Saint-Sauveur-Lendelin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Sauveur.

Saint-Sauveur-Lendelin
Saint-Sauveur-Lendelin
L'église Saint-Laurent, la croix de 1571 et la mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Normandie
Département Manche
Arrondissement Coutances
Canton Agon-Coutainville
Intercommunalité Communauté de communes Coutances Mer et Bocage
Statut commune déléguée
Maire délégué Patrick Leclerc
Code postal 50490
Code commune 50550
Démographie
Gentilé Saint-Sauveurais
Population 1 712 hab. (2016 en diminution de 0,41 % par rapport à 2011)
Densité 104 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 07′ 52″ nord, 1° 24′ 44″ ouest
Altitude Min. 23 m
Max. 123 m
Superficie 16,39 km2
Historique
Date de fusion
Commune(s) d’intégration Saint-Sauveur-Villages
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte administrative de la Manche
City locator 15.svg
Saint-Sauveur-Lendelin

Géolocalisation sur la carte : Manche

Voir sur la carte topographique de la Manche
City locator 15.svg
Saint-Sauveur-Lendelin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Saint-Sauveur-Lendelin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Saint-Sauveur-Lendelin

Saint-Sauveur-Lendelin est une ancienne commune française, située dans le département de la Manche en région Normandie, peuplée de 1 712 habitants[Note 1] (les Saint-Sauveurais), devenue commune déléguée à partir du au sein de la commune nouvelle de Saint-Sauveur-Villages.

Géographie[modifier | modifier le code]

La commune est en pays coutançais. Son bourg est à 6,5 km au sud de Périers, à 10 km au nord de Coutances et à 27 km à l'ouest de Saint-Lô[1].

Communes limitrophes de Saint-Sauveur-Lendelin[2]
La Ronde-Haye Vaudrimesnil Saint-Aubin-du-Perron
La Ronde-Haye Saint-Sauveur-Lendelin[2] Saint-Michel-de-la-Pierre
Ancteville Monthuchon Montcuit,
Cambernon

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le toponyme est attesté sous la forme villa S. Salvatoris que dicitur fuisse Odeline en 1056[3]. La paroisse est dédiée à saint Sauveur, c'est-à-dire au Christ. Charles Rostaing attribue l'origine de Lendelin à l'anthroponyme germanique féminin Odelina[3].

Histoire[modifier | modifier le code]

Révolution française, Directoire et Consulat[modifier | modifier le code]

Durant la Révolution, lors de la création des cantons, Saint-Sauveur-Lendelin devient le chef-lieu d'un canton composé de sept communes (Hauteville-la-Guichard, Montcuit, La Ronde-Haye, Saint-Aubin-du-Perron, Saint-Michel-de-la-Pierre, Saint-Sauveur-Lendelin et Vaudrimesnil) qui fait partie du district de Coutances[4]. La constitution du 5 fructidor de l'an III () met en place des municipalités cantonales avec création de la fonction d'« agent municipal » élu (pour 2 ans) dans chaque commune qui participe à l'administration de la municipalité cantonale. Saint Sauveur-Lendelin en est le siège jusqu'à la loi municipale du 28 pluviôse an VIII () qui institue le titre de maire en remplacement de celui d'agent municipal lors de l'individualisation de la gouvernance des différentes communes qui composent le canton.

Par suite du décret du 23 vendémiaire an X (), le canton de Saint-Sauveur-Lendelin est agrandi à onze communes[5], auxquelles s'ajoute durant la Seconde Restauration Le Mesnilbus qui avait été supprimée en 1793 et qui sera rétablie en 1823.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Durant le conflit 81 Saint-Sauveurais sont morts pour la France[6]. Trois d'entre eux ont été tués à Bixschoote le 10 novembre 1914 durant la bataille des Flandres, au cours d'une journée marquée par une attaque générale allemande. Au moins un de ces appelés a été tué à la bataille de Verdun le 8 juillet 1916[7],[8].

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

Saint-Sauveur-Lendelin a été libérée des forces armées allemandes le 28 juillet 1944 par la 4e division d'infanterie américaine. Cette dernière arrivait en provenance de Périers libérée la veille. Avant l'engagement terrestre de l'armée américaine dans la commune, celle-ci n'a pas subi de bombardements aériens de la part des forces alliées, contrairement aux villes voisines Périers et Coutances. Les troupes allemandes avaient abandonné Saint-Sauveur-Lendelin à la suite de la libération de Périers par l'armée américaine pour se replier. Les forces militaires américaines sont donc entrées dans la commune sans subir de résistance[9],[10],[11].

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

La commune nouvelle de Saint-Sauveur-Villages est créée le [12] après la fusion de Ancteville, Le Mesnilbus, La Ronde-Haye Saint-Aubin-du-Perron, Saint-Michel-de-la-Pierre, Saint-Sauveur-Lendelin et Vaudrimesnil.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
v. 1860 ? Georges Ferand de la Conté[13]    
1995 décembre 2018 Patrick Leclerc[14] - Relaxologue
Les données manquantes sont à compléter.

Le conseil municipal est composé de dix-neuf membres dont le maire et trois adjoints[14].

Le , par arrêté préfectoral du , Saint-Sauveur-Lendelin intègre la commune nouvelle de Saint-Sauveur-Villages. À l'issue des élections municipales de 2020, Saint-Sauveur-Villages sera représentée par 29 conseillers municipaux, répartis au prorata du nombre d’habitants, soit : douze pour Saint-Sauveur-Lendelin, quatre pour Vaudrimesnil, trois pour Le Mesnilbus, La Rondehaye et Ancteville, et deux pour Saint-Michel-de-la-Pierre et Saint-Aubin-du-Perron.

Liste des maires Délégués
Période Identité Étiquette Qualité
janvier 2019 En cours Patrick Leclerc SE Relaxologue
Les données manquantes sont à compléter.

Changement de canton[modifier | modifier le code]

Depuis les élections départementales de 2015 la commune fait partie du nouveau canton d'Agon-Coutainville.

Le canton d'Agon-Coutainville regroupe vingt-huit communes réparties sur les anciens cantons de Lessay, Périers, Saint-Malo-de-la-Lande et Saint-Sauveur-Lendelin.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[15]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[16].

En 2016, la commune comptait 1 712 habitants[Note 2], en diminution de 0,41 % par rapport à 2011 (Manche : -0,23 %, France hors Mayotte : +2,44 %). Saint-Sauveur-Lendelin a compté jusqu'à 2 254 habitants en 1806.

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
2 0052 0002 2542 0462 0911 9881 9501 9101 844
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8021 7911 7171 6581 7231 6431 5741 5301 460
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 3881 3551 3581 3141 3511 4531 4271 3731 358
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
1 4091 4421 3901 4081 3361 3311 6111 7191 712
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[17] puis Insee à partir de 2006[18].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le manoir du Grand Taute.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Charles-François Lebrun en tenue de prince-architrésorier de l'Empire (détail).
  • Marie des Vallées (1590-1656), personnalité mystique surnommée « la sainte de Coutances », inspiratrice de saint Jean Eudes.
  • Jean-Baptiste Lebrun (1736 à Saint-Sauveur-Lendelin - 1822), homme politique.
  • Charles-François Lebrun (1739-1824), troisième consul et prince-architrésorier du Premier Empire, né au village de La Bouchelière ; un vitrail de l'église de Saint-Sauveur-Lendelin célébrant la participation de Lebrun à l'élaboration du concordat et à la paix religieuse, a été inauguré en septembre 2002, ainsi qu'un monument situé dans le village. Un portrait en habit d'architrésorier est exposé dans la mairie.
  • Georges Ferrand de La Conté, (1797-1870), maire de Saint-Sauveur-Lendelin, conseiller général de 1848 à 1870.
  • Louis Costel (1930 à Saint-Sauveur-Lendelin - 2002 à Saint-Sauveur-Lendelin), prêtre et écrivain.

Activité et manifestations[modifier | modifier le code]

Environnement[modifier | modifier le code]

La commune est une ville fleurie (trois fleurs) au concours des villes et villages fleuris[21].

Sports[modifier | modifier le code]

L'Entente sportive Saint-Sauveur-La Rondehaye fait évoluer deux équipes de football en divisions de district[22].

L'association les 3SL (Saint-Sauveur Sports Loisirs) propose à ses adhérents six activités : bricolage, badminton, danse, pétanque, jogging et vélo[23].

Manifestations[modifier | modifier le code]

Chaque année depuis 2009, le troisième samedi d'octobre, se déroule les Saints-Sauveurs du rock (2SDR), soirée organisée par Braz Yuna réunissant quatre groupes de rock dont un provenant de la scène nationale. Sont venus entre autres les Plastiscines, les Wampas ou No One Is Innocent.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale 2016.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Distances routières les plus courtes selon Viamichelin.fr
  2. « Géoportail (IGN), couche « Limites Administratives » activée »
  3. a et b Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse,
  4. Louis-Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, t. 1, Paris, (lire en ligne), p. 46
  5. Jean-Baptiste Duvergier, Collection complète des lois, décrets, ordonnances, réglemens et avis du Conseil d'état, t. 13, Paris, (lire en ligne), p. 74
  6. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. http://www.memorialgenweb.org/memorial3/html/fr/com_mplf.php?insee1=50550&nom_commune=Saint-Sauveur-Lendelin&, sur www.memorialgenweb.org (consulté le 6 janvier 2019)
  7. « Saint-Sauveur-Lendelin : monument aux morts », sur MemorialGenWeb.org
  8. « La course à la mer - La Bataille des Flandres (18 octobre - fin 1914) »
  9. « Les villes de Normandie pendant les combats de 1944 Saint-Sauveur-Lendelin (Manche) »
  10. « Les villes de Normandie pendant les combats de 1944 Périers (Manche) »
  11. « Les villes de Normandie pendant les combats de 1944 Coutances (Manche) »
  12. Jean-Marc Sabathé, « Arrêté n° 17-18-ASJ du 26 décembre 2018 portant création de la commune nouvelle de SAINT-SAUVEUR-VILLAGES », Recueil des actes administratifs spécial n°50-2018-94,‎ (lire en ligne [PDF])
  13. Annuaire du département de la Manche, 33e année, 1861, p 101
  14. a et b Réélection 2014 : « Saint-Sauveur-Lendelin (50490) - Municipales 2014 », sur elections.ouest-france.fr, Ouest-France (consulté le 8 mai 2014)
  15. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  16. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  17. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  18. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  19. « Église », notice no PA00110600, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  20. « Manoir du Grand Taute », notice no PA00110601, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Palmarès du concours des villes et villages fleuris » (consulté le 12 novembre 2012)
  22. « Site officiel de la Ligue Basse-Normandie – Ent.S. St Sauveur La Rondehaye » (consulté le 12 novembre 2012)
  23. « Les 3SL, une association qui se porte bien » (consulté le 10 décembre 2014)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julien Gilles Travers, Annuaire du Département de la Manche, t. 28, J. Élie, (lire en ligne), p. 46 à 62 (Revue monumentale de l'arrondissement de Coutances)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :