Ère Jōkyū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ère Jōkyū (承久?), aussi appelé Shōkyū, est une des ères du Japon (年号 nengō lit. « nom de l'année ») après l'ère Kenpō et avant l'ère Jōō. Cette ère couvre la période allant du mois d'avril 1219 au mois d'avril 1222[1]. L'empereur régnant est Juntoku-tennō (順徳天皇)[2].

Changement d'ère[modifier | modifier le code]

  • 1219 Jōkyū gannen (承久元年?) : Le nom de la nouvelle ère est créé pour marquer un événement ou une succession d'événements. La précédente ère se termine quand commence la nouvelle, en Kenpō 3, le 6e jour du 12e mois de 1213[3].

Événements de l'ère Jōkyū[modifier | modifier le code]

  • 22 février 1219 (Jōkyū 1, 26e jour du1re mois) : Le shogun Minamoto no Sanetomo est assassiné sur les marches du sanctuaire Tsurugaoka Hachiman-gū à Kamakura. Les quarante années durant lesquelles Minamoto no Yoritomo, Minamoto no Yoriie et Minamoto no Sanetomo ont été successivement à la tête du shogunat de Kamakura sont parfois appelées « période des trois shoguns »[4]. Il faut attendre plusieurs années avant que ne soit nommé un nouveau shogun ce qui n'empêche pas la bureaucratie kamakura de fonctionner sans interruption.
  • 1220 (Jōkyū 2, 2e mois) : L'empereur visite les sanctuaires de Iwashimizu Shrine (en) et Kamo-jinja[5].
  • 13 mai 1221 (Jōkyū 3, 20e jour du 4e mois) : Durant la 11e année du règne de Juntoku-tennō (順徳天皇11年), l'empereur abdique et la succession (senso) est reçue par son fils ainé qui n'a que 4 ans. Peu après, l'empereur Chūkyō est déclaré avoir accédé au trône (sokui)[6]. Le règne de l'empereur Chūkyō ne couvre qu'un petit nombre de mois.
  • 29 juillet 1221 (Jōkyū 3, 9e mois du 7e mois) : Au cours de la première année de ce qui est maintenant considéré comme ayant été le règne de Chūkyō-tennō (仲恭天皇1年), celui-ci abdique soudainement sans désigner d'héritier et les juristes contemporains jugent que la succession (senso)[7] est reçu par un petit-fils de l'ancien empereur Go-Toba[8].
  • 1221 (Jōkyū 3) : La révolte de Jōkyū (Jōkyū no ran) est une tentative armée infructueuse de l'empereur Go-Toba et de ses soutiens de s'emparer du pouvoir du bakufu de Kamakura[1].
  • 14 janvier 1222 (Jōkyū 3,1re jour du 12e mois) : L'empereur Go-Horikawa accède au trône (sokui)[9].
Jōkyū 1re 2e 3e 4e
Grégorien 1219 1220 1221 1222

Précédée de :
Ère Kenpō

Ère ou nengō:
Jōkyū

Suivie de  :
Ère Jōō

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Nussbaum, Louis-Frédéric. (2005). "Jōkyū" in Japan encyclopedia, p. 431; n.b., Louis-Frédéric est le pseudonyme de Louis-Frédéric Nussbaum, voir Deutsche Nationalbibliothek Authority File.
  2. Titsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du Japon, pp. 230-238; Brown, Delmer et al. (1979). Gukanshō, pp. 341-343; Varley, H. Paul. (1980). Jinnō Shōtōki. pp. 221-223.
  3. Brown, p. 341
  4. Titsingh, p. 235. Les spécialistes ne sont pas d'accord sur la date exacte de l'assassinat. - le 26e jour du1re mois de la1re année de Jōkyū (12 février 1219 selon Titsingh; Murray, p. 504; Brinkley, Frank. (1915). A History of the Japanese People from the Earliest Times to the End of the Meiji Era, p. 339; et Ponsonby-Fane, Richard. (1962). Sovereign and Subject, p. 140.. Mais de son côté, Jeffrey P indique que la mort a eu lieu le 27 janvier 1219 Jeffrey P. (1995). Court and Bakufu in Japan: Essays in Kamakura History, p. 157; Kamiya, Michinori (2008). Fukaku Aruku - Kamakura Shiseki Sansaku. Vol. 1, pp. 17-23; Mutsu, Iso (2006). Kamakura: Fact and Legend, p. 103. La Wikipedia japonaise Sanetomo's death indique la date du 13 février 1219
  5. Titsingh, p. 236.
  6. Titsingh, p. 236; Brown, p.343; Varley, p. 44; Un acte distinct de senso n'est pas reconnu avant l'empereur Tenji et tous les souverains, à l’exception de l'impératrice Jitō, de l'empereur Yōzei, de l'empereur Go-Toba et de l'empereur Fushimi ont le senso et le sokui la même année jusqu'au règne de l'empereur Go-Murakami
  7. Varley, p. 44.
  8. Brown, p. 344; Titsingh, p. 238.
  9. Titsingh, p. 95; Brown, p. 344; Varley, p. 44.