Le Palace (Paris)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Le Palace.
Le Palace
Description de cette image, également commentée ci-après

Le Palace en 2009.

Type Théâtre
Lieu Paris, Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 52′ 19″ nord, 2° 20′ 36″ est
Inauguration 1912 (cinéma), 1921 (music-hall)
Capacité 984
Anciens noms Eden
Théâtre du Boulevard
Direction Hazis Vardar, Francis et Chantal Lemaire
Direction artistique Alil Vardar
Site web www.theatrelepalace.fr

Géolocalisation sur la carte : 9e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 9e arrondissement de Paris)
Le Palace (Paris)

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Le Palace (Paris)

Le Palace est une salle de spectacle parisienne située 8, rue du Faubourg-Montmartre dans le 9e arrondissement et qui, entre autres, fut de 1978 à 1983 un club parisien très en vogue dans la culture underground.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dufrenne et Varna[modifier | modifier le code]

Le Palace Music-Hall en 1923 avec sa revue « Toutes les femmes ».
Ayant quitté l'Amérique, les Dolly Sisters font fureur au Palace en 1923 : elles vivent en France où elles ont acheté un château.
Nudist'Bar, la revue de Dufrenne et Varna en novembre 1930.

À l'origine, il s'agit d'une salle de cinéma inaugurée en 1912 sous le nom de Gaumont Color[1].

Elle est rachetée en 1921 par l'entrepreneur de spectacles Léon Volterra, et rebaptisée sous le nom de Société anonyme de music-hall et de cinéma Eden » et Théâtre du Boulevard. En avril-mai 1922, il y monte la revue inaugurale Une nuit de la Dubarry, à grand coup de danseuses à moitié nues.

Elle prend ensuite le nom de Palace Music-Hall en 1923 quand la salle passe sous la direction d'Oscar Dufrenne et Henri Varna, qui ont fondé une société en commun, gérant de nombreuses salles en France. Ils inaugurent le lieu avec la revue dansante et chantée « Toutes les femmes », revue en deux actes et trente-cinq tableaux de Léo Lelièvre, les chanteurs vedettes Polaire, Nina Myral et Émile Audiffred, le danseur Harry Pilcer, et notamment un solo de la danseuse du ventre Zulaïka, apparaissant nue jusqu'en dessous de la ceinture et simulant un rapport sexuel : le spectacle frôla l'interdiction[2]. Dufrenne et Varna furent servis par ce scandale : la salle fut bondée pendant plusieurs mois. Puis ce fut Oh, les belles filles, revue venue du Concert Mayol en 1923, et l'année suivante, arrivèrent des vedettes de la chanson comme Maurice Chevalier qui succéda aux Dolly Sisters au milieu de décors de plus en plus somptueux. Les revues légères à thèmes et « des plaisirs de la nuit » s'enchaînent, avec Palace aux nues, Yo t'aime, La Beauté de Paris, Femmes et Sports (1927) avec le boxeur Georges Carpentier reconverti, Paris-Madrid et Raquel Meller (avril 1929), Nudist'Bar (novembre 1930) avec Harry Pilcer et Charpini, La Revue argentine (1931) avec Gloria Guzman et Sofia Bozan. La « Revue du Palace » devient si célèbre qu'elle part en tournée en province durant l'année 1927-1928. Seule exception, en 1928, Dufrenne, menacé de fermeture pour outrages aux bonnes mœurs, programme L'Oublié, une pièce de théâtre sans nu aucun, pour se faire oublier en vue des élections au Conseil de Paris... En mars 1931, Dufrenne et Varna convertissent temporairement leur théâtre en salle de cinéma, accueillant surtout des films de la Warner, de la Fox, ou même de Walter Ruttmann, plutôt expérimentaux donc, de midi à deux heures du matin. L'assassinat de Dufrenne le 24 septembre 1933 dans son bureau directorial défraya la chronique[3] et le crime ne fut jamais résolu.

En décembre 1934, Henri Varna reprend la salle et, associé à Émile Audiffred, changent le nom en Alcazar de Paris[4]. Ils y montent plusieurs spectacles inspirés de la vie marseillaise (Zou ! Le midi bouge ; Rose de Marseille ; Marseille mes amours...) sur des chorégraphies de Georges Moro.

Après Dufrenne[modifier | modifier le code]

Fin 1939, la salle redevient Le Palace, toujours sous la direction de Varna : durant l'occupation, de nombreux spectacles y sont montés, des opérettes comme Eulalie (1941-1942) et Vive la reine ! (1942-1943), sur des livrets de Raymond Souplex et des musiques de Georges Matis. Fin 1944, à la Libération, elle est transformée de nouveau en salle de cinéma[5]. Varna meurt en 1969, la salle de cinéma ferme.

Le bâtiment est presque à l'abandon lorsque Michel Guy le choisit en 1973 pour accueillir les manifestations du tout nouveau Festival d'automne à Paris[6], ainsi que Théâtre Expérimental Populaire (TEXPOP!) qui réunissait le Théâtre de l'Espérance (Jean-Pierre Vincent et Jean Jourdheuil), l'ensemble de musique contemporaine de Diego Masson, et le Théâtre du Silence (les chorégraphes Jacques Garnier et Brigitte Lefèvre. Le lieu se consacre au théâtre[7] à part entière sous la direction de Pierre Laville de 1975 à 1978. Dans un état alors relativement délabré, on y présente des pièces de David Rochline[n 1], Alfredo Arias ou Gérard Garouste[9]. Il est alors classé monument historique[10].

Les années Emaer (1978-1983)[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Fabrice Emaer.

« Le Palace n’est pas une « boîte » comme les autres : il rassemble dans un lieu original des plaisirs ordinairement dispersés : celui du théâtre comme édifice amoureusement préservé, jouissance de la vue ; l’excitation du Moderne, l’exploration de sensations visuelles neuves, dues à des techniques nouvelles ; la joie de la danse, le charme des rencontres possibles. Tout cela réuni fait quelque chose de très ancien, qu’on appelle la Fête, et qui est bien différent de la Distraction : tous un dispositif de sensations destiné à rendre les gens heureux, le temps d’une nuit. Le nouveau, c’est cette impression de synthèse, de totalité, de complexité : je suis dans un lieu qui se suffit à lui-même. »

— Roland Barthes, Vogue Hommes, 1978

Le vieux music-hall désaffecté, avec le soutien de Michel Guy alors ministre de la Culture[10], est racheté par Fabrice Emaer, un des personnages de la « nuit parisienne », propriétaire d'un restaurant-discothèque de la rue Sainte-Anne, Le Sept. Celui-ci y effectue d'importants travaux, dont il confie la maîtrise d’œuvre à Patrick Berger[11], recomposant le décor initial des années 1930, moyennant des dépenses colossales qui grèveront durablement l'avenir du club. Reprenant le modèle du Studio 54 à New York, Fabrice Emaer veut en faire le lieu incontournable de la fête[12].

Le 1er mars 1978[n 2], Fabrice Emaer ouvre cet espace avec un show de Grace Jones et sa reprise de La Vie en Rose[13] qui deviendra « une sorte d'hymne du Palace[14]. » Les serveurs, vêtus de flamboyants costumes rouge et or, sont habillés par Mugler.

Très vite, le Palace devient l'endroit à la mode, recevant jusqu'à 1 500 personnes. Comptant une centaine d'employés permanents, il réalise lors de son premier exercice un chiffre d'affaires de 30 millions de francs lourds, battant ainsi tous les records de la profession. Pendant cinq ans, il organise une moyenne de cent concerts par an. Dès 1979 Amanda Lear le cite dans son tube Fashion Pack comme un haut lieu de la nuit : « In Paris you got to be seen at Maxim's / The Palace / The 7 and then go Chez Régine. » Les soirées à thèmes s'y succèdent[n 3]. Nombreux stylistes parfois aux « looks invraisemblables[16] » tels Kenzo, Karl Lagerfeld, Claude Montana ou Jean-Charles de Castelbajac, certains amenés par l'attachée de presse du lieu Sylvie Grumbach[17],[n 4], y organisent des défilés et des fêtes[18]. Des groupes d'artistes de l'époque tels Les Musulmans fumants y exposent, Gainsbourg donne un concert en 1979 alors que Bambou fréquente déjà le lieu[19], entouré de ses « rastas » les « choristes de Marley et les chanteurs de Tosh[n 5] », Prince y donne son premier concert parisien le 3 juin 1981. En 1980, Fabrice Emaer ouvre sous Le Palace un endroit privé, Le Privilège, réservé à la jet set et aux princes(ses) de la nuit. Restaurant à l'ambiance feutrée jusqu'à minuit, il se transforme en petite discothèque avec comme DJ, Henri Flesh[20],[21]. La décoration du lieu est confiée à Gérard Garouste suite aux conseils d'Andrée Putman auprès d'Emaer[22], la création du mobilier à Élisabeth Garouste. Jenny Bel'Air tient la porte qui communique du Palace plus déluré à ce lieu plus réservé[23].

Le Palace est à la fin des années 1970 un lieu mythique, très lié à la musique pop et à l'émergence de la culture gay[24]. « Le Palace incarne aussi l'utopie d'une vaste fête démocratique où riches et pauvres se fondent dans l'ivresse de la nuit[25]. » Il est décliné pour des expériences temporaires à Cabourg et Saint-Tropez où tous les « inconditionnels » parisiens se déplacent[26]. Parmi ses habitués à Paris, appelés plus tard « la génération Palace », figurent Alain Pacadis[27] et Michel Cressole[26], du journal Libération (Pacadis qui, dans ses chroniques, évoque souvent le Palace) ; François Dymant[27], réalisant des photos pour Le Palace Magazine ; les couturiers Karl Lagerfeld et Jean Paul Gaultier ; le sémiologue Roland Barthes, professeur au Collège de France ; le chanteur Mick Jagger, le mannequin Jerry Hall ; Caroline Loeb[28] (elle joue Santa Claus is back in town dans ce théâtre) ; l'artiste américain Andy Warhol ; les journalistes Frédéric Mitterrand et Yves Mourousi ; la décoratrice Andrée Putman, sa fille Olivia, et son fils le galeriste Cyrille Putman ; Vincent Darré[n 6], le créateur de chaussures Christian Louboutin et Farida Khelfa[n 7] ainsi que ses sœurs Malika[26] et Djemila, Henri Seydoux qui se mariera plus tard avec Farida ; le cinéaste et dessinateur Jean-Paul Goude ; la toute jeune Eva Ionesco[26] ; le couturier Yves Saint Laurent et son compagnon, l'homme d'affaires Pierre Bergé, ainsi que Loulou de la Falaise[31] ; la créatrice de bijoux Victoire de Castellane accompagnée de son oncle Gilles Dufour ; les actrices Alice Sapritch et Pauline Lafont[31] ; l'imitateur Thierry Le Luron ; le publicitaire et homme de télévision Thierry Ardisson[n 8],[n 9]; la créatrice de lingerie Chantal Thomass et ses amis stylistes Jean-Charles de Castelbajac, Thierry Mugler, Claude Montana, Kenzo Takada[34] ; les artistes et photographes Pierre et Gilles, Christophe Mourthé, le photographe et écrivain François-Marie Banier, l'acteur Patrick Dewaere[31], Maud Molyneux qui organise le dimanche après-midi des thés[35], mais aussi de jeunes danseurs africains-parisiens et antillais venus du Rex Club, quelques « sapeurs » et des DJ comme Michel Gaubert, Philippe Krootchey[19] ou les futurs stars du rap Afrika Bambaataa ou Grandmaster Flash[36]. Paquita Paquin, physionomiste du lieu en remplacement d'Edwige Belmore « la reine des punk » et « figure de proue » de l'endroit[37], puis hôtesse[38], devenue depuis journaliste, résume Le Palace de cette époque comme « le night-club phare de la charnière des années 70-80[39] ». Public Image Limited y enregistre un album live publié en 1981 sous le titre Paris au Printemps.

Déclin[modifier | modifier le code]

Mais Fabrice Emaer tombe malade durant plusieurs mois ; parfois sous morphine à cause de la douleur, de plus en plus fatigué, le personnel ne laisse rien paraître. Mais Le Palace, qui « vit, depuis le début, très largement au-dessus de ses moyens sans que personne s'en soucie[40] », décline. Après un dépôt de bilan en 1981, il ferme une première fois en 1982. Terrassé par un cancer des reins, Fabrice Emaer meurt en 1983[41]. C'est la fin d'une époque. Le Palace est repris par d'ex-associés de Fabrice Emaer, mais au fil des ans les dettes s'accumulent. À plusieurs reprises, des trafics de stupéfiants conduisent à la fermeture administrative du lieu pour des périodes de trois à six mois, fragilisant d'autant la situation financière.

House music[modifier | modifier le code]

C'est pourtant au Palace qu'est né entre 1984 et 1989 l'engouement — très parisien — pour la house music avec les soirées French Touch de Jean-Claude Lagrèze, qui a débuté à l'Opéra-Night en 1985-1986, aux côtés de Cyrille Gordigiani et d'Arnaud-Louis Chevallier, ancien directeur des 120 Nuits, de La Nicole et surtout les soirées Pyramides en 1987, organisées par les Anglais de S'Express. De nouveau, avec « la Galerie de Nuit », des groupes actifs de l'art urbain de l'époque, tels les Banlieue-Banlieue, y exposent. Dans le cadre de l'essor du mouvement Hip Hop français dans les années 1980-1990, de nombreux hip-hoppeurs viendront aussi y danser tel que Bintou Dembélé[42]. L'artiste australien Leigh Bowery y fut souvent invité. Dans les loges du haut, l'artiste Klaus Guingand avait son atelier durant cinq ans. Par ailleurs, le Gay Tea Dance accueille chaque dimanche après-midi de deux à trois mille participants. En 1992, Régine elle-même, ancienne « rivale » de la nuit de Fabrice Emaer, essaie de reprendre le lieu, suivie en 1994 par le couple David et Cathy Guetta qui essaie de le relancer par le Privilège, relooké et rebaptisé Kitkat. Les décorations de Garouste disparaissent alors.

Ardisson[modifier | modifier le code]

En 1988, Thierry Ardisson utilise le lieu les samedis soirs pour son émission Lunettes noires pour nuits blanches[43]. Il utilise ensuite la discothèque Le Shéhérazade.

La renaissance[modifier | modifier le code]

Le lieu ferme définitivement en 1996[41]. Dans les années qui suivent, le Palace, désaffecté, est occupé par un squat[13]. En novembre 2006, les frères Alil et Hazis Vardar[44], des Belges d'origine albanaise déjà propriétaires de nombreux théâtres en Belgique et en France (Toulouse, Montpellier, Avignon mais aussi la Comédie République et de la Grande Comédie à Paris), rachètent la salle avec la participation de Francis et Chantal Lemaire, propriétaires de Radio Contact en Belgique[18].

Le nouveau Palace, doté de 970 places, est inauguré le [41] avec le nouveau spectacle de Valérie Lemercier[45]. Il accueille l'humoriste Florence Foresti du 29 septembre 2009 au 9 janvier 2010.

Le 31 octobre 2011, Hazis Vardar annonce son intention de vendre Le Palace pour quinze millions d'euros[18].

Dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Le groupe de hard-rock français Trust a consacré une chanson de son premier album Trust (1979) à cette boîte de nuit et aux mœurs singulières qui y auraient cours, simplement intitulée Palace.

Dans le film Les Sous-doués en vacances (1980), Daniel Auteuil déclare à l’une de ses partenaires : « Je t'emmènerais bien danser au Palace ».

Dans sa chanson Marche à l'ombre, Renaud l'évoque dans le couplet de la "petite bourgeoise" : "Qu'est ce qu'elle vient nous frimer la tête, Non mais elle se croit au Palace, j'peux pas saquer les starlettes ni les blondasses".

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes de contenu[modifier | modifier le code]

  1. Rochline qui a entre autres décoré Les Bains Douches et est le beau-frère de Gérard Garouste[8].
  2. Ou le 10 mars 1978. L'autorisation d'ouverture ayant été refusée par la commission de sécurité incendie, car il manquait des éléments de signalisation sur les marches des escaliers, le lieu fut inauguré ce jour-là puis fermé une semaine pour se mettre en conformité.
  3. Certaines fêtes sont parfois citées comme « De la cité des doges à la cité des dieux » en 1978, le « Diner blanc » en octobre 1980, le « bal Venise »[15].
  4. Sylvie Grumbach, petite sœur de Didier Grumbach personnalité influente de la mode en France, alors très proche de l'ensemble de ses créateurs de par ses fonctions.
  5. Le terme de « rasta » étant employé par Serge Gainsbourg et la description réalisée par Thierry Ardisson lors de l'interview d'avril 1989 dans Lunettes noires pour nuits blanches.
  6. Farida Khelfa raconte : « je me souviens de Vincent habillé en groom. C'était un très joli garçon avec beaucoup de succès, super drôle… Comme Christian Louboutin d'ailleurs. Ils étaient tout le temps ensemble. C'était le couple de garçons le plus en vue du Palace[29]. »
  7. « Le Palace était à son apogée en 1978, avant que les Bains-Douches ne prennent la relève. J'avais 16 ans à l'époque et je débarquais tout juste de Lyon. […] Tout ce qui importait, c'était le look du soir. […] On se marrait, on faisait la fête, et puis surtout, on dansait. C'était même plus que cela : on s'affrontait sur la piste[30]. »
  8. Thierry Ardisson : « C'est le passage des années chaudes aux années froides, des opaciés à la cocaïne, […] C'est aussi la disco qui déboule sur le dancefloor du palace, l'explosion de la mode, avec la starisation de créateurs comme Mugler, Montana, Gaultier ou Kenzo. C'est enfin l'homosexualité qui sort définitivement du placard […][32]. »
  9. « Thierry ne découvrait pas la nuit, il la connaissait mieux que moi. Ardisson a été de cette première vague mythique, au Palace, sous la baguette de Fabrice Emaer dont le règne a précédé celui des Bains[33]. »

Références[modifier | modifier le code]

  1. ECMF 1914-1944, Les Théâtres parisiens : Eden.
  2. « Au sommet de la gloire », dans Florence Tamagne, Le Crime du Palace, Paris, Payot, 2017, p. 61-63.
  3. Florence Tamagne, « Le « crime du Palace » : homosexualité, médias et politique dans la France des années 1930 »
  4. ECMF 1914-1944 Les Théâtres parisiens : Alcazar de Paris.
  5. 13 Jours en France de Claude Lelouch à l'affiche en 1968
  6. Site officiel du Festival d'automne à Paris
  7. Paquin 2005, Le Palace avant Le Palace, p. 132
  8. Paquin 2005, Fastoche !, p. 146
  9. Paquin 2005, Le Palace avant Le Palace, p. 132 à 133
  10. a et b Paquin 2005, Le Palace après Le Palace, p. 131
  11. Frédéric Edelmann, « Le Palace renaît après un long sommeil », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  12. Christian Authier, Le Nouvel Ordre sexuel, Bartillat, , p. 155.
  13. a et b Alexis Bernier, « Bienvenue au Club. » sur Libération, 1er octobre 2005
  14. Paquin 2005, L'appel à voter Mitterrand, p. 184
  15. Paquin 2005, p. 88 et sv.
  16. Paquin 2005, Fastoche !, p. 147
  17. « Sylvie Grumbach, l'âme de Visa pour l'image - France - RFI », sur rfi.fr, (consulté le 1er février 2015)
  18. a, b et c Bruno Icher, « Le Palace, encore une boîte qui ferme » Libération, 1er novembre 2011
  19. a et b Paquin 2005
  20. Paquin 2005, Mes début au Palace, puis, Un job au Palace, p. 144 et 159
  21. Paquin 2005, Le Privilège, p. 177
  22. Paquin 2005, Fastoche !, p. 145
  23. Paquin 2005, La porte, p. 178
  24. Site Hexagone Gay, Le Palace
  25. Julie Saulnier, « Les folles années du Palace », sur lexpress.fr, (consulté le 1er février 2015)
  26. a, b, c et d Paquin 2005, Départ pour le Palace de Cabourg, p. 148 et sv.
  27. a et b Benoît Sabatier, « L’histoire secrète de la presse Le Palace Magazine (1980 - 1982) » Technikart no 54, 1er décembre 2000
  28. Marie Affortit, « ...j'ai été témoin du mariage de mon amant. » Paris Match, 23 août 2007
  29. Patrick Cabasset (photogr. Christophe Roué), « La nouvelle vie de Schiaparelli », L'Officiel Paris, no 969,‎ , p. 240 à 245 (ISSN 0030-0403)
  30. Philip Utz, « In bed with… Farida Khelfa », Numéro, no 139,‎ , p. 38 (ISSN 1292-6213)
  31. a, b et c [image] « La vie nocturne du Palace » L'express Styles, 3 novembre 2008
  32. Géraldine Catalano, « Fans des années 80 », L'Express, no 3199,‎ , p. 106 (ISSN 0014-5270)
  33. Hubert Boukobza et Jean-François Kervéan, Dix mille et une nuits, Robert Laffont, , 297 p. (ISBN 978-2221144763), p. 117
  34. Interview de Chantal Thomass in : Catherine Mallaval, «Au début, j'en achetais à Pigalle», sur liberation.fr, Libération, (consulté le 9 novembre 2013) : « C'était les années 80, on sortait beaucoup, on dansait au Palace. Avec ma petite bande d'amis, Mugler, Montana, Kenzo, Castelbajac, on avait envie d'être différents, extravagants. »
  35. Paquin 2005, Tea Time, p. 69
  36. Paquin 2005, Le muscle, p. 172
  37. Paquin 2005, Mes débuts au Palace, p. 143 à 144
  38. Paquin 2005, L'éphémère comme plan de carrière, p. 13
  39. Paquin 2005, Le Palace après Le Palace, p. 130 à 131
  40. Paquin 2005, L'appel à voter Mitterrand, p. 186
  41. a, b et c Paola Genone, « Ça, c'est Palace ! » L'express Styles, 3 novembre 2008
  42. Un témoignage de Bintou Dembélé, « « S/T/R/A/T/E/S. Trente ans de Hip-Hop dans le corps  » », Africultures,‎ 2013/3 (n° 99 - 100), p. 250-261
  43. « Les auto-interviews d'Ardisson » Ina.fr
  44. Le Palace, lieu mythique des nuits parisiennes, est à vendre Le Point, 31 octobre 2011
  45. « Le Palace renaît après un long sommeil », Le Monde du 20 novembre 2008.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Ouvrages[modifier | modifier le code]

Articles de presse[modifier | modifier le code]

Reportage[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :