Porta

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ne doit pas être confondu avec La Porta.
Porta
La mairie de Porta.
La mairie de Porta.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Prades
Canton Les Pyrénées catalanes
Intercommunalité Communauté de communes de Pyrénées Cerdagne
Maire
Mandat
Marius Hugon
2014-2020
Code postal 66760
Code commune 66146
Démographie
Gentilé Portaens
Population
municipale
119 hab. (2014 en diminution de 16,78 % par rapport à 2009)
Densité 1,8 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 31′ 38″ nord, 1° 49′ 36″ est
Altitude Min. 1 325 m
Max. 2 907 m
Superficie 65,19 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte administrative des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Porta

Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales

Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Porta

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Porta

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Porta
Liens
Site web www.porta.fr

Porta est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Portaens.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune de Porta est située sur les hauts plateaux de Cerdagne, dans la vallée du Carol, elle appartient administrativement au canton de Saillagouse, dans le département des Pyrénées-Orientales.

Son territoire communal d’une superficie de plus de 6 500 hectares est dans le Parc naturel régional des Pyrénées catalanes. Ce vaste territoire est limitrophe de l'Espagne et de l'Andorre.

Situation de la commune.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Porta[1],[2]
Porté-Puymorens
Pas de la Case
(Andorre)
Porta[1],[2] Enveitg
Lles de Cerdanya,
Meranges,
Ger
(Espagne)
Guils de Cerdanya
(Espagne)
Latour-de-Carol

Hameaux et lieux-dits[modifier | modifier le code]

La commune se compose d’un village bourg, Porta, de deux hameaux, Carol et Courbassil, et d’un territoire situé en zone frontalière près du Pas de la Case, en Andorre.

Géologie et relief[modifier | modifier le code]

L'altitude de la commune varie entre 1 325 et 2 907 mètres[3].

La commune est classée en zone de sismicité 4, correspondant à une sismicité moyenne[4].

Le col de la Portella Blanca est le tripoint entre l'Espagne, l'Andorre et la France.

Hydrographie[modifier | modifier le code]

La ligne de partage des eaux entre les bassins méditerranéen et atlantique traverse la commune. Ainsi l'Ariège, affluent de la Garonne, arrose le nord de la commune, et la partie française face au Pas de la Case est dans le département des Pyrénées-Orientales et non pas en Ariège.

Voies de communication et transports[modifier | modifier le code]

Toponymie[modifier | modifier le code]

Le nom de la commune, en français comme en catalan, est Porta[5].

Histoire[modifier | modifier le code]

Porta fait partie de la paroisse de Carol sous l'Ancien Régime[6]. Avec Porté et Latour-de-Carol, ces trois communautés constituent à l'époque la Vallée de Carol (Vall de Querol)[7].

Le village est érigé en commune le par détachement de Latour-de-Carol. Le est créée la commune de Porté-Puymorens, par détachement de Porta[6].

Afin de réaliser un viaduc au-dessus de l’Ariège, un traité signé le 12 septembre 2000 entre la France et l’Andorre permet l'échange de 1,5 hectare de territoire entre la commune de Porta et la paroisse andorrane d'Encamp. L’État français, avec l'accord du président Jacques Chirac et du Premier ministre Lionel Jospin, valide l'échange du territoire par la loi no 2001-590 du 6 juillet 2001[8]. Le traité entre en vigueur le 26 juillet suivant[9].

Le , la commune intègre la Communauté de communes de Pyrénées Cerdagne.

Au , et à la suite d'un accord signé le , une surface de 26 hectares est cédée à l'Andorre[10] : cette surface concerne la moitié de l'étang des Abeillettes. Cela est dû à un incident diplomatique datant de 1988 lors duquel un groupe andorran avait installé une pompe à eau au niveau de ce plan d'eau sans que la commune de Porta n'ait été mise au courant. À la suite de la présence des polices des deux pays lors des faits, un passage par la loi a eu lieu quelques années après afin de fixer la frontière, qui n'était pas décrite de la même manière dans les deux pays[11].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

À compter des élections départementales de 2015, la commune est incluse dans le nouveau canton des Pyrénées catalanes.

Administration municipale[modifier | modifier le code]

Liste des maires[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Francis Marty    
mars 2008 mars 2014 Suzanne Delieux[12] Exclue du PS Conseillère régionale
mars 2014 en cours Marius Hugon[13]    

Population et société[modifier | modifier le code]

Démographie ancienne[modifier | modifier le code]

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1378 1515 1709 1774
16 f 10 f 73 f 40 f
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Notes :

  • 1378 : 8 f pour Porta, 5 f pour Courbassil et 3 f pour Padronet ;
  • 1515 : 2 f pour Porta et 8 f pour Carol ;
  • 1709 : pour Carol ;
  • 1774 : Porta, annexe de Carols ;
  • 1789 : comptée avec Latour-de-Carol.

Démographie contemporaine[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1841. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[14]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[15].

En 2014, la commune comptait 119 habitants[Note 1], en diminution de 16,78 % par rapport à 2009 (Pyrénées-Orientales : +4,58 %).

          Évolution de la population  [ modifier ]
1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881
939 1 008 988 978 548 563 429 404 391
1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
399 391 393 402 375 463 287 227 204
1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982 1990 1999
167 148 144 125 96 79 91 71 98
2006 2007 2008 2013 2014 - - - -
130 135 139 124 119 - - - -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[16] puis Insee à partir de 2006[17].)
Histogramme de l'évolution démographique

Note : Avant 1860, la population de Porté-Puymorens est recensée avec celle de Porta.

Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[18] 1975[18] 1982[18] 1990[18] 1999[18] 2006[19] 2009[20] 2013[21]
Rang de la commune dans le département 184 158 174 189 182 165 162 173
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

Enseignement[modifier | modifier le code]

Manifestations culturelles et festivités[modifier | modifier le code]

  • Fête communale : 24 juin[22].

Santé[modifier | modifier le code]

Sports[modifier | modifier le code]

Économie[modifier | modifier le code]

Revenus de la population et fiscalité[modifier | modifier le code]

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 22 526 €[23].

Emploi[modifier | modifier le code]

Entreprises et commerces[modifier | modifier le code]

Culture locale et patrimoine[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Patrimoine naturel[modifier | modifier le code]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2017, millésimée 2014, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2016, date de référence statistique : .

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. Institut cartographique de Catalogne, « Visualisateur cartographique Vissir » (consulté le 23 mars 2013)
  3. Notice Cassini
  4. « Plan séisme » (consulté le 4 mai 2017)
  5. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne)
  6. a et b Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9)
  7. Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014)
  8. LOI no 2001-590 du 6 juillet 2001 autorisant la ratification du traité entre la République française et la Principauté d'Andorre portant rectification de la frontière publiée au Journal officiel du 7 juillet 2001.
  9. Traité entre la République française et la Principauté d'Andorre portant rectification de la frontière
  10. Projet de loi autorisant l’approbation de l’accord entre le Gouvernement de la République française et le Gouvernement de la Principauté d’Andorre portant délimitation de la frontière, Legifrance.
  11. La France cède un petit bout de son territoire à la Principauté d'Andorre sur la commune de Porta
  12. Préfecture des Pyrénées-Orientales, Liste des maires élus en 2008, consultée le 22 juillet 2010
  13. [PDF] « Liste des maires du département des Pyrénées-Orientales à la suite des élections municipales et communautaires des 23 et 30 mars 2014 », sur http://la-clau.net.
  14. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  15. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  16. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  17. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013 et 2014.
  18. a, b, c, d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le 10 janvier 2016)
  19. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  20. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  21. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le 8 janvier 2016)
  22. Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7)
  23. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le 1er février 2013).
  24. pyreneescatalanes.free.fr, « Château de Carol », (consulté le 2 août 2013)