Le Tarmac

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Le Tarmac est un théâtre consacré à la création contemporaine francophone. Il est situé au 159 avenue Gambetta dans le 20e arrondissement de Paris[1] où il remplace le Théâtre de l'Est parisien (TEP), avec lequel il a fusionné depuis 2011.

Histoire[modifier | modifier le code]

L’ancêtre du Tarmac est le Théâtre international de langue française (TILF), fondé en 1985 par Gabriel Garran. Le TILF est un théâtre itinérant qui se produit au Centre Pompidou ou au Théâtre national de Chaillot. Les auteurs présentés sont issus des pays de l’espace francophone hors France. En 1994, le TILF s’installe au Pavillon des charolais à la Villette. En 2004, sous la nouvelle direction de Valérie Baran, il prend le nom de Tarmac de la Villette[2].

En 2011, le Tarmac de la Villette fusionne avec le Théâtre de l’est parisien et s’installe au 159 avenue Gambetta dans le 20e arrondissement de Paris[3],[4]. Il se présente désormais sous l’intitulé  Le Tarmac : Scène internationale francophone[5]. Son périmètre géographique s'étend aux 84 États et gouvernements reconnus par l'Organisation Internationale de la Francophonie.

Juridiquement, le Tarmac[6] est une société à responsabilité limitée, de droit privé et figure dans l'annuaire du Centre national du théâtre.

Polémique[modifier | modifier le code]

En février 2018, Le Ministère de la Culture annonce que Le Tarmac va être remplacé par une autre institution, Théâtre ouvert, qui doit quitter ses locaux et retrouver un nouveau lieu[7] : l'annonce donne naissance à une polémique[8] au sujet du soutien du Ministère de la Culture au Théâtre de la Francophonie[9], une pétition est lancée soutenue par de nombreuses personnes dont Alain Mabanckou, Gaël Faye, Jack Lang ou Luc Dardenne et Christiane Taubira prend officiellement position en faveur du maintien du Tarmac[10]. Le sujet prend une telle ampleur qu'il figure parmi les points négatifs du bilan de la première année de Françoise Nyssen au Ministère de la culture[11].

En juin 2018, le Ministère fait alors marche arrière et, comme cela aurait dû être fait en amont de la communication, lance une procédure d'appel d'offre pour la reprise du Tarmac.

Activités[modifier | modifier le code]

Les spectacles

Portée plus particulièrement vers l’Afrique, le monde arabe et les Outre-mer, la programmation se compose de spectacles de danse, de pièces de théâtre, de spectacles pour enfants.

Les thèmes principaux sont l’héritage de la décolonisation, le rapport à la langue, l’insularité, le voyage et l’errance. Le Tarmac offre ainsi régulièrement sa scène aux combats d'hier[12] et d'aujourd'hui[13].

La production

Chaque année, le Tarmac accompagne différents projets d’artistes dramatiques ou chorégraphiques. Ceci se traduit par la responsabilité financière et administrative des spectacles produits, le partage d’expérience et d’expertise et la mise à disposition de moyens techniques.

Le Quartier des auteurs

Doté d’une librairie[14], le Tarmac propose au Quartier des auteurs des moments d’échanges sur le thème de la création et du livre.

La collection Le Tarmac chez Lansman[15]

Sélectionnés par un comité de lecture, les textes édités sont des pièces représentatives de l’écriture dramatique contemporaine. Il s’agit de d’assurer un large rayonnement afin de favoriser leur création ou reprise au sein de l’espace francophone.

Le catalogue compte près d’un millier de textes écrits par des auteurs issus d’une cinquantaine de pays des continents africain, européen et nord-américain.

Autres actions culturelles

Ouverts à tous ou en accès restreint, le Tarmac propose des conférences et débats, des rencontres artistiques, des journées thématiques, des expositions, des visites du théâtre en groupe et la mise en place de projets à destination des scolaires[16], des étudiants en arts, des travailleurs sociaux (classes à projet artistique ou culturel, ateliers de pratique théâtrale, formation).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Mairie du 20e, « Mairie du 20e - Théâtres et salles de spectacle », sur www.mairie20.paris.fr (consulté le 17 mars 2016)
  2. « Les lieux du théâtre : Le Tarmac | Le Souffleur », sur www.lesouffleur.net (consulté le 16 mars 2016)
  3. (fr) « Le Tarmac va s'installer au Théâtre de l'Est parisien », Le Lettre du spectacle, no 255,‎
  4. « Le tarmac dans ses nouveaux murs », La Lettre du Spectacle, no 284,‎
  5. Fabienne Darge, « Les lignes de la francophonie bougent et suscitent un débat », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 17 mars 2016)
  6. « Une équipe : Le Tarmac, à Paris », Théâtre(s), le magazine de la vie théâtrale, no 3,‎
  7. « Francophonie : micmac au Tarmac », Le Monde.fr, {{Article}} : paramètre « date » manquant (lire en ligne, consulté le 28 août 2018)
  8. « Françoise Nyssen: quel bilan pour le spectacle vivant après un an rue de Valois ? - Sceneweb », Sceneweb,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2018)
  9. « A Paris, mobilisation contre la fermeture annoncée du théâtre le Tarmac », Libération.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 28 août 2018)
  10. « Christiane Taubira défend le Tarmac: "On ferme un théâtre : ces quatre mots devraient suffire à nous tétaniser " », Sceneweb,‎ (lire en ligne, consulté le 16 septembre 2018)
  11. « Françoise Nyssen: quel bilan pour le spectacle vivant après un an rue de Valois ? - Sceneweb », Sceneweb,‎ (lire en ligne, consulté le 16 septembre 2018)
  12. « Revue de presse. Maurice Audin : Un collectif appelle à mettre fin au scandale d'Etat - Algérie Focus », sur Algérie Focus (consulté le 17 mars 2016)
  13. « La Tunisie à l'honneur dans un festival à Paris », sur Al Huffington Post (consulté le 17 mars 2016)
  14. « Bernard Magnier : «  Sony est un auteur connu mais hélàs, peu lu… » | adiac-congo.com : toute l'actualité du Bassin du Congo », sur adiac-congo.com (consulté le 17 mars 2016)
  15. « Lansman Editeur », sur www.lansman.org (consulté le 16 mars 2016)
  16. « Le tarmac croise les publics », Le Piccolo, la lettre des professionnels du jeune public, no 19,‎

Liens externes[modifier | modifier le code]