Luzech

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Luzech
Vue générale
Vue générale
Blason de Luzech
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement Cahors
Canton Luzech
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes de la Vallée du Lot et du Vignoble
Maire
Mandat
Jean-Claude Baldy
2008-2014
Code postal 46140
Code commune 46182
Démographie
Gentilé Luzechois, Luzechoises
Population
municipale
1 670 hab. (2011)
Densité 75 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 28′ 45″ N 1° 17′ 16″ E / 44.4791666667, 1.28777777778 ()44° 28′ 45″ Nord 1° 17′ 16″ Est / 44.4791666667, 1.28777777778 ()  
Altitude 104 m (min. : 84 m) (max. : 323 m)
Superficie 22,13 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Luzech

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Luzech
Liens
Site web Site officiel

Luzech (Lusèg en occitan) est une commune française, située dans le département du Lot en région Midi-Pyrénées.

Ses habitants se nomment les Luzechois(es).

Mairie

Géographie[modifier | modifier le code]

Luzech est une petite ville de 1650 habitants environ, située dans le Quercy au cœur du vignoble du vin de Cahors (AOC) sur l'ancienne ligne Monsempron-Libos - Cahors entre Fumel et Cahors

Encerclée par la rivière Lot, Luzech est une presqu'île, étape incontournable du circuit "Porté par le Lot". Animée par un tissu associatif très actif, la ville propose de nombreuses activités socio-culturelles et sportives.

Luzech, est située dans un isthme formé par le Lot, de 90 mètres de large (soit 300 pieds romains), bordée au nord par la colline de l'Impernal (150 mètres d'altitude), au sud par celle de la Pistoule(70 mètres d'altitude) que la rivière contourne d'une boucle, appelée cingle (méandre).

La place centrale est établie sur l'emplacement d'un ancien canal, créé pour la navigation en 1840, comblé entre 1940 et 1950. Il abrégeait la navigation d'environ 5 kilomètres. Dans le cadre du projet de navigabilité du Lot, jusqu'à Aiguillon, Luzech est actuellement un verrou infranchissable et de nombreux projets sont en cours pour le faire sauter.

Histoire[modifier | modifier le code]

Luzech fut déjà habité aux temps préhistoriques, notamment sur le Pech De La Nène. Avant la conquête romaine, les Gaulois bâtirent un oppidum sur l'Impernal, fortifié naturellement par son caractère escarpé.

Luzech a fait partie des quelques sites du Lot qui ont été pressentis pour avoir été le célèbre camp retranché d'Uxellodunum. L'hypothèse défendue un temps par Napoléon III, qui se rallia finalement à la localisation au Puy d'Issolud, fut encore défendue, avec une certaine notoriété, par un érudit local Émile Albouy en 1957[1]. Toutefois les fouilles récentes de la Fontaine de Loulié au Puy d'Issolud ont entraîné un consensus scientifique sur la question, même si des particuliers défendent encore d'autres sites que le Puy d'Issolud. Pour cette raison les visiteurs emprunteront la rue Uxellodunum pour aller à la poste, et pourront stationner sur la place Lucterius qui fut l'héroïque chef de cette résistance, et dont le buste majestueux se trouve à l'entrée de la bibliothèque de Cahors.

Au Moyen Âge, des remparts enserraient de tous les côtés la ville construite au pied du château dont la plus vieille mention remonte au même siècle. Plusieurs portes donnaient accès à la cité, traversée du nord au sud par la Grand'rue allant de la porte du Ruffier à la porte du Fossé. Cette voie s'ouvre sur de nombreuses ruelles.

Luzech fut le siège d'une des quatre baronnies du Quercy. Elle fut appelée la ville des barons pour marquer l'importance de la famille des De Luzech, qui la conserva du XIe siècle jusqu'au début du XVIIe siècle, époque où elle passe alors dans la maison des Rastignac qui l'occupèrent jusqu'à la Révolution.

Prise par Richard Cœur de Lion en 1188, Luzech tombe plus tard aux mains des Albigeois, mais au cours de la croisade du début du XIIIe siècle, cette place forte est prise et brûlée par les croisés de Simon de Montfort. Elle sera acquise par la suite par Guillaume de Cardaillac, évêque de Cahors, qui deviendra seigneur de Luzech. Les barons en seront les co-seigneurs.

La guerre de Cent Ans exerce des ravages : la plupart des châteaux tombent aux mains des Anglais, mais ceux-ci ne mettent jamais à exécution leur projet d'assiéger Luzech.

Des fouilles pratiquées sur la colline de l'Impernal ont permis de mettre au jour des murailles et des vestiges de constructions des époques gauloise et romaine.

Les Chapt de Rastignac, famille originaire du Limousin avait hérité en Quercy des biens des barons de Luzech, en 1600, grâce au mariage de Jacquette de Ricard de Gourdon, veuve de Jean II de Luzech, avec Jean Chapt de Rastignac. Celui-ci, attaché au service de Louis XIII, puis de Louis XIV, évita au bourg de Luzech les aléas de la Fronde. En 1617, la terre de Rastignac fut érigée en marquisat, et Jean devint maréchal de camp. Dans une lettre à lui adressée, Louis XIII écrivit : "(...) Je vous ay toujours en la considération que vous méritez. Sur ce, je prie Dieu, Monsieur le comte, de vous avoir en Sa Sainte Garde." Ils posséderent Luzech jusqu'au milieu du XVIIIe siècle. Leur descendant, Alfred de la Rochefoucauld, dont la mère était née Zénaïde de Rastignac, vendra tous les biens de la famille, et cédera à la commune ce qui restait du château des Barons.

Héraldique[modifier | modifier le code]

Luzech

Son blasonnement est : Écartelé : au premier et au quatrième d'argent au griffon d'azur, au deuxième et au troisième d'azur au croissant d'argent.

Administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Jean-Claude Baldy app. PRG  
mars 1989 2001 Henri Castagnède PRG  Conseiller général
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 1 670 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 430 2 049 2 030 1 730 1 591 1 610 1 707 1 766 1 808
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 809 1 925 2 229 1 890 1 961 1 969 1 707 1 549 1 539
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 541 1 578 1 534 1 240 1 115 1 182 1 099 975 1 213
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2006 2010
1 184 1 286 1 526 1 580 1 543 1 647 1 737 1 746 1 679
2011 - - - - - - - -
1 670 - - - - - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3])
Histogramme de l'évolution démographique


Au début du XXe siècle, Luzech comptait 1578 habitants[4].

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Vie locale[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Le club de rugby à XV, l'Union Sportive Luzechoise évole dans le Championnat de France de 3e division fédérale pour la saison 2010-2011. Elle descend en Honneur pour la saison 2011-2012. En 2013-2014, elle évolue en Promotion Honneur.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. "Uxellodunum : Ville principale des Cadurques dans la Gaule celtique, qui, plus que toute autre, incarna l'honneur national des Gaulois et dont la reddition mit le point final à la conquête romaine. On n'arrive pas à se mettre d'accord sur sa localisation : Puy d'Issolud, Luzech, Capdenac, Murcens ? Un érudit local, Émile Albouy, entreprit, il y a quelques années (en 1957) de trancher ce problème particulièrement controversé. Il se prononce en faveur de Luzech. Sa démonstration parait assez convaincante" Annexe à la traduction de "la Guerre des Gaules" de César, La Pléiade, page 1080
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2005, 2006, 2010, 2011
  4. Le Lot partie Chemins de fer p.202 - Armand Viré - Réédition de l'ouvrage de 1907 - ISBN 274550049X
  5. « Château de Luzech », base Mérimée, ministère français de la Culture
  6. « Chapelle de Notre-Dame-de-l'Île », base Mérimée, ministère français de la Culture
  7. « Chapelle des Pénitents Bleus », base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. « Église Saint-Martin-de-Caïx », base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. « Église Notre-Dame de Camy », base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Maison des Consuls », base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Oppidum de Luzech », base Mérimée, ministère français de la Culture

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Liens externes[modifier | modifier le code]