de 2 mètres de diamètre, mal compensée par une corde importante, puis des surfaces additionnelles coiffant le stabilisateur, donnait des qualités de vol médiocres.

Un expérimentation avortée[modifier | modifier le code]

Six prototypes furent construits en 1941, dont deux embarqués pour une campagne d’essais à bord du croiseur auxiliaire Stier. Les essais montrèrent qu’il était impossible de tenir l’air avec un vent supérieur à 20 nœuds, cet appareil se révélant fragile et sous motorisé. Le projet fut abandonné début 1942 au profit de l’autogire Focke-Achgelis Fa 330 Bachstelze.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (en) J.R. Smith et Antony L. Kay, German aircraft of the Second World War, Londres, Putnam,‎ 1972 (ISBN 0-8517-7836-4).

Liens externes[modifier | modifier le code]