André Utter

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Cet article ne cite pas suffisamment ses sources (novembre 2013).

Si vous disposez d'ouvrages ou d'articles de référence ou si vous connaissez des sites web de qualité traitant du thème abordé ici, merci de compléter l'article en donnant les références utiles à sa vérifiabilité et en les liant à la section « Notes et références » (modifier l'article, comment ajouter mes sources ?).

André Utter
Description de l'image Defaut.svg.
Naissance
Paris (France)
Décès (à 61 ans)
Paris
Nationalité Drapeau : France Française
Profession
Famille
Suzanne Valadon (épouse)
Maurice Utrillo (beau-fils)

André Utter, né le à Paris 18e et mort le dans le même arrondissement, est un peintre français.

Il était l'époux de l'artiste peintre Suzanne Valadon.

Biographie[modifier | modifier le code]

André Utter est un ami d'enfance d'Edmond Heuzé[1]. Comme Maurice Utrillo, il est né et a grandi dans la quartier de Montmartre, le premier en 1886 et le second en 1883. Au-delà de ce lieu de naissance, ils sont associés par le truchement de Suzanne Valadon, qui fut femme de l'un et mère de l'autre.

Suzanne Valadon rencontre André Utter en 1909, alors électricien à la sous-station de l'avenue Trudaine[2]. Elle s'installe avec lui après avoir divorcé de Paul Moussis après treize ans de mariage.

Utter, que son ami Edmond Heuzé décrit comme « d'une grande beauté avec sa tignasse blonde, ses yeux bleus et son teint vif »[1], inspire Suzanne Valadon. En 1909, elle lui demande de poser pour son tableau Adam et Ève, où elle se représente elle-même sous les traits dénudés d'Ève. En 1914, André Utter et Suzanne Valadon se marient[3] et gèrent ensemble la carrière de Maurice Utrillo, et de Valadon elle-même ; Utter est l'homme d'affaires au sein de la « Trinité Maudite ». Initié à la peinture par Valadon, il a illustré le Théâtre à lire d’Oscar Wilde en 1925.

En 1935, poussé par sa mère, Utrillo épouse Lucie Valore. Suzanne Valadon meurt en 1938, laissant Maurice Utrillo aux mains de Lucie Valore et André Utter.

Utter meurt en 1948 et repose avec Valadon au cimetière parisien de Saint-Ouen.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

  • Genève, Petit Palais : Suzanne Valadon se coiffant, 1913, huile sur toile, 116 × 61 cm.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Jean-Pierre Crespelle, « Heuzé - Du quadrille réaliste à l'Institut », in Montmartre vivant, Hachette, 1964, p.157.
  2. Jean-Pierre Crespelle, op. cit., pp. 163-164.
  3. Edmond Heuzé est le témoin d'André.[réf. nécessaire]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Oscar Wilde (trad. Cecil Georges-Bazile, ill. André Utter), Théâtre à lire, Delpeuch, , 257 p.
  • Robert Beachboard, La Trinité maudite : Valadon, Utter, Utrillo, Paris, Amiot-Dumont, .
  • Jean-Pierre Crespelle, Montmartre vivant, Hachette, 1964.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, t.13, Gründ, 1999.
  • Martine Willot, Bertrand Willot, Michèle Michy-Quizet, Alphonse Quizet et ses amis, 1955-2005, il y a cinquante ans disparaissaient Alphonse Quizet et Maurice Utrillo, La Vie d'artiste AWD, 2005 (ISBN 2-913639-05-4).