Caillac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant une commune du Lot
Cet article est une ébauche concernant une commune du Lot.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?). Le bandeau {{ébauche}} peut être enlevé et l’article évalué comme étant au stade « Bon début » quand il comporte assez de renseignements encyclopédiques concernant la commune.
Si vous avez un doute, l’atelier de lecture du projet Communes de France est à votre disposition pour vous aider. Consultez également la page d’aide à la rédaction d’un article de commune.

Caillac
Vue de l'église romane.
Vue de l'église romane.
Blason de Caillac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Cahors
Canton Luzech
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Cahors
Maire
Mandat
José Tillou
2014-2020
Code postal 46140
Code commune 46044
Démographie
Gentilé Caillacois
Population
municipale
603 hab. (2014)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 29′ 23″ nord, 1° 21′ 12″ est
Altitude 161 m (min. : 100 m) (max. : 271 m)
Superficie 7,44 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Caillac

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Caillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Caillac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Caillac

Caillac est une commune française située dans le département du Lot, en région Occitanie. Ses habitants s'appellent les Caillacois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Cahors située dans le Quercy à une dizaine de kilomètres de Cahors sur les rives du Lot. Sa topologie vallonnée et son ensoleillement ont favorisé l'industrie viticole, qui est la principale activité de la commune.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Caillac serait basé sur l'anthroponyme gallo-romain Callius. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Les premières traces d'occupation à Caillac sont gallo-romaines. Il existait à l'époque un domaine agricole. D'autres vestiges parsèment sa surface et témoignent d'une occupation principalement agricole de la commune. Jusqu'au vingtième siècle, Caillac était réputée pour la culture de la fraise. Petit à petit, cette culture a été remplacée par celle de la vigne.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason de Caillac Blason Écartelé: au premier d'or à trois fasces de gueules, au deuxième d'or à deux lions léopardés de gueules et à la bordure de sinople chargée de huit besants d'argent, au troisième d'or à trois pals de gueules, au quatrième contre-écartelé aux I et IV d'azur au loup ravissant d'or, aux II et III d'or au tourteau de gueules; sur le tout, d'azur à trois rocs d'échiquier d'or
Détails Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[2]
Période Identité Étiquette Qualité
1793 1798 Guillaume Louis Solayres    
1798 1813 Bertrand Laulanie    
1813 1821 Jean Pierre Delfour    
1821 1830 Joseph Laulanie    
1831 1836 Jean Delfour    
1837 1871 Jean Joseph Theron    
1871 1874 Charles Delcros    
1874 1893 Gaston Dubois De Gaudeisson    
1893 1897 Justin Valet    
1898 1900 Gaston Dubois De Gaudeisson    
1900 1902 Alfred Lafage    
2001   José Tillou    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du début des années 2000, les populations légales des communes sont publiées annuellement. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[4],[Note 1].

En 2014, la commune comptait 603 habitants, en augmentation de 3,79 % par rapport à 2009 (Lot : 0,05 % , France hors Mayotte : 2,49 %)

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
611 631 660 633 630 677 632 655 650
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
655 657 656 620 604 559 546 574 535
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
514 505 506 425 394 400 405 372 413
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 2014
365 335 386 409 488 533 573 600 603
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[5] puis Insee à partir de 2006 [6].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Caillac possède une église romane : église Saint-Pierre-et-Saint-Paul. L'édifice est classé au titre des monuments historiques en 1979[7].
  • Le château Lagrézette, édifié à la Renaissance, situé au milieu d'un domaine viticole et propriété d'un industriel français célèbre. Il est classé au titre des monuments historiques en 1982[8].
  • Le château de Langle au bord du Lot. Le château de Langle est une possession des seigneurs de Luzech, au XVe siècle. Langle a été donné par Guillaume-Amalvin V, baron de Luzech, à son fils cadet, Gasbert de Luzech, qui est peut-être le constructeur originel[9]. Le château de Langle est entrée dans les biens de la famille de Géniès après le mariage en 1505 de Jeanne de Luzech avec Antoine de Geniès[10].
  • Le château de Laroque, autrefois appelé « Larroque del Pont », cité en 1254, pendant la guerre de Cent Ans. Annet de Massaut est le seigneur du lieu en 1510. Le château est reconstruit au début du XVIe siècle. Cette branche de la famille de Massaut est restée propriétaire du château jusqu'en 1682. Françoise de Boissy, fondatrice de l'ordre des Mirepoises qui s'occupe des écoles chrétiennes dans le Lot, a alors acheté le château. Le château est vendu comme bien national à la Révolution.
  • Depuis 2006, un lac artificiel a été construit en centre-ville pour développer l'activité de pêche de loisir.
Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 108.
  2. « Les maires de Caillac », sur francegenweb.org,‎ (consulté le 8 octobre 2016).
  3. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  4. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  5. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 2011201220132014 .
  7. « Église Saint-Pierre », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Château de La Grézette », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Caillac : patrimoine (suite)
  10. Seigneurie de Langle
  11. (en) « Blair to face inquiry over holiday with tobacco boss » par Melissa Kite, The Daily Telegraph

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.