André Bauchant

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
André Bauchant
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

André Bauchant, né le à Château-Renault et mort le à Montoire-sur-le-Loir est un peintre naïf français. Autodidacte, il était surnommé « le peintre jardinier ».

Biographie[modifier | modifier le code]

André Bauchant naît dans l'Indre-et-Loire, à Château-Renault, au 8 de la rue Marceau, dans le quartier du Pichon, d’un père pépiniériste et d’une mère couturière.

En 1900, il épouse Alphonsine Bataillon. Ils font leur voyage de noces à Paris, lors de l’exposition universelle, et visite le pavillon des beaux-arts où André achète des livres d’histoire et de mythologie.

Jusqu’en 1914, il est pépiniériste, son seul loisir étant ses livres. La 1re guerre mondiale éclate. À 42 ans, André Bauchant est mobilisé. En 1915 est envoyé aux Dardanelles où il découvre la Grèce. Pour passer le temps, il crayonne les paysages environnants. Au bout de neuf mois, malade, il est rapatrié puis affecté à la télémétrie près de Reims. Où il y reçoit quelques cours de dessins en perspectives, qui seront ses seules bases techniques.

Libéré en 1919, il retrouve sa Touraine et décide, à 46 ans de se consacrer à sa passion : la peinture. Sans argent, ses pépinières en friche, mais la tête pleine de souvenirs . André Bauchant commence à peindre et utilise pour cela toutes sortes de supports : draps, torchons, cartons, bois, cuivre… Sa femme étant malade, il s’installe dans un ancien moulin à tan, La Blutiére à Auzouer-en-Touraine.

En 1921, il expédie 16 toiles au Salon d’Automne, neuf seront retenues. C’est au cours de cette première participation que le peintre Amédée Ozenfant et l’architecte Le Corbusier remarquent sa peinture naïve et poétique ; ils deviennent ses premiers acheteurs et amis.

En 1928, il fait construire sa maison à Auzouer-en-Touraine. Il peint maintenant à plein-temps et aborde différents thèmes : des scènes mythologiques et des tableaux religieux, des portraits, de très nombreux paysages, des bouquets et autres compositions florales, des oiseaux….

Jeanne Bucher organise dans sa galerie parisienne, la première exposition privée en montrant 75 toiles.

Le directeur des Ballets russes, Serge de Diaghilev découvre ses toiles et lui commande des modèles pour réaliser les décors de son ballet : Apollon musagète, ballet de George Balanchine, musique d'Igor Stravinsky, créé pour les Ballets russes.

En 1937, André Bauchant, participe à Paris à une exposition organisée à par Andry-Farcy (conservateur du Musée de Grenoble), regroupant les principaux peintres autodidactes. Cette exposition s’intitule « Les Maîtres Populaires de la Réalité ».La même année, elle est présentée à Zurich, puis à Londres et enfin à New York. Ses tableaux s’exposent et se vendent bientôt dans le monde entier.

En 1943, sa femme Alphonsine meurt après une longue maladie.

En 1949, à Paris, 215 toiles sont exposées à la Galerie Charpentier. L'année suivante, il est nommé au grade de Chevalier de la Légion d’honneur pour ses 54 ans d’activité artistique et de service militaire, pour Bauchant qui a 77 ans, cette consécration est un symbole fort de réussite.

André Bauchant, vieillissant, désirait habiter une maison en ville, celle des Tourneboeufs étant à l’époque isolée dans la campagne. Son goût pour la vallée du Loir lui fit rechercher une maison à Montoire-sur-le-Loir.

En 1955, il achète une grande maison Il installe son atelier au premier étage. À l’époque, vu son grand âge, il ne sortait guère, mais recevait beaucoup : des amis et acheteurs venus de Paris, des amis de Tours, tous ceux que sa peinture a piqués de curiosité jusqu'à venir rencontrer le peintre…

Durant ces trois années passées Montoire-sur-le-Loir, il continuera à peindre des fleurs, des fruitiers, des kermesses, des paysages de la vallée du Loir…

Le 12 août 1958, à 85 ans, André Bauchant s’éteint paisiblement. Il repose au cimetière de Montoire-sur-le-Loir, allée des Roses laissant derrière lui une œuvre considérable et quelques toiles inachevées ; en 40 ans il a peint environ 3 000 toiles (aujourd’hui répertoriées).

Repères chronologiques[modifier | modifier le code]

  • 1896 : Les deux frères Bauchant, Hippolyte et André, reprennent l'affaire familiale : Les pépinières Bauchant
  • 1900 : André Bauchant, à 27 ans, se marie avec Alphonsine Bataillon à Auzouer. Leur voyage de noces eu lieux à Paris.
  • 1905 : fin de l'association des frères Bauchant. À partir de cette année ils seront indépendants, Hippolyte : Bauchant aîné, et André : Bauchant jeune.
  • 1914 : la Première Guerre mondiale éclate, à 42 ans il est mobilisé.
  • 1916 : envoyé aux Dardanelles, il découvre la Grèce.
  • 1918 : André Bauchant se présente à un concours de télémétreur où il est reçu 1er sur 40 candidats.
  • 1919 : démobilisé, Bauchant, s’installe avec sa femme à La Blutière, il va devenir peintre.
  • 1921 : Première participation d'André Bauchant à une exposition : Salon d’Automne à Paris, où Le Corbusier et A. Ozenfant, découvrent Bauchant.
  • 1928 : Bauchant fait construire sa maison à Auzouer, où il peint maintenant à plein temps. La galerie Jeanne Bucher organise sa première exposition particulière avec 75 toiles, le début d’une longue collaboration. Serge de Diaghilev achète une toile : Champs-Élysées.
  • 1930-32 : Bauchant se déplace plusieurs fois dans le Limousin et Charente.
  • 1937 : Bauchant participe à l'exposition des maîtres populaires de la réalité (Paris) organisée par Pierre Andry-Farcy, conservateur du Musée de Grenoble. Ses œuvres s’exposent dans le monde entier.
  • Durant la seconde guerre mondiale, il fait la rencontre à Château-Renault de M. et Mme Duru, décorateurs d'intérieur. Il leur rendra souvent visite chez eux à Saint-Paul-de-Vence (village qu'il peindra en 1948).
  • 1939 : Bauchant voyage en  Hollande pour rencontrer un peintre, autodidacte et horloger de son métier Dick Oudes, à cette occasion il fit la connaissance d’Erwin Bowien qui fit son portrait.
  • 1949 : Paris rend hommage à l’art instinctif et naïf. André Bauchant à 76 ans, La Galerie Charpentier (Paris) expose 215 toiles de Bauchant. Au mois de décembre, épouse en seconde noces Marie JOLY, à Auzouer.
  • 1950 : nommé au grade de Chevalier de la Légion d’Honneur pour ses 54 ans d’activité artistique et de services militaires.
  • 1955 : Bauchant s’installe à Montoire-sur-le-Loir dans le Loir-et-Cher, dans une maison en centre ville, dont il vient de faire l’acquisition. Il continue toujours de peindre.

Sources d'inspiration[modifier | modifier le code]

Collections[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

  • Travaux d'archives de l'association Les amis d'André Bauchant[1]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Association loi 1901 déclarée à la préfecture de l'Indre et Loire no 8995, Journal officiel du 12.07.1989

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Roger Baschet, La Peinture contemporaine, de 1900 à 1960, tome 1, Éditions de l'Illustration, Paris, 1961

Liens externes[modifier | modifier le code]