Mercuès

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Mercuès
Mercuès
Vue générale.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Cahors
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cahors
Maire
Mandat
Ludovic Dizengremel
2014-2020
Code postal 46090
Code commune 46191
Démographie
Gentilé Mercuésien, mercuésienne[1]
Population
municipale
1 116 hab. (2017 en augmentation de 7,72 % par rapport à 2012)
Densité 154 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 29′ 53″ nord, 1° 23′ 11″ est
Altitude Min. 101 m
Max. 303 m
Superficie 7,24 km2
Élections
Départementales Canton de Cahors-1
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Mercuès
Géolocalisation sur la carte : Lot
Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Mercuès
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mercuès
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mercuès
Liens
Site web mercues.fr

Mercuès est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

Mercuès, qui appartient à l'aire urbaine de Cahors, est situé sur le Lot, à 8 kilomètres au nord-ouest et en aval de Cahors, sur l'axe Cahors - Villeneuve-sur-Lot.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Mercuès est limitrophe de six autres communes.

Carte de la commune de Mercuès et de ses proches communes.


Communes limitrophes de Mercuès[2]
Espère Calamane
Caillac Mercuès[2] Cahors
Douelle Pradines

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Lot un affluent de la Garonne.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 724 hectares ; son altitude varie de 101 à 303 mètres[3].

De la terrasse du château, perché sur une long escarpement rocheux bordant la rivière, on a une ample vue sur la vallée du Lot, de Cahors en amont jusqu'à Caillac en aval, en passant par Pradines. La rivière, navigable depuis Saint-Cirq-Lapopie, n'est plus utilisée que par la navigation de plaisance ; une écluse est à franchir au bas du château.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec la D 811 (ex route nationale 111) et l'ancienne ligne Monsempron-Libos - Cahors entre Fumel et Cahors, lesquelles traversent le village.

La ligne 913 du réseau liO dessert la commune, en direction de Cahors ou de Monsempron-Libos.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme Mercuès (idem en occitan), attesté sous la forme Mercurio au début XIe siècle [4], se rattache au dieu romain Mercure, mais pourrait aussi venir du cognomen Mercurinus[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Politique et administration[modifier | modifier le code]

La mairie.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Le nombre d'habitants au recensement de 2011 étant compris entre 500 et 1 499 habitants, le nombre de membres du conseil municipal pour l'élection de 2014 est de quinze[6],[7].

Rattachements administratifs et électoraux[modifier | modifier le code]

Commune faisant partie de l'arrondissement de Cahors de la communauté de communes du Grand Cahors et du canton de Cahors-1 (avant le redécoupage départemental de 2014, Rimont faisait partie de l'ex-canton de Cahors-Nord-Ouest) et avant le elle faisait partie de la communauté de communes du pays de Cahors.

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Les maires successifs[8]
Période Identité Étiquette Qualité
1802 1827 Pierre Lacoste-dumoulin    
1827 1832 Antoine Agas    
1832 1834 Jean-pierre Cayx    
1834 1837 J. Delsol    
1838 1839 A. Fournier    
1840 1847 J. Delsol    
1847 1848 A. Boissie    
1848 1850 Jean Bessac    
1851 1852 Clément Garrigues    
1852 1870 Baptiste Darres    
01.1871 05.1871 Pierre-auguste Villieres    
1871 1918 Jean-paul Pouli    
1918 1925 Armand Raynalis    
1925 1941 Jean Delpon    
1941 1953 Honoré Berte    
1953 1956 Marcel Moles    
1956 1956 Georges Linas    
1956 1963 Marcel Moles    
1963 1977 Joseph Brunet    
1977 1989 Louis Moysen    
1989 2014 Claudine Barreau DVG  
2014 En cours Ludovic Dizengremel DVG  

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[10].

En 2017, la commune comptait 1 116 habitants[Note 1], en augmentation de 7,72 % par rapport à 2012 (Lot : -0,3 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
600560592501538599600592588
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
581589620645634647617601526
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
513465432348353322309348332
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3704355516197687361 0561 0441 072
2017 - - - - - - - -
1 116--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[13] 1975[13] 1982[13] 1990[13] 1999[13] 2006[14] 2009[15] 2013[16]
Rang de la commune dans le département 94 34 36 32 39 24 25 25
Nombre de communes du département 340 340 340 340 340 340 340 340

Économie[modifier | modifier le code]

Le village traversé par l'axe D 811 est doté de nombreux commerces de proximité favorisant ainsi la croissance du village. Présence d'une imprimerie du groupe CPI. Viticulture lieu de production de Cahors (AOC),

Enseignement[modifier | modifier le code]

Mercuès fait partie de l'académie de Toulouse.

L'éducation est assurée sur la commune par un groupe scolaire maternelle et primaire[17].

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Médiathèque[18]. Les activités locales sont nombreuses du fait du nombre d'associations (Comité des fêtes, ARAEM, danse, etc.[19]).

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Chasse, pétanque, gymnastique, pêche, tennis de table,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

La collecte et le traitement des déchets des ménages et des déchets assimilés ainsi que la protection et la mise en valeur de l'environnement se font dans le cadre du SYDED du Lot[20],[21].

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Château de Mercuès[modifier | modifier le code]

« Du château de Mercuès, on voit monter vers soi l'histoire ! » s'écria un matin de mai 1951 le général de Gaulle qui venait de passer la nuit dans cette ancienne résidence d'été des évêques de Cahors. La majesté de ce nid d'aigle dont les terrasses offrent un somptueux panorama sur les méandres du Lot convenait parfaitement à la verve visionnaire du héros de la France libre. Ce site, place forte naturelle occupée depuis le VIIe siècle, fut aménagé à la Renaissance en château de plaisance des comtes évêques de Cahors qui embellirent constamment les lieux jusqu'à l'aube du XXe siècle. Transformé en résidence hôtelière dans les années 1940, ce fut un des premiers fleurons de la chaîne Relais & Châteaux. Son propriétaire de l'époque, Georges Héreil, était un grand nom de la construction aéronautique considéré comme le père de la Caravelle. À sa disparition, le destin de Mercuès vacille un instant quand se présente un acheteur providentiel : Georges Vigouroux, entreprenant négociant-viticulteur, un des principaux artisans de la renaissance des vins de Cahors.

Tout en réalisant d'importantes campagnes de restauration du château sous les yeux attentifs des architectes des Bâtiments historiques, le nouveau maître des lieux réalise aussi un rêve qui lui est cher. Il ressuscite ex nihilo le vignoble de Mercuès entièrement détruit par le phylloxéra à la fin du XIXe siècle. Une trentaine d'hectares ont ainsi été replantés sur les croupes graveleuses qui entourent le château, un terrain argilo-siliceux propice aux cépages historiques des vins de Cahors (auxerrois, tannat et merlot). Point d'orgue de ce renouveau : des chais d'exception creusés à ciel ouvert sous les terrasses du château au prix de travaux pharaoniques. Un couloir en pente douce amène directement du château de Mercuès sous ces voûtes en volutes de béton brut - magnifique perspective romano-byzantine revue par Niemeyer - qui dominent d'impeccables alignements de barriques à la bordelaise. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1947[22].

Le château de Mercuès a été le site où le film Holidays avec Jean-Pierre Darroussin, Josiane Balasko et Judith Godrèche fut tourné.

Autres monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

Références[modifier | modifier le code]

  1. https://www.habitants.fr/mercues/banque
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. Albert Dauzat, Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des Noms de Lieux en France, Librairie Guénégaud, réédition 1984, p. 434, à Marcoux. 2
  5. Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 43.
  6. art L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales.
  7. http://www.interieur.gouv.fr/Elections/Les-resultats/Municipales/elecresult__MN2014/(path)/MN2014/031/031261.html.
  8. « Les maires de Mercuès », sur Site francegenweb, (consulté le 23 octobre 2017).
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  13. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  14. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  15. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  16. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  17. http://www.mercues.fr/fr/jeunesse-et-enseignement/scolarite.html
  18. http://www.mercues.fr/fr/mediatheque-espace-culturel.html
  19. http://www.mercues.fr/fr/vie-associative.html
  20. http://www.mercues.fr/fr/environnement/tri-des-dechets.html
  21. https://syded-lot.fr/
  22. « Château de Mercuès », notice no PA00095166, base Mérimée, ministère français de la Culture
  23. « Château es Bouysses », notice no PA00095292, base Mérimée, ministère français de la Culture

Sur les autres projets Wikimedia :