Gabriel de Clieu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gabriel-Mathieu d'Erchigny de Clieu
Gabriel de Clieu prenant soin d'un plant de café sur le pont du bateau.
Gabriel de Clieu prenant soin d'un plant de café sur le pont du bateau.

Naissance 1687
à Dieppe
Décès 29 novembre 1774
à Paris
Origine Français
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Arme Pavillon de la marine royale française Marine royale française
Grade Capitaine de vaisseau
Autres fonctions Gouverneur de la Guadeloupe

Gabriel-Mathieu d'Erchigny de Clieu[1], né en 1687 à Dieppe dans la Haute-Normandie et mort le 29 novembre 1774 à Paris[1], ou né en 1678 et mort en 1775[2], capitaine d'infanterie, enseigne de vaisseau et gouverneur de la Guadeloupe, connu pour avoir importé le premier plant de café en Martinique, lequel a permis la propagation du café dans plusieurs îles des Antilles. Il a ainsi contribué à la culture du café.

Biographie[modifier | modifier le code]

Origines et jeunesse[modifier | modifier le code]

Gabriel de Clieu descend d'une famille noble originaire de Bretagne, implantée à Dieppe. Il est le cousin de Marthe Baudry (1661-1743), la femme de Jean-Baptiste du Casse et la grand-mère du futur duc d'Anville qui se distingueront tous deux dans la Marine du Roi[3].

Débuts dans la Marine royale[modifier | modifier le code]

Gabriel de Clieu entre jeune dans la Marine royale, au début de la guerre de Succession d'Espagne. Il a quinze ans, en 1702 ou 1703[3], lorsqu'il intègre la compagne de gardes de la Marine au Havre. L'année suivante, en 1703, il passe dans celle de Rochefort avant d'être promu enseigne de vaisseau en 1705[3].

Service en Martinique[modifier | modifier le code]

Capitaine en pied en 1717, il est fait chevalier de Saint-Louis en 1718[3], avant d'être promu capitaine d'infanterie de marine en 1720, puis envoyé à la colonie de Martinique, il embarque à Nantes en 1723.

En 1725, il est major à Marie-Galante[3]. La même année[4], à la faveur d'un cyclone qui avait détruit des plantations de cacao, le capitaine de Clieu transporte un plant de café, type arabica, qui provenait du Jardin des Plantes de Paris obtenus par M. de Chirac (médecin du Roi), en Martinique. Grâce aux graines, le café est répandu dans les Antilles, notamment en Guadeloupe où de Clieu a été gouverneur de 1737 à 1753[5].

Gabriel de Clieu, « Après avoir enrichi la Martinique de cette branche du commerce, mourut pauvre et ignoré à l'âge de quatre-vingt-dix-sept ans, en 1775 »[2]. Cette situation de dénuement est contestée par Louis Du Bois, dans sa notice sur le chevalier de Clieu[6].

En parallèle, il poursuit sa carrière dans la Marine royale et au sein de l'administration coloniale. Promu lieutenant de vaisseau en 1733, puis capitaine de vaisseau en 1746. Il est fait commandeur de Saint-Louis à titre honoraire en 1750[3]. Le 1er septembre 1752, il reçoit une pension de 1 800 livres sur le budget des Invalides et une pension de 3 000 livres sur le budget de la Marine[3]. Le 1er septembre 1753, il reçoit l'ordre de passer au Havre[3]. Il est nommé commandant de la Marine au Port Louis (1756). Lors du bombardement du Havre, en 1759, il se distingue dans le commandement des batteries flottantes qui lui sont confiées. Enfin, il est promu Grand-croix de l'ordre de Saint-Louis en 1774.

Gabriel de Clieu meurt à Paris, le 29 novembre 1774. Les Affiches de Normandie de décembre 1774 dressent un portrait flatteur de lui : « Il était aimé, respecté et estimé de tout ce qui le connaissait ; il fut le père des pauvres, surtout des familles nombreuses, mariant et dotant les filles indigentes des villages voisins de sa terre. Comme ses jours furent comptés par des bienfaits, il ne pouvait manquer d'être regretté de tous ceux qui le connaissaient ».

Commémoration[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Notice n° : FRBNF12545714 de la BnF
  2. a et b G.-E. Coubard d'Aulnay, Monographie du café : ou Manuel de l'amateur de café, ouvrage contenant la description et la culture du caféier, l'histoire du café, p. 41, Publié par Delaunay, 1832, 215 pages
  3. a, b, c, d, e, f, g et h Mazas 1860, p. 123
  4. Le voyage des plantes, Le jardin botanique de la marine, Musée Balaguier, ville de la Seyne-sur-mer, éditeur Gehess, 2008
  5. Son successeur, de 1753 à 1757 est Jean-Antoine Riqueti de Mirabeau
  6. Ibidem - Notice sur le chevalier de Clieu par Louis du Bois

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]