Marie Bracquemond

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bracquemond.
Marie Bracquemond
Marie Bracquemond.jpg
Portrait présumé de Marie Bracquemond (1890),
photographie anonyme non sourcée.
Naissance
Décès
Nom de naissance
Marie Anne Caroline Quivoron
Nationalité
Activités
Autres activités
Maître
Mouvement
Influencée par
Conjoint
Enfant

Marie Bracquemond, née Marie Anne Caroline Quivoron le à Argenton-en-Landunvez et morte le à Sèvres, est une artiste peintre, graveuse et céramiste française.

Elle est considérée par le critique d'art Gustave Geffroy, comme une des trois « grandes dames » de l'impressionnisme avec Berthe Morisot et Mary Cassatt[1]. Portraitiste avant tout, elle est également peintre de fleurs, de natures mortes, de paysages et de scènes d'intérieur. Elle a aussi exécuté des décorations murales et des dessins pour des vases en céramique.

Longtemps reléguée dans l'ombre de son mari Félix Bracquemond[2], elle commence à avoir une reconnaissance méritée grâce à de nombreuses expositions sur les femmes peintres au cours de ces dernières années[3], [4].

Les débuts[modifier | modifier le code]

Félix Bracquemond, Sur la terrasse de la villa Brancas (1876), eau-forte. Marie Bracquemond à droite, sa sœur à gauche.

Cette artiste dont Philippe Burty déclare qu'elle est la plus intelligente des élèves d'Ingres[5] a donné des cours de dessin, et a épousé Félix Bracquemond en 1869. Elle débute au Salon de 1859 en signant ses premières œuvres du nom de « Pasquiou-Quivoron » et participe régulièrement aux salons depuis 1864[6]. À l'Exposition universelle de 1878, Marie Bracquemond présente un grand panneau en carreaux de céramique (environ 3 × 7 m, aujourd'hui disparu) sur le thème des Muses des arts réalisé pour le manufacturier Charles Haviland. Edgar Degas en fait le compliment à Félix Bracquemond dans une lettre où il le prie de transmettre son admiration à sa femme[7]. C'est ce qui l'amène à participer en 1879 à la quatrième exposition du groupe impressionniste où elle présente un plat de céramique et les cartons préparatoires qui ont servi à la fabrication du panneau de faïence Haviland. Elle produit par ailleurs neuf eaux-fortes qu'elle expose lors de la deuxième exposition de la Royal Society of Painter-Etchers and Engravers à la galerie Durand-Ruel en 1890.

Avec les impressionnistes[modifier | modifier le code]

Marie Bracquemond, Sur la terrasse à Sèvres (1880), Genève, Petit Palais.

Longtemps influencée par Ingres, notamment dans le portrait qu'elle fait de son fils en 1878[8], Marie s'éloigne de son maître avec des couleurs claires et des variations dans les tons de blanc avec son Portrait de femme présenté à la cinquième exposition impressionniste. Sa sœur Louise est son modèle favori mais pour plusieurs portraits, les modèles restent inconnus et leurs attributions sans fondements comme pour l'artiste peintre au chevalet qualifié d'Autoportrait.

À la huitième et dernière exposition impressionniste de 1886, elle envoie Portrait d'un jeune homme (Pierre Bracquemond dessinant un bouquet de fleurs), Portrait de Félix Bracquemond et des aquarelles : Les Joueuses de jacquet, La Cueilleuse de pommes, Le Jardin' et Jeunes filles[7].

Très amie avec Édouard Manet, auquel elle tiendra compagnie dans ses derniers jours, elle reproduit son style dans certaines de ses natures mortes (Les Crevettes, 1887) ou des vues de jardin (L'Allée). Elle est aussi très liée avec le couple Sisley qui lui aurait servi de modèle pour le tableau En bateau (1880), tout comme pour le tableau intitulé Sous la lampe[7], mais à ce jour rien n'est prouvé, même si, vers la fin des années 1870, Alfred Sisley est son voisin à Sèvres[9].

Une grande partie des œuvres de Marie Bracquemond appartient à des collectionneurs privées. On ne les voit que très rarement lors d'expositions de femmes-peintres ou d'impressionnistes.

Son œuvre[modifier | modifier le code]

Les œuvres de Marie Bracquemond ont pour sujet le paysage de Sèvres ou les coteaux de Bellevue, mais aussi des portraits où les variations de couleurs montrent un savoir-faire apprécié par Gustave Geffroy. Dans la préface à l'exposition de Marie Bracquemont à la galerie Bernheim de 1919, il reprend des propos tenus en 1893 : « Il y a une parenté avec la peinture du siècle dernier, une continuation d'art sans imitation dans l'ajouté d'un sentiment très vif de la modernité d'une originalité rapide et franche[10] ».

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

En France
En Suisse
  • Genève, Petit Palais :
    • Sur la terrasse à Sèvres, 1880.
    • Vase, entre 1872 et 1881, terre cuite émaillée.

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Monneret 1987, p. 76
  2. Bouillon 2003, p. 12
  3. Women Impressionists. Berthe Morisot, Mary Cassatt, Eva Gonzalès, Marie Bracquemond, San Francisco, États-Unis, 2008
  4. exposition des trois grandes dames en Allemagne
  5. Burty 1872, p. 220-221
  6. Jean-Paul Bouillon, « Marie Bracquemond, la dame de l'impressionnisme », L'Estampille/L'Objet d'Art, n°458, juin 2010, p. 62.
  7. a b et c Monneret 1987, p. 77
  8. [PDF] Portrait de Pierre Bracquemond enfant (1878), lot n° 37, artus-encheres.com.
  9. Alfred Sisley: poète de l'impressionnisme : [Exposition] Lyon, musée des beaux-arts, 10 octobre 2002-6 janvier 2003, p. 21 : « Cette artiste et son mari, le célèbre graveur Félix Bracquemond, étaient voisins de Sisley à Sèvres à la fin des années 1870, mais là encore, rien ne prouve qu'Eugénie et Sisley aient été le sujet du tableau. »
  10. cité par Sophie Monneret, Monneret 1987, p. 77

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]