Jean Peské

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Jean Peské
Jean Peské - L'estampe et l'affiche.jpg

L'Estampe et l'Affiche, lithographie pour une revue d'art (1898).

Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
Le MansVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Activités

Jan Mirosław Peszke, dit Jean Peské, né le , Gault (uk), district de Ananiv, gouvernement de Kherson, Empire russe et mort le au Mans (France) est un peintre et graveur français d'origine polonaise par son père et russe par sa mère[1].

Biographie[modifier | modifier le code]

Jean Peské suit les cours de l'École de peinture de Kiev, puis ceux de l'École des beaux-arts d'Odessa et de celle de Varsovie. Ayant hérité de son père en 1891, il émigre la même année en France.

Il s'inscrit à l'Académie Julian[2] dans les ateliers de Jean-Paul Laurens et de Benjamin-Constant. Il lie des amitiés dans les milieux polonais de la capitale où il rencontre la future Marie Curie, avec laquelle il resta longtemps lié, ainsi que Guillaume Apollinaire.

Il entre rapidement en relation avec Signac, Pissarro, Bonnard, Vuillard. Sous l'influence de Signac, il expérimente le pointillisme. Il fréquente aussi le groupe des Nabis, entre 1895 et 1900, et expose chez Le Barc de Boutteville avec Sérusier, Bonnard et Vuillard. À partir de 1900, il trouve sa place parmi les post-impressionnistes et peint en plein air, notamment à Barbizon où il rencontre le peintre Constantin Kousnetzoff.

Peské expose régulièrement à partir de 1895 au Salon des indépendants, au Salon d'automne, et par la suite dans les plus grandes galeries. Il accède à une grande notoriété entre les années 1920 et 1940.

Entre les deux guerres, il compte notamment Hennesy et Llinas parmi ses collectionneurs. Il présente aussi ses dessins à Georges Clemenceau, l'un de ses admirateurs, et la Chalcographie du Louvre lui achète des gravures. Il peint de nombreux paysages, notamment de Vendée, Bretagne, Bormes-les-Mimosas, Collioure, localité où il fonde un musée d'art[3], l'actuel Musée d'Art Moderne[4].

Style[modifier | modifier le code]

D'abord influencé par Claude Monet, il adopte par la suite un style plus personnel et excelle dans le paysage, inspiré notamment par ses séjours dans la forêt de Fontainebleau et sur la côte méditerranéenne.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Question book-4.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (indiquez la date de pose grâce au paramètre date)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
  • Femme chauffant sa chemise (1907)
  • La Place des Lices, à Saint-Tropez
  • Village à Saint-Tropez[5]
  • La Mare aux Fées
  • Les vieux Chênes
  • La Chaumière en Vendée (1935)
  • Nature morte à la carafe et aux pommes (non datée)
  • La meule au foin[6]
  • Maternité au jardin [7]
  • L'église de Collioure[8]
  • L'arche à Portivy (huile sur toile, 1939, musée des beaux-arts de Rennes)
  • Paris sous la neige , hst, [s.d.], conservée au musée du Petit Palais de Genève

Jean Peské est l'auteur d'un Journal qui reflète non seulement sa vie, mais aussi celle de tous les artistes importants qu'il a côtoyés.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, tome VIII, p. 246, 247
  • Lise Bicart-Sée, Publication critique du journal de Jean Peské, Doctorat de 3e Cycle, Paris-Sorbonne, 1983
  • Collectif, Jean Peské, 1870-1949, catalogue d'exposition, Somogy, 2002-2003
  • Michel Guillemain, Jean Peské à Bormes, catalogue d'exposition, Réseau Lalan, 2005

Références[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]