Barrage de Grandval

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Barrage de Grandval
Image illustrative de l’article Barrage de Grandval
Vue aval du barrage depuis la route.
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Auvergne-Rhône-Alpes
Département Cantal
Communes Fridefont,
Lavastrie
Coordonnées 44° 55′ 21″ nord, 3° 04′ 29″ est
Cours d'eau Truyère
Objectifs et impacts
Vocation Énergie
Date du début des travaux 1955
Date de mise en service 1960
Barrage
Type à voûtes multiples et contreforts
Hauteur
(lit de rivière)
76 m
Hauteur
(fondation)
88 m
Longueur 376 m
Épaisseur en crête 3,00 m
Épaisseur à la base 4,90 m
Réservoir
Nom Lac de Grandval (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Altitude 742 m NGF
Volume 271 millions de m3
Superficie 1 100 ha
Longueur 28 km
Centrale hydroélectrique
Nombre de turbines 2
Type de turbines Francis
Puissance installée 68 MW
Production annuelle 125 GWh/an

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Barrage de Grandval

Géolocalisation sur la carte : Auvergne-Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Auvergne-Rhône-Alpes)
Barrage de Grandval

Géolocalisation sur la carte : Auvergne

(Voir situation sur carte : Auvergne)
Barrage de Grandval

Géolocalisation sur la carte : Cantal

(Voir situation sur carte : Cantal)
Barrage de Grandval

Le barrage de Grandval est un barrage français du Massif central, réalisé en 1960 par les architectes Henri et Louis Marty[1]. Il est situé sur la Truyère, dans le département du Cantal, entre les communes de Fridefont et de Lavastrie, en région Auvergne-Rhône-Alpes.

Localisation[modifier | modifier le code]

Dans le département du Cantal, le barrage de Grandval retient les eaux de la Truyère, entre les communes de Fridefont (rive gauche) et de Lavastrie (rive droite) au sud-ouest du village de Grandval[2]. Il est établi en amont du barrage de Lanau.

Données techniques[modifier | modifier le code]

C'est un barrage à voûtes multiples et contreforts en béton haut de 88 mètres par rapport aux fondations[3] et 76 mètres par rapport au lit de la rivière[4]. Il est long de 376 m en crête et sa largeur est de 4,90 m à la base pour 3 m en crête[3].

L'usine de Grandval est constituée de deux groupes de production à axe vertical de type Francis de (34 MW chacun, soit une puissance installée globale de 68 MW, permettant une production annuelle de 125 GWh[4].

Lac de retenue[modifier | modifier le code]

Le lac de retenue de Grandval.

Situé principalement dans le Cantal mais avec une petite partie en Lozère, le lac de retenue se situe à 742 m d'altitude[4] et son volume s'élève à 271 millions de mètres cubes d'eau[3]. Long d'environ 28 kilomètres, il s'étend sur 1 100 hectares[4].

Le lac arrose plusieurs communes auxquelles il sert de limite naturelle : une en Lozère : Albaret-le-Comtal[Note 1] et dix dans le Cantal : Chaliers, Val d'Arcomie[Note 2], Ruynes-en-Margeride, Anglards-de-Saint-Flour, Saint-Georges[Note 3], Alleuze, Fridefont, Lavastrie et Maurines[Note 1].

Outre la Truyère, plusieurs affluents de celle-ci alimentent la retenue en eau : d'amont en aval, en rive gauche le ruisseau d'Arcomie, le ruisseau d'Arling, le Bès (et son affluent, le ruisseau de Peyrebesse) ; en rive droite, le ruisseau de la Ribeyre, le ruisseau de la Roche, le ruisseau de Mongon, l'Ander et le ruisseau des Ternes, dont la partie aval se nomme rivière d'Alleuze.

Le lac est dominé par le château d'Alleuze et le château de Longevialle et il est franchi par le viaduc de Garabit.

Historique[modifier | modifier le code]

La construction du barrage débute en 1955. L'aménagement et l'exploitation du site sont confiés à Électricité de France en 1958[5]. La mise en eau de la retenue s'effectue en 1959, et la mise en service du barrage en 1960[3].

En 2003, le barrage a permis d'éviter des crues trop importantes de la Truyère, qui auraient pu conduire à des inondations[6], situation qui s’était déjà produite en 1977. À l’époque les sapeurs-pompiers avaient dû intervenir[7]. Par ailleurs, pour les cinquante ans du barrage, des journées découvertes ont été organisées ainsi qu’un feu d’artifice le .

En 2013, le groupe EDF a signé une convention de partenariat sur la période 2013-2017, où il s’engage à maintenir à un certain niveau d’eau le lac de barrage de Grandval, quitte à subir un « préjudice énergétique » afin de « contribuer au développement touristique » de la région.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Des scènes lacustres sont tournées dans la retenue pour le film L'Enfer d'Henri-Georges Clouzot.

La scène du contrôle de la Feldgendarmerie sur le barrage du film La Grande Vadrouille y a été tournée en 1966[8].

Galerie de photos[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Fr. Auroy, Aménagement de Grandval dans "Travaux", novembre 1961, no 325
  • M. Bonnet et M. Cessac, Massif Central : aménagement de la Truyère - Le barrage de Grandval dans "Travaux", août 1958, no 286
  • M. Decomps, A. Bonnet et C. Cessac, Aménagement de Grandval - La chute de Grandval dans "Travaux", novembre 1961, no 325
  • M. Decomps, A. Bonnet et C. Cessac, La chute de Grandval [1re partie] dans "Travaux", février 1962, no 328
  • M. Decomps, A. Bonnet et C. Cessac, La chute de Grandval [2e partie] dans "Travaux", mars 1962, no 329
  • M. Decomps, A. Bonnet et C. Cessac, La chute de Grandval [3e partie] dans "Travaux", juin 1962, no 332
  • M. Decomps, A. Bonnet et C. Cessac, La chute de Grandval [4e partie] dans "Travaux", juillet 1962, no 333
  • L'Architecture Française, article de revue, Barrage-usine de Grandval, septembre-octobre 1960 , n° 217-218, pages 78-79

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Partie du lac remontant le cours du Bès.
  2. Val d'Arcomie est depuis 2016 une commune nouvelle regroupant notamment les anciennes communes de Loubaresse et Faverolles.
  3. Partie du lac remontant le cours de l'Ander.

Références[modifier | modifier le code]

  1. L'Architecture Française, Barrage-usine de Granval, septembre-octobre 1960, p. 78-79
  2. Géoportail, « Barrage de Grandval » (consulté le 8 décembre 2016).
  3. a b c et d Barrage de Grandval, Structurae, consulté le 8 décembre 2016.
  4. a b c et d Les barrages de Grandval et Lanau sur la Truyère, Syndicat Mixte du Lac de Garabit Grandval, consulté le 8 décembre 2016.
  5. [PDF], Décret du 23 novembre 1958 concédant à Électricité de France (service national) l'aménagement et l'exploitation de la chute de Grandval, sur la Truyère, dans les départements du Cantal et la Lozère, Légifrance, consulté le 8 décembre 2016.
  6. Les barrages influent peu sur les crues, La Dépêche, 20 janvier 2004.
  7. Grandval en crue (août 1977), Dailymotion.
  8. Il y a 50 ans, le Cantal servait de décor à La Grande Vadrouille, sur La Montagne.fr