Ère Keichō

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ère Keichō (慶長?) est une des ères du Japon (年号, nengō?, lit. « nom de l'année ») après l'ère Bunroku et avant l'ère Genna. Cette couvre la période allant du mois d'octobre 1596 au mois de juillet 1615[1]. Les empereurs régnants sont Go-Yōzei-tennō (後陽成天皇?) et Go-Mizunoo-tennō (後水尾天皇?)[2].

Changement d'ère[modifier | modifier le code]

  • 1596 Keichō gannen (慶長元年?) : le nom de l'ère est changé pour celui de Keichō pour marquer le passage de plusieurs désastres naturels. L'ère précédente se termine et la nouvelle commence le vingt-sept de Bunroku 5.

Événements de l'ère Keichō[modifier | modifier le code]

Carte commerce délivrée au nom de Ieyasu Tokugawa -- daté du 24 août 1609 (Keichō 14, 25e jour du 6e mois).
  • 1609 (Keichō 14) : Invasion de Ryūkyū par Shimazu daimyo du domaine de Satsuma[5].
  • 24 août 1609 (Keichō 14, 25e jour du 6e mois) : Carte de négociation (handelpas) délivrée à l'entreprise des Indes néerlandaises au nom de Ieyasu Tokugawa.
  • 15 novembre 1610 (Keichō 15, 30e jour du 9e mois) : Toyotomi Hideyori finance les travaux pour reconstruire le Hoko-ji conformément aux plans que son père a soutenus. Il est prévu de recréer le Daibutsu de Kyoto en bronze pour remplacer la statue en bois qui a brûlée. À cette époque, Hideyori décide également de commander le coulage d'une grande cloche en bronze[8].
  • 20 mai 1610 (Keichō 15, 27e jour du 3e mois) : Hideyori arrive à Kyoto pour rendre visite à Tokugawa Ieyasu, l'ancien shogun. Le même jour, l'empereur abdique en faveur de son fils Masahito[5]. L'empereur Go-Yōzei abdique et son fils reçoit la succession (senso).
  • 1611 (Keichō 16) : L'empereur Go-Mizunoo accède formellement au trône (sokui).
  • 1613 (Keichō 18) : Durant les années 1613 à 1620, Hasekura Tsunenaga est à la tête d'une mission diplomatique auprès du Vatican à Rome. Il voyage par la Nouvelle-Espagne, arrive à Acapulco, repart de Veracruz et visite divers ports d'escale en Europe. Cette mission historique est appelée « ambassade Keichō » (慶長使節)[9]. Sur le chemin du retour, Hasekura et ses compagnons font en sens inverse leur route à travers le Mexique en 1619, font voile d'Acapulco pour Manille, puis naviguent vers le nord en direction du Japon où ils arrivent en 1620[10]. Cette mission est classiquement considérée comme étant la première ambassade japonais en Amérique et en Europe[11].
  • 1614 (Keichō 19): Siège d'Osaka. Le Shogun vainc Hideyori et met le feu au château d'Osaka puis retourne passer l'hiver à Edo[12].
Cloche du Hōkō-ji.
Inscription sur la cloche du Hōkō-ji à Kyoto
« La tablette sur le Daibatsu-den et la cloche porte l'inscription Kokka ankō (« le pays et le foyer, paix et tranquillité »), et de cela Tokugawa Ieyasu affecte de prendre ombrage, alléguant qu'il s'agit d'une malédiction sur lui car le caractère 安 (an, « paix ») est placé entre les deux caractères qui composent son propre nom 家康 (ka-kō, « maison tranquillité ») [suggérant subtilement peut-être que la paix ne pouvait être atteinte que par le démembrement de Ieyasu ?]… Cet incident de l'inscription est, bien sûr, un simple prétexte, mais Ieyasu se rend compte qu'il ne peut pas profiter de la puissance qu'il a usurpée tant que vit Hideyori et par conséquent, bien que ce dernier envoie plus d'une fois son kerei Katagiri Kastumoto au château de Sunpu avec force excuses, Ieyasu refuse de s'apaiser »[13].
  • 18 octobre 1614 (Keichō 19, 25e jour du 10e mois) : Un violent séisme secoue Kyoto[12].
  • 1615 (Keichō 20) : Début de la bataille d'été d'Osaka.
Monnaie d'or de l'ère Keichō : ōban, koban, ichibuban (1601-1695).

Développements plus détaillés[modifier | modifier le code]

  • Des pièces de cuivre, d'argent et d'or appelées Keichō-tsūhō sont frappées durant l'ère Keichō et elles concourent à unifier le système monétaire[14].
  • Les Keichō-chokuhan, aussi appelées Keichō shinkoku-bon, sont des publications impériales produites durant l'ère Keichō sur l'ordre de l'empereur Go-Yōzei et imprimées à l'aide de caractères mobiles importés du royaume de Joseon dans la péninsule coréenne[15].
  • Keichō no katsuji-ban est le nom générique pour les premiers ouvrages imprimés avec des caractères mobiles au cours de l'ère Keichō[16].
  • Choses vues et entendues durant l'ère Keichō ( , Keichō kemmon-shū?) aussi appelé le Kembun-shū est un livre constitué d'une collection de contes et d'anecdotes compilés par Miura Jōshin (1565–1644)[17].


Keichō 1re 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e
Grégorien 1596 1597 1598 1599 1600 1601 1602 1603 1604 1605 1606 1607 1608 1609 1610 1611 1612 1613 1614 1615

Précédée par :
Bunroku

Ères du Japon
Keichō

Suivie par :
Genna

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nussbaum, Louis-Frédéric. (2005). "Keichō" in Japan encyclopedia, p. 504; n.b., Louis-Frédéric est le pseudonyme de Louis-Frédéric Nussbaum, voir Deutsche Nationalbibliothek Authority File.
  2. Tittsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du japon, pp. 402-409.
  3. a et b Titsingh, p. 405.
  4. Ponsonby-Fane, R. (1956). Kyoto, the Old Capital of Japan, p. 290; Titsingh, p. 409.
  5. a, b, c, d, e et f Titisngh, p. 409.
  6. Ponsonby-Fane, Richard. (1962). Studies in Shinto and Shrines, p.462.
  7. Traganeou, Jilly. (2004). The Tokaido Road: Traveling and Representation in Edo and Meiji Japan, p. 230.
  8. Ponsonby-Fane, Kyoto, p. 292; Titsingh, p. 409.
  9. Dans le nom « ambassade Keichō », le nom « Keichō » renvoie au nengō (ères du Japon) après Bunkoru et avant Genna. En d'autres termes, l'« ambassade Keichō » commence durant Keichō qui est une période couvrant les années allant de 1596 à 1615.
  10. Ministry of Foreign Affairs: Japan-Mexico Relations.
  11. L'ambassade Keichō est en fait précédée à l'époque Sengoku d'une mission dirigée par Mancio Ito avec Alessandro Valignano en 1582–1590. Bien que moins connue et moins bien documentée, cette mission historique est parfois appelée l'« ambassade Tenshō » parce qu'elle est lancée durant l'ère Tenshō. Cette entreprise est organisée par trois daimyo de l'ouest du Japon -- Omura Sumitada, Ōtomo Sōrin et Arima Harunobu
  12. a et b Titsingh, p. 410.
  13. Ponsonby-Fane, Kyoto, p. 292; Titsingh, p. 410.
  14. Nussbaum, "Keichō-tsūhō" in Japan encyclopedia, p. 504.
  15. Nussbaum, "Keichō-chokuhan" in Japan encyclopedia, p. 504.
  16. Nussbaum, "Keichō no katsuji-ban" in Japan encyclopedia, p. 504.
  17. Nussbaum, "Keichō kemmon-shū" in Japan encyclopedia, p. 504.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]