Économie du Guyana

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Avec un produit intérieur brut (PIB) de seulement 824 dollars US par habitant en 1999, le Guyana est un des pays les plus pauvres du monde. Son économie a fait des progrès significatifs après le programme de redressement économique du président Hoyte en 1989. Comme résultat, le PIB augmenta de 6 % en 1991 après 15 années de déclin. La croissance fut constamment au-dessus de 6 % jusqu'en 1995, année durant laquelle, elle ralentit à 5,1 %. Le gouvernent reporta une croissance économique de 7,9 % en 1996, 6,2 % en 1997 et une chute à 1,3 % en 1998. La croissance en 1999 fut de 3 %. Le taux non officiel de croissance en 2005 fut de 0,5 %.

Développé en conjonction avec le Fonds monétaire international et la Banque mondiale, le programme de redressement économique réduisit significativement le rôle du gouvernement dans l'économie, encouragea l'investissement étranger, permit au gouvernement d'effacer tous ses arriérés sur les remboursements d'emprunts auprès des gouvernements étrangers et des banques multilatérales, et amena environ la vente de 15 des 41 entreprises possédées par l’État. La compagnie de téléphone et les actifs dans le bois, le riz, et les industries de la pêche furent également privatisées. Des compagnies multinationales furent engagées pour manager la vaste compagnie étatique du sucre, GUYSUCO, et la plus grande mine de bauxite d'État. Une société américaine fut autorisée à ouvrir une mine de bauxite, et deux sociétés canadiennes ont eu l'autorisation de développer la plus grande mine d'or à ciel ouvert d'Amérique du Sud. Cependant, les efforts pour privatiser les deux compagnies de minage de bauxite de l’État, Berbice Mining Company et Linden Mining Company, ont jusqu'à maintenant été sans succès.

La plupart des contrôles sur les prix ont été enlevés, les lois affectant le minage et l'exploitation du pétrole ont été améliorées, et une politique d'investissement en faveur de l'investissement étranger fut annoncée. Des réformes sur les impôts pour promouvoir l'exportation et la production agricole dans le secteur privé furent décrétées.

Voir aussi[modifier | modifier le code]