Ère Kenkyū

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ère Kenkyū (建久?) est une des ères du japon (年号, nengō?, lit. « nom de l'année ») après l'ère Bunji et avant l'ère Shōji. Cette ère couvre la période allant du mois d'avril 1190 au mois d'avril 1199[1]. L'empereur régnant est Go-Toba-tennō (後鳥羽天皇?)[2].

Changement d'ère[modifier | modifier le code]

  • 1190 Kenkyū gannen (建久元年?) : Le nom de la nouvelle ère est créé pour marquer un événement ou une série d'événements. L'ère précédente se termine là où commence la nouvelle, en Bunji 6, le 14e jour du 8e mois de 1185[3]

Événements de l'ère Kenkyū[modifier | modifier le code]

  • 1192 (Kenkyū 3, treizième jour du troisième mois) : L'ancien empereur Go-Shirakawa meurt à l'âge de 66 ans[3]. Il est le père ou le grand-père de cinq empereurs- Nijō, le 78e empereur; Rokujō, le 79e empereur; Takakura, le 80e empereur; Antoku, le 81e empereur et Go-Toba, le 82e empereur[4].
  • 1192 (Kenkyū 3, douzième jour du septième mois) : Minamoto Yoritomo est nommé commandant en chef des forces destinées à combattre les barbares[5].
  • 1195 (Kenkyū 6, quatrième jour du troisième mois) : le shogun Yoritomo revisite la capitale[5].
  • 1198 (Kenkyū 9, onzième jour du premier mois) : Durant la quinzième année du règne de l'empereur Go-Toba-tennō (後鳥天皇15年), l'empereur abdiqueet la succession (senso) esr reçue par son fils ainé[6].
  • 1198 (Kenkyū 9, troisième mois) : L'empereur Tsuchimikado est déclaré avoir accédé au trône (sokui)[7].
  • 1199 (Kenkyū 10, treizième jour du premier mois) : Le shogun Yoritomo meurt à l'âge de 53 ans à Kamakura[5].

Voir aussi[modifier | modifier le code]

  • Mumyōzōshi, texte de critique littéraire aussi connu sous le nom de Kenkyū Monogatari
Kenkyū 1re 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e
Grégorien 1190 1191 1192 1193 1194 1195 1196 1197 1198 1199

Précédée de :
Ère Bunji

Ère ou nengō:
Kenkyū

Suivie de :
Ère Shōji

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nussbaum, Louis-Frédéric. (2005). "Kenkyū" in Japan encyclopedia, p. 509; n.b., Louis-Frédéric est le pseudonyme de Louis-Frédéric Nussbaum, voir Deutsche Nationalbibliothek Authority File.
  2. Titsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du Japon, pp. 207-221; Brown, Delmer et al. (1979). Gukanshō, pp. 334-339; Varley, H. Paul. (1980). Jinnō Shōtōki. pp. 215-220.
  3. a et b Brown, p. 337.
  4. Varley, p. 208; Kitagawa et al. (1975). Heike monogatari, p. 788
  5. a, b et c Kitagawa p. 788.
  6. Brown, p.339; Varley, p. 44; Un acte distinct de senso n'est pas reconnu avant l'empereur Tenji et tous les souverains, à l’exception de l'impératrice Jitō, de l'empereur Yōzei, de l'empereur Go-Toba et de l'empereur Fushimi ont le senso et le sokui la même année jusqu'au règne de l'empereur Go-Murakami
  7. Titsingh, p.221; Varley, p. 44.