Tour-de-Faure

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tour et Faure.

Tour-de-Faure
Tour-de-Faure
Habitations troglodytiques au Port.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Cahors
Canton Causse et Vallées
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cahors
Maire
Mandat
Jean-Jacques Pechberty
2014-2020
Code postal 46330
Code commune 46320
Démographie
Population
municipale
326 hab. (2016 en diminution de 19,11 % par rapport à 2011)
Densité 37 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 28′ 04″ nord, 1° 41′ 40″ est
Altitude Min. 127 m
Max. 375 m
Superficie 8,77 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Tour-de-Faure

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Tour-de-Faure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Tour-de-Faure

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Tour-de-Faure

Tour-de-Faure est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Montagnagais, Montagnagaises (ou fautivement Montignagais, Montignagaises) ou selon le néologisme Tourdefaurois, Tourdefauroises.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est située dans la vallée du Lot, à 30 km à l'est de Cahors et au cœur du parc naturel régional des Causses du Quercy. Le Lot sert de limite naturelle avec la commune de Saint-Cirq-Lapopie dont elle s'est distinguée en 1902[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Tour-de-Faure[2]
Cabrerets Sauliac-sur-Célé
Bouziès Tour-de-Faure[2] Saint-Martin-Labouval
Saint-Cirq-Lapopie Crégols Cénevières
(par un quadripoint)

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Tour-de-Faure est basé sur le nom d'une famille de chevaliers[3].

Cette commune s'appelait autrefois Montanhac, toponyme basé sur un anthroponyme Montanius. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes. C'était le domaine de Montanius[4].

Tour-de-Faure dépendait d'une paroisse nommée Saint-Etienne-de-Montagnac[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Une pierre gravée, trouvée en 1858 dans un sarcophage en grès, indiquerait qu'une église devait se trouver à l'emplacement de Tour-de-Faure dans les premiers temps du christianisme[5].

Avant 1444, Tour-de-Faure dépendait de la paroisse nommée Saint-Etienne-de-Montagnac comme le montrent les actes issus des monographies du chanoine Edmond Albe[5] :

Cette paroisse était une annexe de Saint-Cirq-Lapopie, desservie par un vicaire[5].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1974 1985 Louis Pradel   Agriculteur
1985 2008 Jacques Célarié   Ouvrier
2008 en cours Jean Jacques Pechberty SE Agriculteur
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1906. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[6]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[7]. En 2016, la commune comptait 326 habitants[Note 1], en diminution de 19,11 % par rapport à 2011 (Lot : -0,81 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
504507434419364371338312312
1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014 2016
331288307296350353387334326
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[8] puis Insee à partir de 2006[9].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Tour de Faure : tour du XVIIIe siècle construite sur quatre étages, fief des Faure aux XVe et XVIe siècles qui lui laissèrent leur nom, puis du marquis de Montsalès Galiot de Crussol qui la céda en 1625 à de Jean de Roaldès, avocat en parlement. Aujourd'hui propriété privée, il n'est pas possible de la visiter.[10]
  • Église Saint-Étienne de Montagnac : église romane du XIIIe siècle modifiée au XIXe, notamment par l'ajout d'un clocher.[11]
  • Dolmen de Peyry-Carbonnières : dolmen de taille moyenne avec une chambre sépulcrale de 3 mètres sur 1 mètre.
  • Maison forte des Montanhagol : datée a priori du XVe siècle, elle surplombe le Lot et les falaises au dessus du lieu-dit Le Port. C'est aujourd'hui une propriété privée qui ne se visite pas.
  • Écluse de Crégols : nommée d'après la commune qui se trouve sur l'autre rive du Lot.[12]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. « Un siècle... une histoire », sur ladepeche.fr (consulté le 29 décembre 2018)
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Gaston Bazalgues, « Les noms des communes du Parc », Les cahiers scientifiques du Parc naturel régional des Causses du Quercy, vol. 1,‎ , p. 117 (lire en ligne)
  4. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 125.
  5. a b c et d « Tour de Faure : Les monographies de Albe », sur quercy.net (consulté le 17 février 2015)
  6. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  7. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  8. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  9. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  10. « Recherche: base de données - tour - Tour-de-Faure - Lot : patrimoines.laregion.fr », sur patrimoines.laregion.fr (consulté le 31 décembre 2018)
  11. « Recherche: base de données - église paroissiale Saint-Etienne de Montagnac - Tour-de-Faure - Lot : patrimoines.laregion.fr », sur patrimoines.laregion.fr (consulté le 31 décembre 2018)
  12. Yann LESELLIER, « Tour-de-Faure. L’écluse de Crégols », sur lot-46, (consulté le 31 décembre 2018)

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :