Palais des glaces (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Palais des glaces (homonymie).
Palais des glaces
Description de cette image, également commentée ci-après

La façade du Palais des glaces

Lieu 37 rue du Faubourg-du-Temple, Paris 10e
Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 52′ 09″ nord, 2° 22′ 06″ est
Inauguration 1876
Capacité Salle principale : 482 places
Petit Palais des Glaces : 80 places
Anciens noms Boléro Star
Bijou Concert
Direction Jean-Pierre Bigard
Site web http://www.palaisdesglaces.com/

Géolocalisation sur la carte : 10e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 10e arrondissement de Paris)
Palais des glaces (Paris)

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Palais des glaces (Paris)

Le Palais des glaces est une salle de spectacle parisienne édifiée en 1876 au 37 rue du Faubourg-du-Temple, dans le 10e arrondissement de Paris.

L'établissement, spécialisé dans le café-théâtre et dirigé depuis 2002 par Jean-Pierre Bigard, également directeur de la Comédie de Paris, comprend deux salles : la principale de 482 places (réparties entre orchestre et balcon) et le Petit Palais des Glaces, de taille bien plus modeste.

Historique[modifier | modifier le code]

Débuts[modifier | modifier le code]

Inaugurée en 1876 sous le nom de Boléro Star et essentiellement consacrée à la chanson, la salle est rapidement rebaptisé Bijou Concert. C'est peu à peu, et sous l'impulsion de ses différents directeurs (Albert Schrameck, spécialiste du caf' conc' puis Paul Ruez, également directeur des Folies Bergères, de l'Olympia ou du Moulin Rouge) que le théâtre envahit les lieux. Oscillant alors sans cesse entre music-hall et théâtre, au gré des directions et des faillites, la salle est entièrement reconstruite en 1924 pour devenir le Grand cinéma du palais des glaces (en raison de sa nouvelle façade recouverte de miroirs).

Depuis les années 1970[modifier | modifier le code]

En 1970, ayant abandonné le cinéma pour revenir à la musique, le Palais des glaces accueille des artistes tels que Marcel Dadi, Touré Kunda, Nina Simone ou les Clash.

Le , Marc Zermati y organise la Nuit punk, concert qui réunit Wayne County and the Electric Chairs, Stinky Toys, The Jam, Generation X et The Police[1].

En 1988, et alors que le Palais est entre-temps redevenu un théâtre, le producteur Jimmy Lévy le rachète et le consacre peu à peu à l'humour. Le théâtre voit ainsi défiler sur ses planches une nouvelle génération d'humoristes français, comme Les Vamps (en 1989, 1991 et 1995), Pierre Palmade (1990), Jean-Marie Bigard (1992), Chevallier et Laspalès (1992), Patrick Timsit (1993), Marc Jolivet (1994), Élie et Dieudonné (1996), Gad Elmaleh (1996) ou Éric et Ramzy (1998). Dédié désormais au one-man-show et à la comédie, le Palais des glaces est racheté à l'été 2002 par Jean-Pierre Bigard, le Frère de l'humoriste français Jean-Marie Bigard, qui le dirige toujours aujourd'hui.

En 2010, 50 théâtres privés de Paris réunis au sein de l’Association pour le Soutien du Théâtre Privé (ASTP) et du Syndicat National des Directeurs et Tourneurs du Théâtre Privé (SNDTP), dont fait partie le Palais des Glaces, décident de se renforcer grâce à une nouvelle enseigne, symbole du modèle historique du théâtre privé : les Théâtres Parisiens Associés[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Pierre Mikaïloff, Kick Out The Jams, Motherfuckers! Punk rock, 1969-1978, Editions du Camion Blanc, 2012
  2. Le Palais des Glaces - Théâtres Parisiens Associés sur le site www.theatresparisiensassocies.com - consulté le 23 février 2015.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Michel Dansel, Alexandra d'Arnoux, Histoire des arrondissements de Paris : Paris 20e, éd. J.-C. Simoën, 1977
  • Simon Lacordaire, Jean Colson, Vie et histoire du XXe arrondissement, éd. Hervas, juin 1995 (ISBN 978-2903118266)
  • Françoise Morier (dir.), Belleville, Belleville : Visage d'une planète, éd. Créaphis, janvier 2002 (ISBN 978-2907150583)

Article connexe[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]