Ère Daiji

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ère Daiji (大治?) est une des ères du Japon (年号, nengō?, lit. « nom de l'année ») après l'ère Tenji et avant l'ère Tenshō. Cette ère couvre la période allant du mois de au mois de [1]. L'empereur régnant est Sutoku-tennō (崇徳天皇?)[2].

Changement d'ère[modifier | modifier le code]

  • Daiji gannen (大治元年?) : Le nom de la nouvelle ère est créé pour marquer un événement ou une série d'événements. L'ère précédente se termine là où commence la nouvelle, en Tenji 3, le 22e jour du1re mois de 1126[3].

Événements de l'ère Daiji[modifier | modifier le code]

  • 1128 (Daiji 3, durant le 3e mois) : Taiken-mon In ordonne la construction du Enshō-ji en accomplissement d'un vœu sacré[4]. C'est l'un d'une série de « temples des vœux sacrés » (gogan-ji) construits sur commande impériale suivant un précédent établi par l'empereur Shirakawa, qui a fondé et développé le complexe du Hosshō-ji[5].
  • 1128 (Daiji 3, 6e mois): Fujiwara Tadamichi est relevé de ses responsabilités et devoirs de régent sesshō puis est nommé simultanément nommé régent kampaku[4]
  • July 24, 1129 (Daiji 4, 7e jour du 7e mois) : L'ancien empereur Shirakawa meurt à l'âge de 77 ans[3].
Daiji 1re 2e 3e 4e 5e 6e
Grégorien 1126 1127 1128 1129 1130 1131
Précédé par Ère Daiji Suivi par
Ère Tenji
Ere ou nengō
Daiji
1126 - 1131
Ère Tenshō

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nussbaum, Louis-Frédéric. (2005). "Daiji" in 'Japan Encyclopedia, p. 139 sur Google Livres; n.b., Louis-Frédéric est le pseudonyme de Louis-Frédéric Nussbaum, voir Deutsche Nationalbibliothek Authority File
  2. Titsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du japon, pp. 181-185; Brown, Delmer et al. (1979). Gukanshō, pp. 322-324; Varley, H. Paul. (1980). Jinnō Shōtōki, pp. 204-205.
  3. a et b Brown, p. 323.
  4. a et b Titsigh, p. 185.
  5. Varley, p. 200; les six gogan-ji (« temples de la supériorité » sont: 1. Hosshō-ji (supériorité de la loi bouddhiste); 2. Sonshō-ji (Supériorité du culte); 3. Saishō-ji (plus supérieur); 4. Enshō-ji (Antei) (supériorité de la perfection); 5. Jōshō-ji (supériorité du devenir); 6. Enshō-ji (Kenchō) (supériorité de la durée).