Comédie de Paris

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Comédie de Paris
Description de l'image Paris 9 - Comédie de Paris -1.JPG.
Type Théâtre
Lieu Paris IXe, Drapeau de la France France
Coordonnées 48° 52′ 59″ nord, 2° 19′ 59″ est
Architecte(s) G. H. Pingusson
Inauguration 1929
Capacité 184
Anciens noms Menus-Plaisirs
Théâtre de l'Humour
Jeune-Colombier
Théâtre d'Essai
Nouveau Théâtre Libre
Studio-Théâtre
Love-Théâtre
Direction Jean-Pierre Bigard
Site web www.comediedeparis.com

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Comédie de Paris

Géolocalisation sur la carte : 9e arrondissement de Paris

(Voir situation sur carte : 9e arrondissement de Paris)
Comédie de Paris
Plaque commémorative

La Comédie de Paris est une salle de spectacle parisienne située 42, rue Pierre-Fontaine (9e arrondissement), au pied de la Butte Montmartre.

Spécialisée dans l'humour, elle est dirigée depuis janvier 2008 par Jean-Pierre Bigard, également directeur du Palais des glaces.

Historique[modifier | modifier le code]

C'est sous le nom de Menus-Plaisirs[1], inspiré des Menus-Plaisirs du roi, service de la Maison du Roi responsable sous la monarchie française de l'organisation des cérémonies, fêtes et spectacles de la cour, que la salle édifiée par l'architecte G.H. Pingusson est inaugurée en décembre 1929.

Sous-titré « music-hall de 10 heures »[2] par son directeur, Marcel Tallien, s'y produisent des vedettes telles que Damia, Julien Carette et le jeune Jean Sablon. Rebaptisé théâtre de l'Humour, il accueille de nombreux chansonniers comme René Dorin (le père de Françoise Dorin) Noël-Noël ou Paul Colline jusqu'à la Seconde Guerre mondiale. En 1941, son nouveau directeur, Jacques Valois, se tourne vers le théâtre en accueillant la troupe du Jeune-Colombier (en référence au Vieux-Colombier) animée par Raymond Raynal. Celui-ci propose des pièces de Shakespeare, Oscar Wilde, George Bernard Shaw et reprend l'unique pièce de Nicolas Machiavel, La Mandragore, qu'il avait créée au théâtre des Arts en 1936[3].

En 1951, Raymond Hermantier prend les rênes du théâtre et crée la version française de Marie Stuart de Friedrich von Schiller suivie de Lysistrata d'Aristophane avec Rosy Varte[3].

La salle connaît une rénovation complète en 1955 et devient la Comédie de Paris puis, l'année suivante, le théâtre d'Essai. À partir de 1961, la musique est à nouveau à l'honneur sous la direction de Nicolas Bataille. Mouloudji s'y produit en récital.

Renommé Nouveau Théâtre-Libre (en mémoire du Théâtre-Libre d'Antoine) en 1967 puis Studio-Théâtre en 1968[4], il est contraint de fermer pour rouvrir en 1974 sous la forme d'un théâtre érotique, le Love-Théâtre. L'expérience est de courte durée et la salle devient un club de strip-tease puis un cinéma gay, le TCB 42, à la fin des années 70, avant de fermer à nouveau.

En 1981, le comédien Gérard Maro réhabilite la Comédie de Paris. Jusqu'à son départ en 1995 pour le théâtre de l'Œuvre, il y montera une pléiade d'auteurs parmi lesquels Eugène Labiche, Marcel Pagnol, Georges Courteline, Marcel Aymé, et Bertolt Brecht ainsi que de nombreuses créations comme Voltaire's Follies de Jean-François Prévand en 1983, jouée plus de 800 fois. Jean-Georges Tharaud et Christian Laurent lui succèdent et s'ouvrent peu à peu au one-man-show et au café-théâtre, programmation poursuivie depuis 2008 par Jean-Pierre Bigard[4], également directeur du Palais des glaces.

En 2010, 50 théâtres privés de Paris réunis au sein de l’Association pour le soutien du théâtre privé (ASTP) et du Syndicat national des directeurs et tourneurs du théâtre privé (SNDTP), dont font partie la Comédie de Paris, décident d'unir leurs forces sous une nouvelle enseigne : les « Théâtres parisiens associés »[5].

Programmation[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. À ne pas confondre avec le théâtre des Menus-Plaisirs inauguré en 1866 boulevard de Strasbourg (Xe) qui deviendra le théâtre Antoine en 1897.
  2. Heure à laquelle commencent les spectacles (22h).
  3. a et b André Degaine, Guide des promenades théâtrales à Paris, éd. Nizet, 2000. (ISBN 2-7078-1257-9)
  4. a et b Historique du théâtre sur le site officiel de la Comédie de Paris.
  5. La Comédie de Paris sur le site des Théâtres parisiens associés.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]