Celles (Ariège)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Celles.
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles ayant des titres homophones, voir Celle, Selle et Selles.
Celles
Celles (Ariège)
Mairie de Celles
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Ariège
Arrondissement Foix
Canton Sabarthès
Intercommunalité Pays de Foix - Varilhes
Maire
Mandat
René-Bernard Authié
2014-2020
Code postal 09000
Code commune 09093
Démographie
Gentilé Cellois
Population
municipale
136 hab. (2015 en augmentation de 14,29 % par rapport à 2010)
Densité 13 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 55′ 04″ nord, 1° 41′ 15″ est
Altitude 425 m
Min. 470 m
Max. 1 093 m
Superficie 10,27 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte administrative de l'Ariège
City locator 14.svg
Celles

Géolocalisation sur la carte : Ariège

Voir sur la carte topographique de l'Ariège
City locator 14.svg
Celles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Celles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Celles

Celles est une commune française, située dans le département de l'Ariège en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Cellois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Localisation[modifier | modifier le code]

La commune est située au début de la vallée de Lesponne, sur la RD 117, entre Saint-Paul-de-Jarrat et Lavelanet.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes de Celles[1]
Soula Leychert
Saint-Paul-de-Jarrat Celles Nalzen
Freychenet

Histoire[modifier | modifier le code]

Avant l’an mil, l’abbaye Saint-Sernin de Toulouse, construite autour de la basilique, fonde le village alors appelé Saint-Michel de Celles. En effet, l'abbé de Saint-Sernin était à la tête d'un patrimoine immobilier considérable à Toulouse et jusqu'au Pyrénées qui le conduisit à de fréquents conflits avec l'évêque de Toulouse, dont la cathédrale Saint-Étienne, avait beaucoup moins de rayonnement que Saint-Sernin.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2008 2020 René-Bernard Authié . Retraité - Maire
mars 2083 2008 René Authié . Maire
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population

effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[3].

En 2015, la commune comptait 136 habitants[Note 1], en augmentation de 14,29 % par rapport à 2010 (Ariège (département) : +0,3 %, France hors Mayotte : +2,44 %).
Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
463 450 521 615 893 650 646 644 608
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
523 477 505 521 508 474 455 405 404
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
346 339 342 261 270 223 210 185 165
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2015
145 138 122 135 127 134 121 120 136
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Économie[modifier | modifier le code]

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

  • Chapelle du Pla-Rouzaud, à l'emplacement d'une apparition de la Vierge le 28 mai 1686.

Une source proche fut désignée à un jeune berger par l'apparition (« L'eau en sera bonne ») et devint un lieu de dévotion pour de nombreux malades. Quarante-deux guérisons furent reconnues comme miraculeuses (maladies des yeux, fièvres, etc). La chapelle d'origine qui datait de 1695 a été détruite en 1789, sa reconstruction commencée en 1854 fut achevée en 1878. Une association s'est créée en 1999 pour sa restauration. Classée M.H. le 20/11/1942[6],[7]

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Galerie[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2018, millésimée 2015, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2017, date de référence statistique : 1er janvier 2015.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014 et 2015.
  6. Notre-Dame-de-Celles, Joseph Rouzaud
  7. Association pour la restauration de Notre-Dame-de-Celles, siège à la mairie de Celles

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :