Ère Einin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

L'ère Einin (永仁?) est une des ères du Japon (年号, nengō?, lit. « nom de l'année ») après l'ère Shōō et avant l'ère Shōan. Cette ère couvre la période allant du mois d'août 1293 au mois d'avril 1299[1]. Les empereurs régnants sont Fushimi-tennō (伏見天皇?) et Go-Fushimi-tennō (後伏見天皇?)[2].

Change d'ère[modifier | modifier le code]

  • 1298 Einin gannen (永仁元年?) : Le nom de la nouvelle ère est créé pour marquer un événement ou une série d'événements. L'ère précédente se termine là où commence la nouvelle, en Shō'ō 6.

Événements de l'ère Einin[modifier | modifier le code]

  • 1298 (Einin 6, 7e mois) : Durant la onzième année du règne de Fushimi-tennō (伏見天皇11年), l'empereur abdique et la succession (senso) est reçue par son fils[3].
  • 1299 (Einin 7) : L'empereur Go-Fushimi est déclaré avoir accédé au trône (sokui) et le nengō est changé en Shōan pour marquer le commencement du règne du nouvel empereur[4].
  • 1299 (Einin 7) : la huitième rectrice du couvent du temple Hokke-ji meurt[5].
Eimin 1re 2e 3e 4e 5e 6e 7e
Grégorien 1293 1294 1295 1296 1297 1298 1299

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Nussbaum, Louis-Frédéric. (2005). "Einin" in 'Japan Encyclopedia, p. 171 sur Google Livres; n.b., Louis-Frédéric est le pseudonyme de Louis-Frédéric Nussbaum, voir Deutsche Nationalbibliothek Authority File.
  2. Titsingh, Isaac. (1834). Annales des empereurs du japon, p. 269-274; Varley, H. Paul. (1980). Jinnō Shōtōki. pp. 237-238.
  3. Titsingh, p. 274; Varley, p. 44; Un acte distinct de senso n'est pas reconnu avant l'empereur Tenji et tous les souverains, à l’exception de l'impératrice Jitō, de l'empereur Yōzei, de l'empereur Go-Toba et de l'empereur Fushimi ont le senso et le sokui la même année jusqu'au règne de l'empereur Go-Murakami
  4. Titsingh, p. 274; Varley, p. 44, 238.
  5. Meeks, Lori Rachelle. (2010). 'Hokkeji and the Reemergence of Female Monastic Orders in Premodern Japan, p. 166. sur Google Livres