Ère Engi

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ère Engi (延喜?) est une des ères du Japon (年号, nengō?, lit. « nom de l'année ») après l'ère Shōtai et avant l'ère Enchō. Cette ère couvre la période allant du mois de juillet 901 au mois d'avril 923[1]. L'empereur régnant est Daigo-tennō (醍醐天皇?)[2].

Changement d'ère[modifier | modifier le code]

  • 23 janvier 901 Engi gannen (延喜元年?) : Le nom de la nouvelle ère est créé pour marquer un événement ou une série d'événements. L'ère précédente se termine là où commence la nouvelle, en Shōtai 4, le 15e jour du 7e mois de 901[3].

Événements de l'ère Engi[modifier | modifier le code]

  • 1er février 901 (Engi 1,1re jour du1re mois) : Il y a une éclipse de Soleil[4].
  • 901 (Engi 1): L'« incident » Sugawara no Michizane se développe; Il est cependant impossible d'en connaître plus de détails car Daigo a ordonné que toutes les notes et mémoires de cette période soient brûlées[5].
  • May 905 (Engi 5, 4e mois) : Ki-no Tsurayuki presente à l'empereur la compilation du Kokin Wakashū, une anthologie de poésie waka[6].
  • 909 (Engi 9, 4e mois) : Le sadaijin Fujiwara no Tokihira meurt à l'âge de 39 ans. Il est honoré à titre posthume du rang de régent[6].
Engi 1re 2e 3e 4e 5e 6e 7e 8e 9e 10e 11e 12e 13e 14e 15e 16e 17e 18e 19e 20e 21e 22e 23e
Grégorien 901 902 903 904 905 906 907 908 909 910 911 912 913 914 915 916 917 918 919 920 921 922 923

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nussbaum, Louis-Frédéric. (2005). "Engi" in 'Japan Encyclopedia, p. 178 sur Google Livres; n.b., Louis-Frédéric est le pseudonyme de Louis-Frédéric Nussbaum, voir Deutsche Nationalbibliothek Authority File.
  2. Titsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du japon, pp. 129-134; Brown, Delmer et al. (1979). Gokanshō, pp. 291-293; Varley, H. Paul. (1980). Jinnō Shōtōki, pp. 179-181.
  3. Brown, p. 292.
  4. Titsingh, p. 131.
  5. Brown, p. 293.
  6. a et b Titsingh, p. 132.