Économie du Suriname

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Suriname
Indicateurs économiques
Monnaie Dollar surinamien
Année fiscale calendaire
Organisations internationales OMC,CSN
Statistiques
Produit intérieur brut (parité nominale) 2,8 milliards $ (2005)
Produit intérieur brut en PPA 4,274 milliards $ (2009)
Rang pour le PIB en PPA 176e (2005)
Croissance du PIB -2,2 % (2009)
PIB par habitant en PPA 4 100 $ (2005)
PIB par secteur agriculture : 10,8 % (2009)
industrie : 24,4 % (2005)
services : 64,8 % (2005)
Inflation (IPC) 6,4 % (2007)
Pop. sous le seuil de pauvreté 70 % (2002)
Indice de développement humain (IDH) 74e (2000)
Population active 0,165 million (2007)
Population active par secteur agriculture : 8 % (2004)
industrie : 14 % (2004)
services : 78 % (2004)
Taux de chômage 9,5 % (2004)
Principales industries Mines d'aluminium de bauxite et d'or
Commerce extérieur
Exportations 1,391 milliard $ (2006)
Biens exportés
Principaux clients Norvège, Canada, États-Unis
Importations 1,297 milliard $ (2006)
Biens importés
Principaux fournisseurs États-Unis, Pays-Bas, Trinité-et-Tobago
Finances publiques
Dette publique 18 % du PIB
Dette extérieure
Recettes publiques 392,6 millions $ (2004)
Dépenses publiques 425,9 millions $ (2004)
Déficit public
Aide au développement
Sources :
https://www.cia.gov/cia/publications/factbook/geos/ns.html#Econ

L'économie du Suriname est dominée par l'industrie minière qui représente plus d'un tiers du PIB et des revenus du gouvernement. C’est un secteur d'activité sujet à une grande volatilité des prix. Les perspectives économiques de courtes durées dépendent de la capacité du gouvernement à contrôler l'inflation et du développement de projets dans les secteurs miniers comme la bauxite et l'or.

Le gouvernement du président Ronald Venetiaan, dans un premier temps, a conduit un programme d'austérité, d'augmentation des impôts, et de contrôle de la dépense publique ; les perspectives économiques du Suriname pour le moyen terme dépendront de l'engagement soutenu à une politique monétaire et fiscale responsable et de l'introduction de réformes structurelles de libéralisation des marchés.