Ère Hōki

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ère Hōki (宝亀?) est une des ères du Japon (年号, nengō?, lit. « nom de l'année ») après l'ère Jingo-keiun et avant l'ère Ten'ō. Cette ère couvre la période allant du mois d'octobre 770 jusqu'au mois de janvier 781[1]. L'empereur régnant est Kōnin (光仁天皇?)[2].

Changement d'ère[modifier | modifier le code]

  • 770 Hōki gannen (宝亀元年?) : Le nom de la nouvelle ère est créé pour marquer un événement ou une suite d'événements. L'ère précédente se termine quand la nouvelle commence, en Jingo-keiun 4, le 18e jour du 8e mois de 770[3].

Événements de l'ère Hōki[modifier | modifier le code]

  • 23 octobre 770 (Hōki 1,1re jour du 10e mois) : Le nom de l'ère est changé pour marquer le début du règne de l'empereur Konin[3].
  • 778 (Hōki 9) : L'empereur reçoit le Kashima-jinja, un sceau divin pour signer les documents[4].
  • 28 août 779 (Hōki 10, 7e mois) : Fujiwara no Momokawa meurt à l'âge de 48 ans[5].
  • 781 (Hōki 12, 4e mois) : L'empereur abdique en faveur de son fils, le futur empereur Kammu. Le règne de l'empereur Kōnin a duré onze ans[3].
  • 781 (Hōki 12, 12e mois) : Kōnin meurt à l'âge de 73 ans[6].
Hōki 1re 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10th 11e 12e
Grégorien 770 771 772 773 774 775 776 777 778 779 780 781

Précédée de :
Ère Jingo-keiun

Ère ou nengō:
Ère Hōki

Suivie de :
Ère Ten'ō

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nussbaum, Louis-Frédéric. (2005). Hōki sur 'Japan Encyclopedia, p. 343 sur Google Livres; n.b., Louis Frédéric est le pseudonyme de Louis-Frédéric Nussbaum, voir Deutsche Nationalbibliothek Authority File.
  2. Titsingh, Isaac. (1834). 'Annales des empereurs du japon, p. 81-85. sur Google Livres; Brown, Delmer et al. (1979). Gukanshō, pp. 276-277; Varley, H. Paul. Jinnō Shōtōki, pp. 147-148.
  3. a, b et c Brown, p. 277.
  4. Ponsonby-Fane, Richard. (1963) The Vicissitudes of Shinto, p. 206.
  5. Titsingh, p. 84. sur Google Livres
  6. Brown, p. 277; Varley, p. 148.

Source de la traduction[modifier | modifier le code]