Georges Soria

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Soria (homonymie).
Georges Soria
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Georges Soria (né à Tunis en 1914 et mort à Paris le ) est un historien, journaliste et auteur dramatique français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Durant la guerre civile espagnole, il est correspondant de L'Humanité (l'organe officiel du Parti communiste français) en Espagne. Durant cette période, selon les mots de l'historien Jean-Jacques Marie, il rédige « des articles hystériques dénonçant les trotskystes "agents de Hitler et de Franco" », ainsi son article du 20 juin 1937 intitulé « Le trotskysme au service de Hitler »[1].

Nommé docteur ès lettres et sciences humaines "sur travaux", Georges Soria se tourne plus particulièrement vers l’histoire des révolutions[2]. On lui doit des sommes telles que sa Grande histoire de la Commune (en 5 volumes, 1970), Guerre et révolution en Espagne (en 5 volumes, 1975-1977) ou La Grande Histoire de la Révolution française (en 9 volumes, 1987-1988), ainsi que des ouvrages comme Les 300 Jours de la Révolution russe ou Le Grand Défi URSS-USA.

Par ailleurs, il écrit des adaptations théâtrales d’ouvrages d’histoire et travaille notamment en collaboration avec Alain Decaux et Robert Hossein sur Danton et Robespierre, Notre-Dame de Paris et Le Cuirassé Potemkine.

En 1953, Georges Soria fonde, avec Louis Aragon et Jean Lurçat, l'Agence littéraire et artistique parisienne[3], dont il devient le directeur[4].

On lui doit également un roman d'anticipation publié en 1976 aux éditions Denoël dans la collection Présence du futur : La Grande quincaillerie[5].

Enfin, il est aussi l'auteur de traductions en français d’après le russe et le portugais brésilien.

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages historiques[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Roman[modifier | modifier le code]

Théâtre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Sygmunt Stein, Ma Guerre d'Espagne, 1956, Paris, Éditions du Seuil, 2012, postface de Jean-Jacques Marie p.251
  2. « Mort de Soria », Le Soir, 11 octobre 1991.
  3. Notice d'autorité de la Bibliothèque nationale de France.
  4. J. Morawski, « Le décès de Georges Soria, un homme de passion », L'Humanité, 10 octobre 1991.
  5. La Grande quincaillerie sur le site NooSFere

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notices d’autorité[modifier | modifier le code]