Économie du Belize

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Belize
Indicateurs économiques
Monnaie 1 dollar bélizéen (BZD $)
Année fiscale 1er avril - 31 mars
Organisations internationales CARICOM, OMC
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 1,383 Md
Produit intérieur brut en PPA 2,574 Md
Rang pour le PIB en PPA
Croissance du PIB 2,4 % (2008 est.)
PIB par habitant en PPA 8 500 US$ (2008 est.)
PIB par secteur agriculture : 29 %
industrie : 16,9 %
services : 54,1 %
Inflation (IPC) 4,5 %
Pop. sous le seuil de pauvreté 33,5 %(2002)http://donnees.banquemondiale.org/pays/belize
Indice de développement humain (IDH)
Population active 113 000
Population active par secteur agriculture : 19,5 %
industrie : 17,9 %
services : 61,9 % (2005)
Taux de chômage 8,5 % (2007)
Principales industries textile, alimentaire, tourisme, construction, pétrole
Commerce extérieur
Exportations 496 millions
Biens exportés sucre, banane, agrumes, habillement, poisson, mélasse, bois
Principaux clients US 28,7 %, UK 16,3 %, Thaïlande 5,8 %, Côte d'Ivoire 5,4 %, Finlande 4,2 %, Espagne 4 % (2007)
Importations 718 millions US$
Biens importés machines et équipements de transport, produits manufacturés ; pétrole, produits chimiques, pharmaceutiques ; aliments, boissons, tabac
Principaux fournisseurs US 31,2 %, Mexique 13,6 %, Cuba 8,5 %, Guatemala 8 %, Russie 4,6 % (2007)
Finances publiques
Dette publique
Dette extérieure 1,2 Md (Juin 2005 est.)
Recettes publiques 335,5 millions
Dépenses publiques 361,5 millions (2008 est.)
Déficit public
Aide au développement US pour la lutte contre le terrorisme, le trafic de stupéfiants et le blanchiment d’argent

L'économie du Belize dépend principalement des services, qui contribuent pour 60 % à son PIB, dont 16 % pour le tourisme. Le secteur primaire représente le second pôle économique : l'agriculture 9 %, la pêche 5 %. Le bois ne représente plus que 1 % du PIB, alors que Belize a été dépendante de la foresterie jusqu'au XXe siècle.

La plupart des revenus des familles bélizéennes proviennent des familles expatriées aux États-Unis et plus particulièrement basées en Nouvelle-Orléans, Miami ou encore New York. C'est également un paradis fiscal pour casinos en ligne.

Secteurs[modifier | modifier le code]

Agriculture[modifier | modifier le code]

La canne à sucre représente la moitié des exportations, alors que les plantations bananières sont le premier employeur du pays. La production de sucre s'élève à 120 000 tonnes/an, dont 10 % sont consommées sur place et 42 000 exportées vers l'Union Européenne.

Tourisme[modifier | modifier le code]

Une heureuse combinaison d'éléments naturels : le climat, les Cayes du Belize (plus longue barrière de corail de l'hémisphère nord), 127 îles, des eaux poissonneuses et sûres pour la plongée ou le PMT, de nombreuses rivières pour le rafting, des jungles pour la randonnée ou le safari photo, des ruines Maya conforte l'industrie du tourisme et de l'écotourisme. En 2007, il y eut 251 655 touristes (dont plus de 210 000 nord-américains), dépensant environ 221 millions de dollars.

Pétrole[modifier | modifier le code]

Les gisements découverts en 2005 et exploités depuis 2006 produisent 4 000 barils/jour.

Compagnies offshore[modifier | modifier le code]

En 1990, Belize a voté une loi : International Business Companies (IBC) Act d'après le modèle des Îles Vierges britanniques. En moins de 10 ans, Belize a enregistré plus de 15 000 IBC. La législation bélizéenne pour ces compagnies est considérée, d'un point de vue international, comme la plus moderne et la plus pratique. Une IBC bélizéenne est une entité idéale pour les transactions financières internationales et permet à investisseur de s'engager dans un vaste champ d'activités depuis la protection du capital jusqu'aux comptes bancaires, le courtage, la possession de bateaux, le commissionnement et autres transactions commerciales.

Les autres avantages sont un enregistrement et une déclaration facilités : dans des circonstances normales, une IBC peut être créée en deux jours ouvrés ; une flexibilité de la structure de la compagnie :

  • Pas d'obligations pour un secrétariat ou autre résident
  • Un seul gérant ou actionnaire requis pour la création
  • L'actionnaire et le gérant peut être une seule et même personne
  • L'actionnaire ou le gérant peut être une personne physique ou morale
  • Pas d'obligations à employer un actionnaire ou un directeur local

Confidentialité des créateurs : le registre d'inscription des entreprises ne comporte aucun nom ou identité d'aucun actionnaire ou gérant. Ces noms ou identités n'apparaissent dans aucun document public.

Taxation : d'après la loi IBC Act de 1990, les compagnies off-shore sont exemptées de toutes taxes sur les profits.

Infrastructures[modifier | modifier le code]

Marine marchande[modifier | modifier le code]

Le Belize fait partie des pavillons de complaisance. Les 178 navires battant son pavillon appartiennent aux pays suivants : Australie 1, Chine 71, Croatie 2, Chypre 1, Estonie 6, Grèce 1, Islande 2, Italie 3, Japon 8, Corée du Sud 1, Lettonie 12, Norvège 3, Pérou 1, Russie 31, Singapour 2, Espagne 1, Turquie 15, Ukraine 7, Émirats arabes unis 5, Royaume-Uni 5 (2008).

Télécommunications[modifier | modifier le code]

Le Belize comprend 33 900 lignes fixes et 118 300 abonnés au téléphone mobile en 2007.

Système financier et bancaire[modifier | modifier le code]

Le taux de change est de 2 dollars bélizéens (BZD $) pour 1 dollar U.S.

Des cinq banques commerciales, la plus grande et la plus ancienne est Belize Bank. Les quatre autres sont : Alliance Bank of Belize, Atlantic Bank, FirstCaribbean International Bank, et la Scotiabank (Belize).

Références[modifier | modifier le code]