Gigouzac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Gigouzac
Image illustrative de l'article Gigouzac
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Midi-Pyrénées
Département Lot
Arrondissement Cahors
Canton Causse et Bouriane
Intercommunalité Communauté de communes du Grand Cahors
Maire
Mandat
Romuald Molinié
2014-2020
Code postal 46150
Code commune 46119
Démographie
Population
municipale
241 hab. (2012)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 35′ 03″ N 1° 26′ 05″ E / 44.5841666667, 1.4347222222244° 35′ 03″ Nord 1° 26′ 05″ Est / 44.5841666667, 1.43472222222  
Altitude Min. 210 m – Max. 376 m
Superficie 9,91 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte administrative du Lot
City locator 14.svg
Gigouzac

Géolocalisation sur la carte : Lot

Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Gigouzac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Gigouzac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Gigouzac

Gigouzac est une commune française, située dans le département du Lot en région Midi-Pyrénées.

Géographie[modifier | modifier le code]

Commune de l'aire urbaine de Cahors, située dans le triangle noir du Quercy sur le Vert.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Gigouzac est basé sur l'anthroponyme d'origine gallo-romaine Gigius et par déformation expressive de Gigantius. La terminaison -ac est issue du suffixe gaulois -acon (lui-même du celtique commun *-āko-), souvent latinisé en -acum dans les textes[1].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2008 2014 Romuald Molinié UMP Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2012, la commune comptait 241 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
561 485 515 598 576 568 580 601 611
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
613 600 582 506 490 505 508 464 425
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
405 353 346 282 259 241 235 209 181
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2012
193 204 180 204 211 176 211 221 241
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Ludovic de Valon, Notes sur Gigourzac, p. 253-260, Bulletin de la Société des études du Lot, T. 28, 1903
  • Édith Bour, Gigourzac, 1re partie, (Lire en ligne)
  • Édith Bour, Gigourzac, 2e partie et fin (Lire en ligne)

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy,‎ , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 112.
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2008, 2012.
  4. « Église Saint-Pierre-ès-Liens », base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. « Maison aux pigeonniers », base Mérimée, ministère français de la Culture

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant à l'année 2006, première population légale publiée calculée conformément aux concepts définis dans le décret no 2003-485 du 5 juin 2003, et les années correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et aux années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :