Marcelle Géniat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marcelle Géniat
Description de cette image, également commentée ci-après
Marcelle Géniat dans Comoedia illustré du 20 janvier 1913.
Nom de naissance Eugénie Pauline Martin
Naissance
Saint-Pétersbourg, Russie
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 78 ans)
L'Haÿ-les-Roses, Val-de-Marne
Profession Actrice
Films notables La Belle Équipe ; Manon des sources

Marcelle Géniat est une actrice française, née Eugénie Pauline Martin à Saint-Pétersbourg (Russie) le et morte à L'Haÿ-les-Roses (Val-de-Marne) le .

Biographie[modifier | modifier le code]

Marcelle Géniat débute très jeune au théâtre ; dès l'âge de huit ans, elle joue dans L'Assommoir à Saint-Pétersbourg, aux côtés de Lucien Guitry[1]. En 1899, elle obtient un premier prix du Conservatoire national supérieur d'art dramatique (Paris)[2].

Entrée à la Comédie-Française en 1899, elle en devient sociétaire en 1910 et la quitte en 1912.

Dans les années 1930, parallèlement à son métier d'actrice, elle est aussi directrice d'une « maison de redressement » pour jeunes filles à Boulogne-Billancourt[3].

Au cinéma, elle apparaît dans cinquante-trois films entre 1909 et 1956.

Elle a aussi donné des cours d'art dramatique au théâtre du Vieux-Colombier[2].

Morte d'une « longue et cruelle maladie », Marcelle Géniat est inhumée au cimetière parisien de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis)[2].

Elle est la mère de la comédienne Gilberte Géniat.

Filmographie[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Carrière à la Comédie-Française[modifier | modifier le code]

Entrée à la Comédie-Française en 1899
Sociétaire de 1910 à 1912
348e sociétaire

Hors Comédie-Française[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Olivier Barrot et Raymond Chirat, Noir et Blanc - 250 acteurs français du cinéma français 1930-1960, Paris, Flammarion, 2000, pp. 271-272.
  2. a b et c Claude Sarraute, « La mort de Marcelle Géniat », sur lemonde.fr, (consulté le ).
  3. Le 26 septembre 1936, une révolte éclate et une dizaine de pensionnaires s'évadent. - Carole Aurouet Emile Savitry, un récit photographique, Gallimard, 2013. (ISBN 9782070141425)

Liens externes[modifier | modifier le code]