Petit Palais (Genève)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Petit Palais (homonymie).
Musée du Petit Palais
Informations générales
Visiteurs par an
entre 20 000 et 30 000
Collections
Collections
Beaux-arts de l'Antiquité au XXe siècle, peintures, sculptures, objets d'art
Localisation
Pays
Commune
Adresse
no 2 Terrasse Saint-Victor
Coordonnées
Localisation sur la carte de Suisse
voir sur la carte de Suisse
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Genève
voir sur la carte de Genève
Red pog.svg

Le Petit Palais de Genève, fondé en 1968, et fermé depuis 1998, est un musée privé genevois abritant une collection d'œuvres d'art.

Historique[modifier | modifier le code]

Oscar Ghez (1905-1998), industriel suisse d'origine juive tunisienne, fonde le musée dans un hôtel particulier pour y présenter ses collections d'art moderne (peintures, sculptures et dessins). Tous les grands courants de 1870 à 1930 y sont représentés, et particulièrement les peintres impressionnistes et ceux de l'École de Paris.

Après la mort du fondateur, le musée ferme en 1998. Son neveu administre l'institution de 2000 à 2005. Les œuvres font l'objet de prêts pour des expositions temporaires en Suisse et à l'étranger (sous l'étiquette: Les Amis du Petit Palais).

Architecture[modifier | modifier le code]

L'hôtel particulier, de style Second Empire, a été construit en 1862 par l'architecte genevois Samuel Darier[1]. L'édifice, de deux étages, présente sa façade la plus ornée du côté de la vieille ville.

En 1967, le propriétaire entreprend fait agrandir ce bâtiment, qui passe à six étages, dont trois en sous-sol. Les travaux d'excavation ont mis au jour l'ancien mur d'enceinte de la vieille ville. Aujourd'hui, cinq étages sont destinés aux expositions, le troisième sous-sol est une réserve d'œuvres.

Collections[modifier | modifier le code]

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1965 : Peintres de Montmartre et de Montparnasse.
  • 1973 : L'École de Paris et la Belle Époque de Montparnasse.
  • 1974-1975 : Centenaire de l’Impressionnisme et Hommage à Guillaumin.
  • Du 25 février 1975 au 25 février 1976 : Cinq peintres naïfs français.
  • 1977 : Gustave Moreau et le symbolisme.
  • 1978 : La Belle Époque de Montparnasse.
  • De décembre 1979 à février 1980 : Peintres Suisses du XXe siècle.
  • 1983 : Trésors du Petit Palais de Genève.
  • 1986 : La femme, corps et âme.
  • 1990: Le chat et ses amis de Steinlen à Foujita.
  • Du 27 novembre 1990 au 20 mars 1991 : Le Douanier Rousseau et les peintres primitifs du XXe siècle.
  • 1992 : Valtat et les Fauves.
  • 1993 : Nabis et peintres de Pont-Aven.
  • 1994 : Kikoïne.
  • 1995 : Les Heures chaudes de Montparnasse.
  • 1996 : Le Pointillisme.
  • Du 6 mars au 15 juin 1997 : Le Douanier Rousseau et les peintres naïfs français.
  • 1998 : Aux sources de l'art Moderne, nouveau regard sur la collection.
  • Du 23 avril au 24 octobre 1999 : Au fil de l'eau, de Monet à Marquet.

Directeurs[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Kikoïne, bibliographie illustrée, Éditions du Musée du Petit Palais, n°4, 1993.
  • Centenaire de l'Impressionnisme et Hommage à Guillaumin, Genève, Éditions du Musée du Petit Palais, n°28, 1974-1975.
  • Gustave Moreau et le symbolisme, Genève, éditions du Musée du Petit Palais, n°44, 1977.
  • 629 œuvres, de Renoir à Picasso, Genève, éditions du Musée du Petit Palais, n°558, 1981.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Né à Genève le 18 avril 1808, et mort le 15 mai 1884, il est marié à l'artiste peintre Jeanne Anne Scherer (1816-1888). Le couple a un fils, François Charles (1841-1900), également architecte (Dictionnaire des élèves architectes des beaux-arts 1800-1968, INHA et Pierre Monnoyeur, « Darier, Samuel » dans le Dictionnaire historique de la Suisse en ligne, version du .
  2. Acquis par Charlie Chaplin à l'artiste, puis par le musée du Petit Palais à Genève et vente Swiss Art, Koller Auction le 5 décembre 1914[réf. nécessaire]
  3. a et b Alan Monnat, « Quel sésame pour ouvrir la porte du Petit Palais ? », Le Temps, 1er octobre 2014.
  4. Collectif, Chefs d'Œuvre de la collection Oscar Ghez, éditions Musée de Lodève, 2007.
  5. Figaro, 20 juin 2007[réf. incomplète].

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Constance Naubert-Riser, « L’œil averti d’Oscar Ghez », La Vie des Arts, vol. 50, n°205, 2006-2007, pp. 45-47.
  • Rainer Budde, Images de chefs-d'œuvre impressionnistes de la collection du Petit Palais, Genève, Leipzig, Ausstellungskatalog Cologne, Seemann, 1994, (ISBN 3-363-00628-4).
  • Manfred Fath, De la lumière pour former. Trésors de la peinture française du Petit Palais, Genève, [catalogue de l' exposition Mannheim], Munich, Prestel, 1997, (ISBN 3-7913-1841-1).
  • Gilles Genty, De Caillebotte à Picasso - Chefs-d'œuvre de la Collection Oscar Ghez, [catalogue d'exposition], Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, 2007.
  • (fr) (en) Claude Ghez, Itzhak Goldberg, Maïté Vallès-Bled, Gilles Genty et collaborateurs, Robert Lecou (préface), Chefs-d'Œuvre de la collection Oscar Ghez, discernement et engouements, [catalogue de l'exposition du 16 juin au 28 octobre 2007], Éditions Études et Communications, Musée de Lodève, ADAGP, 2007, 296.p. (ISBN 9782911722462),