Alès Bialiatski

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Alès Beliatski / Aliaksandr Bialiatski

Alès Bialiatski
Ales Bialiatski Fot Mariusz Kubik 02.jpg
Fonction
Conseiller municipal de Minsk
-
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Аляксандр Віктаравіч БяляцкіVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
soviétique (depuis le )
biélorusseVoir et modifier les données sur Wikidata
Formation
Faculté de philologie de l'université d'État de Homiel (d) (jusqu'en )
Institut de littérature de l'Académie des sciences de Biélorussie (d) (jusqu'en )Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Conjoint
Natalia Pinchuk (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
A travaillé pour
Centre Viasna des droits de l'homme
Musée littéraire Maxime-Bahdanovitch, Minsk (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Talaka (en)
Touteïchyïa (d)
Front populaire biélorusse (en)
Martyrologe de Biélorussie (d)
Centre PEN biélorusse (d)
Conseil de coordination
Union des écrivains biélorusses (d)
Communauté catholique biélorusse (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Prix Nobel de la paix ()Voir et modifier les données sur Wikidata
Liste détaillée

Alès Viktaravitch Bialiatski (en biélorusse : Алесь Віктаравіч Бяляцкі ; en russe : Алесь Викторович Беляцкий, Alès Viktorovitch Beliatski), né le , est un militant politique biélorusse connu pour son travail à la tête du Centre des droits de l'homme Viasna, la principale organisation de défense des droits de l'homme en Biélorussie[1]. Il est le vice-président de la Fédération internationale pour les droits humains. Alès Bialiatski a reçu le prix Homo Homini, le prix Per-Anger en 2006 et le prix Nobel de la paix en 2022 pour ses efforts pour la promotion des droits de l'homme et de la démocratie dans son pays.

Biographie[modifier | modifier le code]

Alès Bialiatski est né à Värtsilä, dans l'actuelle Carélie, en Russie, de parents biélorusses. Son père, Viktar Bialiatski, est originaire du raïon de Rahatchow. Sa mère, Nina, est originaire du raïon de Narowlia. En 1965, la famille retourne en Biélorussie pour s’installer à Svietlahorsk, dans la région de Gomel.

Spécialiste de la littérature biélorusse, Alès Bialiatski décroche en 1984 un diplôme en philologie russe et biélorusse à l'université d’État de Gomel (en). Au cours de ses études, il rencontre plusieurs personnes qui devinrent plus tard des auteurs célèbres, notamment Anatol Sys, Édouard Akouline (be), Siarjouk Sys (be) et Anatol Kazlow (be).

Après avoir obtenu son diplôme, Alès Bialiatski enseigne dans le raïon de Leltchytsy, dans la région de Gomel.

Entre 1985 et 1986, il sert dans l'armée en tant que conducteur de véhicule blindé dans une batterie d'artillerie antichars près de la ville russe d'Iekaterinbourg.

En 1996, il fonde l'ONG Viasna (Printemps) spécialisée dans l'aide aux victimes des exactions du régime de Loukachenko[2].

Dans la vague de répression frappant les opposants biélorusses[1], il est arrêté par les autorités de son pays en 2011 pour de prétendues fraudes fiscales[1].

Le prix Lech-Wałęsa lui est décerné par la fondation du même nom le [3].

Il est libéré le , dans le cadre de l'« amnistie liée au 70e anniversaire de la libération de la Biélorussie de l'envahisseur nazi[4] ».

En 2020, il est co-lauréat du Right Livelihood Award (ou « prix Nobel alternatif »), prix qu'il partage avec l'avocat afro-américain Bryan Stevenson, l'avocate iranienne Nasrin Sotoudeh et la défenseuse nicaraguayenne des droits des peuples autochtones Lottie Cunningham Wren (en)[5].

Il est de nouveau arrêté et emprisonné le par le pouvoir, qui l'accuse de fraude fiscale[6],[7].

Son procès, conjointement à ses collaborateurs Valentin Stefanovitch et Vladimir Labkovitch, s'ouvre à Minsk le 2 mars 2023. Ils sont accusés d'avoir fait entrer de grandes quantités d'argent liquide en Biélorussie et d'avoir "financé des actions collectives portant gravement atteinte à l'ordre public". Ils risquent 7 à 12 ans de prison. Tous trois ont plaidé non coupable.

Le 3 mars 2023, ils sont condamnés respectivement à dix, neuf et sept ans de prison.

La France dénonce des condamnations qui « témoigne une nouvelle fois de la politique de répression sans précédent conduite par les autorités biélorusses à l’encontre du mouvement de protestation pacifique qui a émergé à l’issue du scrutin frauduleux de l’élection présidentielle d'Alexandre Loukachenko le 9 août 2020 »

Le prix Nobel de la paix 2022 est attribué à Alès Bialiatski ainsi qu'à l'ONG Memorial et au Centre pour les libertés civiles ukrainien[8]. Alors en détention à la prison Volodarka à Minsk en vue de son procès, c'est son épouse Natalia Pintchouk qui se rend à Oslo et prononce le discours de réception à sa place[2].

Notes et références[modifier | modifier le code]

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Ales Bialiatski » (voir la liste des auteurs).
  1. a b et c Piotr Smolar, « La Pologne et la Lituanie causent l'arrestation d'un opposant biélorusse », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  2. a et b Marie Jégo, Un Prix Nobel mis en cage, article dans Le Monde du3 mars 2023, p. 17
  3. « Le prix Lech Walesa décerné à l'opposant bélarusse emprisonné Ales Beliatski », sur lepoint.fr, .
  4. (en) « Ales Bialiatski », sur palitviazni.info,
  5. Stéphanie Le Bars, « Bryan Stevenson, lauréat du « prix Nobel alternatif » : « Il faut un changement radical du récit national sur la suprématie blanche » », sur lemonde.fr, (consulté le )
  6. Sabine Verhest, « Qui est Ales Bialiatski, activiste biélorusse attaqué pour "fraude fiscale" par le régime de Loukachenko ? », La Libre Belgique,‎ (lire en ligne).
  7. (en) « Ales Bialiatski », sur prisoners.spring96.org, Viasna (consulté le ).
  8. « Le prix Nobel de la paix 2022 au Bélarusse Alès Bialiatski, à l’ONG russe Memorial et au Center for Civil Liberties ukrainien », sur Libération, (consulté le ).

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]