Ère Jōwa (Heian)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ère Jōwa (承和?) est une des ères du Japon (年号,, nengō,?, lit. « nom de l'année ») après l'ère Tenchō et avant l'ère Kashō. Cette ère couvre la période allant du mois de janvier 834 jusqu'au mois de juillet 848[1]. Les empereurs régnant sont Junna (淳和天皇?) et Ninmyō (仁明天皇?)[2].

Changement d'ère[modifier | modifier le code]

  • 6 février 824 Tenchō gannen (天長元年?) : Le nom de la nouvelle ère est créé pour marquer un événement ou une série d'événements. L'ère précédente se termine là où commence la nouvelle, en Tenchō 10, le 3e jour du1re mois de 834[3].

Événement de l'ère Jōwa[modifier | modifier le code]

  • 834 (Jōwa 1) : L'Empereur Ninmyō plante un cerisier près du shishinden pour remplacer l'arbre qu'avait planté l'empereur Kammu quand la capitale a été établie à Kyoto[4].
  • 834 (Jōwa 1) : Kukai reçoit la permission d'établir une chapelle Shingon au palais impérial[5].
  • 11 juin 840 (Jōwa 7, 8e jour du 5e mois) : L'ancien empereur Junna meurt à l'âge de 55 ans[3].
  • 843 (Jōwa 10) : La rédaction du Nihon Kōki est terminée[6].

Durant l'ère Jōwa, la cérémonie de promotion des hommes (dansei joi) est annoncée le septième jour de chaque nouvelle année tandis que celle des femmes (ona joi) l'est le huitième jour[7].

Jōwa 1re 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e
Grégorien 834 835 836 837 838 839 840 841 842 843 844 845 846 847 848

Précédée de :
Ère Tenchō

Ère ou nengō:
Ère Jōwa

Suivie de :
Ère Kashō

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nussbaum, Louis-Frédéric. (2005). "Tenchō" in 'Japan Encyclopedia, p. 958 sur Google Livres; n.b., Louis-Frédéric est le pseudonyme de Louis-Frédéric Nussbaum, voir Deutsche Nationalbibliothek Authority File.
  2. Titsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du Japon, pp. 103-106; Brown, Delmer et al. (1979). Gukanshō, pp(2-283; Varley, H. Paul. (1980). Jinnō Shōtōki, p. 164.
  3. a et b Brown, p. 284.
  4. Ponsonby-Fane, Richard A.B. (1956). Kyoto: the Old Capital of Japan, p. 63.
  5. Kukai. (1972). 'Kūkai: Major Works (S. Hakeda, editor), p. 59. sur Google Livres
  6. Nussbaum, "Nihon Kōki" in p. 709 sur Google Livres.
  7. Ko, Dorothy et al. (2003). Women and Confucian Cultures in Premodern China, Korea, and Japan, p. 74 n66.