Henry Moret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Moret.
Henry Moret
Moret henry.jpg

Portrait d'Henry Moret (vers 1890).

Naissance
Décès
(à 56 ans)
Paris
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Mouvement

Henry Moret, né à Cherbourg (Manche) le et mort à Paris le , est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils naturel de Louise Moret et donc né de père inconnu, aucun détail de son enfance n'est à ce jour renseigné. Pendant son service militaire à Lorient, Henry Moret découvre la côte sud de la Bretagne. Il devient un élève du peintre lorientais Ernest Corroller[1]. Il est ensuite admis à l'École des beaux-arts de Paris dans les ateliers de Jean-Léon Gérôme et Jean-Paul Laurens en 1876, et fréquente l'atelier d'Henri Lehmann, puis l'Académie Julian à Paris.

Il commence à exposer au Salon des artistes français de 1881, et au Salon des indépendants et s'installe ensuite au Pouldu. « D'un caractère indépendant, installé chez le maître du port Kerluen et non à la pension Gloanec, il se lie vite néanmoins à tout le groupe des impressionnistes »[2] et fait la connaissance, en 1888, de Paul Gauguin et de ses amis à Pont-Aven (Finistère). Il s'intègre à son groupe[3] et devient l'un des plus intéressants représentants de l'École de Pont-Aven. En 1890, il rejoint Paul Gauguin et ses amis à l'auberge de Marie Henry au Pouldu et s'installe ensuite à Doëlan, où il revient à une technique de peinture plus impressionniste et travaille sous contrat pour la galerie Durand-Ruel. Ce marchand de tableaux lui consacre une exposition à Paris en 1898. Environ 800 de ses œuvres sont répertoriées[4].

Henry Moret a surtout peint la Bretagne (la côte sud du Finistère principalement et le littoral du Morbihan) ainsi que les îles bretonnes de l'Océan Atlantique (Groix, Belle-Île, Houat, Ouessant), un peu la Manche et les Pays-Bas. « Avant tout épris de la mer, c’est sa vision personnelle qu’il transcrit dans une fusion de deux styles opposés entre lesquels il ne peut trancher : synthétisme ou impressionnisme »[5].

« Fasciné par la mer, Moret a utilisé des couleurs profondes et des coups de pinceau énergiques pour capturer sa violence et la puissance, en correspondance avec la force inébranlable des affleurements de granit. En combinant l'esthétique de la simplicité d'inspiration japonaise avec la technique impressionniste, Moret a créé un mélange magique de composition simple et de couleurs captivantes[6]. »

Le , son œuvre la plus chère jamais vendue a été adjugée à 255 000 euros[7].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Aux États-Unis
En France
En Russie
En Suisse

Autres œuvres[modifier | modifier le code]

La liste des autres œuvres citée ci-après est incomplète et ne garantit pas leur authenticité :

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean-Yves Rolland et Marie-Bénédicte Baranger, Henry Moret, Éditions Palantines, 2002.
  • Henry Moret. Aquarelles et peintures [catalogue d'exposition], musée de Pont Aven, 1988.
  • Dictionnaire Bénézit.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :