Saint-Paul-de-Jarrat

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Paul.

Saint-Paul-de-Jarrat
Saint-Paul-de-Jarrat
La mairie et l’église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Foix
Canton Sabarthès
Intercommunalité Pays de Foix - Varilhes
Maire
Mandat
Michel Tartié
2014-2020
Code postal 09000
Code commune 09272
Démographie
Gentilé Saint-Paulois
Population
municipale
1 306 hab. (2016 en augmentation de 3,08 % par rapport à 2011)
Densité 58 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 54′ 52″ nord, 1° 39′ 40″ est
Altitude 461 m
Min. 425 m
Max. 1 773 m
Superficie 22,51 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : région Occitanie

Voir sur la carte administrative de région Occitanie
City locator 14.svg
Saint-Paul-de-Jarrat

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Saint-Paul-de-Jarrat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-de-Jarrat

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Paul-de-Jarrat
Liens
Site web saintpauldejarrat.fr

Saint-Paul-de-Jarrat est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants appelés les Saint-Paulois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

Commune des Pyrénées située dans l'aire urbaine et l'unité urbaine de Foix à 8 km de Foix, sur le pourtour du massif de Tabe.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Saint-Paul-de-Jarrat est limitrophe de neuf autres communes.

Carte de la commune de Saint-Paul-de-Jarrat et de ses proches communes.
Communes limitrophes de Saint-Paul-de-Jarrat[1]
Prayols
(par un quadripoint)
Montgaillard Soula
Montoulieu Saint-Paul-de-Jarrat Celles
Mercus-Garrabet Cazenave-Serres-et-Allens Freychenet

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune est divisée en cinq entités principales : le bourg et quatre hameaux : Antras, Labat, Langlade et Saint-Paulet, plus quelques métairies ou anciens hameaux. Le quartier dit de nos jours Saint-Antoine n'a jamais été historiquement parlant hameau de la commune de Saint-Paul[2].

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La commune est arrosée par le Sios et l'Ariège longe la commune dans sa partie nord-ouest.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

La superficie de la commune est de 2 251 hectares ; son altitude varie de 425 à 1 773 mètres[3].

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Accès avec RN 20 et l'ancienne route nationale 117, entre Foix et Lavelanet.

Article détaillé : Transports en commun de Foix.

Toponymie[modifier | modifier le code]

Histoire[modifier | modifier le code]

Le village a été fondé par l’abbaye Saint-Sernin de Toulouse, construite autour de la basilique, fonde le village ultérieurement à son fief local qui était Celles, fondé avant l'an mil.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Tendances politiques et résultats[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 2006 Jacques Saunière PS  
janvier 2006 2014 Jean-Christophe Bonrepaux PS  
mars 2014 En cours Michel Tartié SE Chef d'entreprise

Démographie[modifier | modifier le code]

En 1390, un dénombrement du comté de Foix fait état de 460 habitants à Saint-Paul-de-Jarrat.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[5].

En 2016, la commune comptait 1 306 habitants[Note 1], en augmentation de 3,08 % par rapport à 2011 (Ariège : +0,51 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9751 0331 1481 1581 3051 3401 3531 5431 549
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3511 5201 4601 3271 3321 3411 3111 2621 132
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 0941 0451 172996951828754723871
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8771 1031 0681 1001 2611 2241 2331 2671 306
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[8] 1975[8] 1982[8] 1990[8] 1999[8] 2006[9] 2009[10] 2013[11]
Rang de la commune dans le département 17 21 21 21 19 19 19 20
Nombre de communes du département 340 328 330 332 332 332 332 332

Économie[modifier | modifier le code]

L'industrie principale est tournée vers le bois : scierie et menuiseries. L'agriculture est sur le point de disparaître au profit de l'urbanisme...

La commune comporte des activités artisanales et de services.

Des activités à vocation départementale y sont implantées : DDE, Services des eaux (SMDEA) et l'Institut de formation consulaire Ariège Pyrénées (IFCAP) géré par la Chambre de commerce et d'industrie de l'Ariège.

Enseignement[modifier | modifier le code]

Saint-Paul-de-Jarrat fait partie de l'académie de Toulouse et compte une école publique maternelle et élémentaire

Culture et festivités[modifier | modifier le code]

Foyer rural, Comité des fêtes,

Activités sportives[modifier | modifier le code]

Pétanque, chasse, randonnée pédestre, championnats de France de course en montagne en 2005,

Écologie et recyclage[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Lavoir de Saint-Paul-de-Jarrat.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Histoire de l'Ariège
  3. Répertoire géographique des communes, publié par l'Institut national de l'information géographique et forestière, [lire en ligne].
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016).
  9. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  10. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  11. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016).
  12. Jean-Jacques Pétris, « Le Pont du Diable : mythe et réalité », Archives ariégeoises, no 3,‎ , p. 103-134 (ISBN 978-2-9534325-2-7)