Philip J. Noel-Baker

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Philip J. Noel-Baker
Philip Noel-Baker Anefo.jpg
Philip J. Noel-Baker
Fonctions
Membre du 44e Parlement du Royaume-Uni (d)
Derby South
-
Membre du 43e Parlement du Royaume-Uni (d)
Derby South
-
Membre du 42e Parlement du Royaume-Uni (d)
Derby South
-
Membre du 41e Parlement du Royaume-Uni (d)
Derby South
-
Membre du 40e Parlement du Royaume-Uni (d)
Derby South
-
Membre du 39e Parlement du Royaume-Uni (d)
Derby South
-
Secrétaire d'État aux Relations du Commonwealth
-
Christopher Addison Addison (en)
Patrick Gordon Walker (en)
Membre du 38e Parlement du Royaume-Uni (d)
Derby (en)
-
Membre du 37e Parlement du Royaume-Uni (d)
Derby (en)
-
Membre du 35e Parlement du Royaume-Uni (d)
Coventry (en)
-
Membre de la Chambre des Lords
Membre du Conseil privé du Royaume-Uni
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 92 ans)
LondresVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
Philip Noel-BakerVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Domaine
Parti politique
Distinction
Titre honorifique
Le très honorable

Philip John Noel-Baker, Baron Noel-Baker (), né Philip John Baker, est un homme politique et athlète britannique. Il fut député travailliste, expert du désarmement et grand orateur. Il reçoit en 1959 le prix Nobel de la paix pour son œuvre en faveur de la paix et de la coopération internationale auprès des Nation unies. Son nom est d’abord orthographié « Noel Baker » ; en français, il est parfois nommé Philippe Noël-Baker.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille et jeunesse[modifier | modifier le code]

Philip Baker est né à Londres, le sixième de sept enfants de Joseph Allen Baker (en) (un quaker canadien) et de Elizabeth Balmer Moscrip (écossaise). Son père a émigré en Angleterre en 1876, il était entrepreneur et politicien, membre de la Chambre des communes de 1905 à 1918, et un des fondateurs du Travail amical international des Églises (World Alliance of Churches for Promoting International Friendship, précurseur du Conseil œcuménique des Églises)[1]. Philip « grandit dans une atmosphère de religiosité pratique et absente de dogmatisme »[1].

Philip Baker a fait ses études dans des écoles quaker, d'abord en Angleterre puis aux États-Unis à l'université de Haverford College en Pennsylvanie. Il étudie ensuite l'histoire et l'économie au King's College à Cambridge de 1908 à 1912[2], où il enseigne en 1915 déjà[3]. Durant ses études, il se lie d'amitié avec Sir Norman Angell[1] (prix Nobel de la paix en 1933).

En 1915, Philip Baker épouse Irene Noel, infirmière dans un hôpital de campagne à East Grinstead, d'où un fils, Francis Noel-Baker (en) (1920-2009). Philip Baker change de nom en 1921 par lettres patentes, pour s'appeler désormais « Noel-Baker »[4]. Sa femme était une amie de Virginia Woolf. De 1936 au décès d'Irene en 1956, Philip Noel-Baker a une relation avec Megan Lloyd George (1902-1966), elle aussi députée.

Lors de la Première Guerre mondiale, il est témoin de la première attaque au gaz de combat à Ypres et assiste au martyr des soldats[5]. Il crée avec d'autres quakers britanniques une unité d'ambulanciers volontaires, la Friends' Ambulance Unit[6].

Philip Noel-Baker parle couramment sept langues[7].

Athlétisme[modifier | modifier le code]

Capitaine de l'équipe britannique aux Jeux olympiques de 1924 à Paris, il participe en tant qu'athlète aux 800 et 1 500 mètres des Jeux de 1912 et de 1920. À Stockholm, sur la plus longue des distances, il préfère sacrifier ses chances, pour favoriser son coéquipier Arnold Jackson, face au danger que représente les athlètes américains. Il finit sixième. À Anvers, en se plaçant derrière lui à l'entame du dernier tour, il protège jusqu'au bout son compatriote Albert Hill, de l'Américain Lawrence Shields. Il termine, néanmoins, deuxième de ce 1 500 mètress, à cinq dixièmes de Hill et s'empare de la médaille d'argent[6]. Il est l'unique personne à avoir gagné une médaille olympique et reçu un prix Nobel[8].

Noel-Baker en 1942.

Carrière politique[modifier | modifier le code]

Après la Première Guerre mondiale, Philip Noel-Baker prend part à la Conférence de paix de Paris en 1919, en qualité de premier assistant[9] de Robert Cecil (juriste, politicien et diplomate qui recevra le prix Nobel de la paix en 1937). Il est impliqué dans la création de la Société des Nations (SdN), avec Robert Cecil puis comme assistant d'Eric Drummond (premier secrétaire général de la SdN). Il est aussi un proche collaborateur de Fridtjof Nansen[10] (prix Nobel de la paix en 1922). De 1924 à 1929 il est professeur de relations internationales à l’université de Londres, en 1927 il est professeur invité à l'Académie de droit international de La Haye[11], de 1933 à 1934 il enseigne à l'université de Yale.

Philip Noel-Baker débute sa carrière politique en 1924 au sein du parti travailliste. Il est élu en 1929 au Parlement et devient le secrétaire parlementaire privé d'Arthur Henderson[12]. Il est aussi membre du « Cabinet fantôme » jusqu’en 1959[13]. Bien qu’il perde son siège de parlementaire entre 1931 et 1936, il reste l'assistant de Henderson tant que celui-ci préside la Conférence mondiale pour le désarmement à Genève en 1932-1933. Il devient membre du comité exécutif national du Labour Party en 1937. Il occupe diverses positions au gouvernement pendant et après la Seconde Guerre mondiale jusqu’à devenir secrétaire d'État aux Relations du Commonwealth en 1947. Il est responsable en tant que ministre de l’organisation des Jeux olympiques d'été de 1948 à Londres. Il préside le Labour Party en 1946-1947.

En 1936, Noel-Baker participe avec Robert Cecil et Pierre Cot au Rassemblement universel pour la paix (RUP) à Bruxelles[14].

Après la guerre, il fait partie de la délégation britannique à ce qui deviendra l'Organisation des Nations unies. Il participe à la rédaction de la Charte des Nations unies et à divers règlements. Il reçoit le prix Nobel de la paix, le , un an après avoir publié un livre en faveur du désarmement[6]. Selon le président du Nobel, Gunnar Jahn (en), « chez Philip Noel-Baker, on ne trouve pas trace d’ambition personnelle. Pour lui, la cause seule est importante. Si elle fait des progrès, peu importe qui en a le mérite. »[15]. Dans son discours prononcé lors de la réception du prix, Noel-Baker déclare :

« Que reste-t-il des principes de moralité sur lesquels a été édifiée notre civilisation occidentale ? Comment la course aux armements peut-elle prendre fin ? J'aborde le sujet par une affirmation sans détour : c'est un non-sens de parler de désarmement si l’on ne croit pas que la guerre, toute guerre peut être abolie.[16] »

Philip Noel-Baker devient membre de la Chambre des lords (« pair à vie ») en 1977.

De 1979 jusqu’à sa mort, il est coprésident de la Campagne mondiale pour le désarmement (World Disarmament Campaign), organisation qu’il a fondée avec Fenner Brockway[17],[18].

Publications[modifier | modifier le code]

Ouvrages les plus connus de Philip Noel-Baker, tous réédités de nombreuses fois (de 14 à 44 éditions selon WorldCat[19]).

  • (en) P.J. Noel Baker, The Geneva protocol : for the pacific settlement of international disputes, London, P.S. King & Son, , 228 p.
  • (en) P.J. Noel Baker, Disarmament, London, Hogarth Press, , 352 p.
  • (en) Philip Noel-Baker, The League of Nations at work, London, Nisbet, , 135 p.
  • (en) Philip Noel-Baker, The Private manufacture of armaments, London, V. Gollancz, , 574 p.
  • (en) Philip Noel-Baker, The arms race : a programme for world disarmament, London, Atlantic Books, , 579 p.
    Traduit en allemand en 1961 par Elisabeth Rotten.
  • (en) Philip Noel-Baker, The First World Disarmament Conference 1932-1933 and why it failed, Oxford, etc, Pergamon Press, , 147 p. (ISBN 0-08-023365-1)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Philippe Noël-Baker, Elisabeth Rotten (postface) et Jules Humbert-Droz (postface), Le désarmement est aujourd'hui possible : discours prononcé lors de la réception du prix Nobel de la paix, Oslo 1959, La Chaux-de-Fonds, Conseil suisse des associations pour la paix, coll. « Brochures du Conseil suisse pour la paix » (no 2), [1963], 55 p.
    La postface (p. 35-55) est en grande partie une biographie de Ph. Noel-Baker.
  • (en) David J. Whittaker, Fighter for peace : Philip Noel-Baker, 1889-1982, York, W. Sessions, , 401 p. (ISBN 1850720568)
  • (en) Don Anthony et Philip Noel-Baker, Man of sport, man of peace : collected speeches of Philip Noel-Baker, olympic statesman, 1889-1982, Sports Editions, , 175 p. (ISBN 0951780204)

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c Rotten et Humbert-Droz, 1963, p. 25
  2. David Howell, « Baker, Philip John Noel-, Baron Noel-Baker (1889–1982) », Oxford Dictionary of National Biography, Oxford University Press, 2004 ; édition en ligne (2012).
  3. Rotten et Humbert-Droz, 1963, p. 26.
  4. (en) London Gazette: (Supplement) no. 32613. p. 1455. 17 février 1922.
  5. Le désarmement est aujourd’hui possible, p. 16.
  6. a b et c « Le Nobel du 1500 », chronique publiée dans le quotidien L'Équipe du mardi 31 juillet 2012.
  7. (en) Philip J. Noel-Baker sur Encyclopædia Britannica.
  8. Don Anthony, « Philip Noel-Baker, le seul olympien lauréat du prix Nobel de la paix », Revue olympique, vol. XXVI, no 36,‎ décembre-janvier 2000-2001, p. 23-24 (lire en ligne)
  9. Rotten et Humbert-Droz, 1963, p. 29.
  10. Rotten et Humbert-Droz, 1963, p. 29. Nansen écrit dans une lettre à Baker en 1927 : « Certainement, tout ce que j’ai fait dans la Société des Nations, c'est avec vous que je l’ai fait et je n'aurais pu le faire sans vous ».
  11. Rotten et Humbert-Droz, 1963, p. 27.
  12. The Geneva protocol, 1925.
  13. Rotten et Humbert-Droz, 1963, p. 32.
  14. Rotten et Humbert-Droz, 1963, p. 31.
  15. Rotten et Humbert-Droz, 1963, p. 28
  16. Le désarmement est aujourd’hui possible, p. 17.
  17. Fighter for peace, 1989.
  18. (en) « History of World Disarmament Campaign », sur unitingforpeace.com, Uniting for Peace (consulté le 12 juillet 2018).
  19. Noel-Baker, Philip 1889-1982, WorldCat Identities, consulté le 14 juillet 2018.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]