Ère Eikan

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ère Eikan (永観?) est une des ères du Japon (年号, nengō?, lit. « nom de l'année ») après l'ère Tengen et avant l'ère Kanna. Cette ère couvre la période allant du mois d'avril 983 jusqu'au mois d'avril 985[1]. Les empereurs régnants sont En'yu-tennō (円融天皇?) et Kazan-tennō (花山天皇?)[2].

Changement d'ère[modifier | modifier le code]

  • 16 février 983 Eikan gannen (永観元年?) : Le nom de la nouvelle ère est créé pour marquer un événement ou une série d'événements. L'ère précédente se termine là où commence la nouvelle, en Tengen 6, le 15e jour du 4e mois de 983[3].

Événements de l'ère Eikan[modifier | modifier le code]

  • 6 octobre 983 (Eikan 1, 27e jour du 8e mois) : Durant la quinzième année de son règne (円融天皇15年), l'empereur En'yu' abdique et la succession (senso) est reçue par son neveu. Peu après, l'empereur Kazan accède au trône (sokui)[4].
  • 983 (Eikan 1, 8e mois) : Chōnen, le moine bouddhiste de l'école Tendai embarque pour un voyage en Chine accompagné de 5 ou 6 disciples[5].
Eikan 1re 2e 3e
Grégorien 983 984 985

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nussbaum, Louis-Frédéric. (2005). "Eikan" in 'Japan Encyclopedia, p. 171 sur Google Livres; n.b., Louis-Frédéric est le pseudonyme de Louis-Frédéric Nussbaum, voir Deutsche Nationalbibliothek Authority File.
  2. Titsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du japon, pp. 144-148; Brown, Delmer et al. (1979). Gukanshō, p. 299-300; Varely, H. Paul. (1980). Jinnō Shōtōki, pp. 191-192.
  3. Brown, p. 300.
  4. Titsingh, p. 148; Brown, pp. 300; Varley, p. 44;Un acte distinct de senso n'est pas reconnu avant l'empereur Tenji et tous les souverains à l'exception de l'impératrice Jitō, l'empereur Yōzei, l'empereur Go-Toba et l'empereur Fushimi ont le senso et le sokui la même année jusqu'au règne de Go-Murakami
  5. Iwao, Seiichi et al. (2002). 'Dictionnaire historique du Japon, Vol. 1, p. 304. sur Google Livres