Lamagdelaine

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Lamagdelaine
Lamagdelaine
Borie de Savanac.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Lot
Arrondissement Cahors
Intercommunalité Communauté d'agglomération du Grand Cahors
Maire
Mandat
Véronique Arnaudet
2020-2026
Code postal 46090
Code commune 46149
Démographie
Population
municipale
697 hab. (2018 en diminution de 5,3 % par rapport à 2013)
Densité 66 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 28′ 07″ nord, 1° 29′ 25″ est
Altitude Min. 110 m
Max. 331 m
Superficie 10,63 km2
Élections
Départementales Canton de Cahors-2
Législatives Première circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Lamagdelaine
Géolocalisation sur la carte : Lot
Voir sur la carte topographique du Lot
City locator 14.svg
Lamagdelaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Lamagdelaine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Lamagdelaine

Lamagdelaine est une commune française, située dans le département du Lot en région Occitanie.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est comprise dans l'aire urbaine de Cahors : elle est à moins de 4 km (à vol d'oiseau) à l'est-nord-est de Cahors[1].

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Lamagdelaine[1]
Bellefont-La Rauze
Lamagdelaine[1] Saint Géry-Vers
Cahors Arcambal

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Le Lot sert de limite sud à la commune, et son affluent de rive droite (rive nord) le ruisseau de Nouaillac marque la limite est[1].

Transports[modifier | modifier le code]

Elle est traversée du nord au sud par l'autoroute A20. La D653 longr la rive droite du Lot[1].

Toponymie[modifier | modifier le code]

Lamagdelaine s'appelait autrefois Saint-Pierre de Floirac[2] ou Floirac[3].

Lamagdelaine (en occitan Lamagdalena) est basé sur l'hagiotoponyme chrétien Marie-Madeleine[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Préhistoire[modifier | modifier le code]

La grotte du Coual se trouvait en rive droite du Lot ; elle a aujourd'hui disparu[4]. Elle a livré fin XIXe siècle un grand biface acheuléen[5] (Bergougnoux 1887[6]), que Lorblachet a attribué à l'Acheuléen ancien ; et du Magdalénien[4], dont l'une des deux lampes paléolithiques connues (en 1945) dans le département du Lot (l'autre lampe du Lot provenant de Saint-Cirq-Madelon)[7].

Le gisement de plein air des Bosses, un peu en amont sur la même rive[8], a fourni une belle série lithique (2 626 pièces)[9] du Paléolithique moyen ancien datée de environ 300 000 ans[10]. La production est orientée vers le débitage d'éclats avec des méthodes systématisées, mais l'outillage lourd (bifaces) est encore présent[9]. On y trouve du débitage discoïde et - principalement - du débitage sur enclume[11].

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

La commune a été créée en 1875 par détachement de sections de Laroque-des-Arcs[3].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs[12]
Période Identité Étiquette Qualité
2001   Jean-claude Luzorgues    
mars 2008 2014 Maurice Pons    
mars 2014 En cours Véronique Arnaudet DVG Agent mandataire en assurances
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1876. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[13]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[14].

En 2018, la commune comptait 697 habitants[Note 1], en diminution de 5,3 % par rapport à 2013 (Lot : −0,3 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
550549513503502411401351280
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
271221207206229215275443626
1990 1999 2006 2011 2016 2018 - - -
731740762744704697---
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[15] puis Insee à partir de 2006[16].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • La borie dans le hameau de Savanac est une ancienne demeure seigneuriale campagnarde datant des XIIIe et XIVe siècles. L'édifice est inscrit au titre des monuments historiques en 1993[17].

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a b c et d « Lamagdelaine, carte interactive » sur Géoportail. Couches « Cartes IGN classiques », « Limites administratives » et « Hydrographie » activées. Vous pouvez bouger la carte (cliquer et maintenir, bouger), zoomer (molette de souris ou échelle de l'écran), moduler la transparence, désactiver ou supprimer les couches (= cartes) avec leurs échelles d'intensité dans l'onglet de "sélection de couches" en haut à droite, et en ajouter depuis l'onglet "Cartes" en haut à gauche. Les distances et surfaces se mesurent avec les outils dans l'onglet "Accéder aux outils cartographiques" (petite clé à molette) sous l'onglet "sélection de couches".
  2. « Lee Grand Cahors - Lamagdelaine », sur grandcahors.fr, (consulté le 9 mars 2015).
  3. a b et c Gaston Bazalgues, À la découverte des noms de lieux du Quercy : Toponymie lotoise, Gourdon, Éditions de la Bouriane et du Quercy, , 127 p. (ISBN 2-910540-16-2), p. 58.
  4. a et b [Colonge et al. 2013] David Colonge, Marc Jarry, Jacques Jaubert, Vincent Mourre et Alain Turq, « Quel Paléolithique ancien en Quercy ? », dans M. Jarry, J.-Ph. Brugal & C. Ferrier (dir.), Modalité d’occupation et exploitation des milieux au Paléolithique dans le Sud-Ouest de la France : l'exemple du Quercy (Actes de la session C67, XVème Congrès mondial de l’UISPP, Lisbonne, sept. 2006), Paléo, supplément no 4, p. 197-212, , sur academia.edu (www.academia.edu/download/33416604/Colonge_et_al_2013_Paleolithique_ancien_Quercy.pdf), p. 205.
  5. [Jaubert 1994] Jacques Jaubert, « L'industrie lithique du Paléolithique inférieur et moyen de l'affluent Robert de Joly », Publications du musée des Confluences, no 31 « L'autre Padirac. Spéléologie, karstologie, paléontologie et préhistoire, dans l'affluent Robert de Joly »,‎ , p. 200-223 (lire en ligne [sur persee]), p. 216.
  6. [Bergougnoux 1887] Félix Bergougnoux, Les temps préhistoriques en Quercy (monographie), Impr. Typographique JB Pignères, . Cité dans Colonge et al. 2013, p. 201 avec reproduction du dessein de Bergougnoux.
  7. [Bastin 1945] A.-H. Bastin, « Les lampes paléolithiques de St-Germain-la-Rivière (Gironde) », Bulletin de la Société préhistorique française, vol. 42, nos 1-3,‎ , p. 34-38 (lire en ligne [sur persee]), p. 36, 37.
  8. [Jarry et al. 2013] Marc Jarry, Jean-Philip Brugal, Catherine Ferrier et Hélène Martin, « Cultures et environnements paléolithiques : mobilité et gestion des territoires des chasseurs-cueilleurs en Quercy », Paléo, no 4 « Actes de la session C67, XVe Congrès mondial de l’UISPP, Lisbonne, sept. 2006 »,‎ , p. 13-20 (lire en ligne [PDF] sur researchgate.net, consulté le 15 janvier 2021), p. 15, fig. 1.
  9. a et b Colonge et al. 2013, p. 203.
  10. Colonge et al. 2013, p. 197.
  11. Colonge et al. 2013, p. 204.
  12. « Les maires de Lamagdelaine », sur francegenweb.org, (consulté le 4 octobre 2017).
  13. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  14. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  15. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  16. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  17. « Borie de Savanac », notice no PA00125600, base Mérimée, ministère français de la Culture

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :