Ordre de bataille des unités françaises ayant participé à la bataille d'Austerlitz

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Article général Pour un article plus général, voir bataille d’Austerlitz.

Ce qui suit est l'ordre de bataille des forces militaires françaises présentes lors de la bataille d’Austerlitz, qui eut lieu le .

Ordre de bataille[modifier | modifier le code]

France Armée française[modifier | modifier le code]

Garde impériale[modifier | modifier le code]

Effectifs totaux : 5 373 hommes et 24 canons

  • commandement : maréchal Bessières
  • chef d'état-major : général de brigade Roussel
Infanterie de la Garde impériale[modifier | modifier le code]
Cavalerie de la Garde impériale[modifier | modifier le code]
Artillerie de la Garde impériale[modifier | modifier le code]

Commandée par le colonel Joseph Couin, effectif 283 hommes

  • 1re et 2e compagnies à cheval du régiment d'artillerie de la Garde impériale, chacune avec 4 pièces de 8 livres, 2 pièces de 4 livres et 2 obusiers de 6 pouces.
  • compagnies d'artillerie à cheval de la garde royale italienne avec 4 pièces de 8 livres, 2 pièces de 4 livres et 2 obusiers de 6 pouces.
Réserve (provenant du 5e corps)[modifier | modifier le code]
Napoleon-austerlitz.png

1er Corps d'Armée[modifier | modifier le code]

Effectifs totaux : 10 918 fantassins, 1 856 cavaliers, 1 306 artilleurs et 24 canons

3e Corps d'Armée[modifier | modifier le code]

Effectifs totaux : 18 092 fantassins, 1 293 cavaliers, 1 036 artilleurs et 12 canons

2e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

commandée par le général de division Louis Friant

4e Division de Dragons[modifier | modifier le code]

Détachée de la réserve de cavalerie, commandée par le général de division Bourcier

Réserve d'artillerie

  • artillerie à pied : une batterie et demie avec 9 pièces de 12 livres (non arrivée ?)

4e Corps d'Armée[modifier | modifier le code]

Effectifs totaux : 24 172 fantassins, 924 cavaliers, 1 195 artilleurs et 35 canons

1re Division d'Infanterie[modifier | modifier le code]

Commandée par le général de division de Saint-Hilaire

2e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

Commandée par le général de division Vandamme

3e Division d'Infanterie[modifier | modifier le code]

Commandée par le général de division Claude Juste Alexandre Legrand

Division de Cavalerie Légère[modifier | modifier le code]

Commandée par le général de brigade Pierre Margaron

3e Division de Dragons[modifier | modifier le code]

Commandée par le général de division Beaumont (absent pour maladie remplacé par le général de brigade Boyé)

Réserve d'artillerie

5e corps d'armée[modifier | modifier le code]

Effectifs totaux : 1 567 fantassins, 640 cavaliers, 774 artilleurs et 20 canons

  • Commandé par le Maréchal Lannes
3e division d'infanterie[modifier | modifier le code]

Commandée par le général de division Suchet

1re division d'infanterie[modifier | modifier le code]

(Détachée du 3e corps d'armée), commandée par le général de division Marie François Auguste de Caffarelli du Falga

2e division de dragons[modifier | modifier le code]

(Rattachée), commandée par le général de division Frédéric Henri Walther

Réserve de cavalerie[modifier | modifier le code]

Effectifs totaux : 15 681 cavaliers, 607 artilleurs et 36 canons

1re division de cavalerie lourde[modifier | modifier le code]

commandée par le général de division Nansouty :

2e division de cavalerie lourde[modifier | modifier le code]

Commandée par le général de division Jean Joseph Ange d'Hautpoul

1re division de cavalerie légère[modifier | modifier le code]

Rattachée au 1er corps d'armée, commandée par le général de division Kellermann

5e division de cavalerie légère[modifier | modifier le code]

Rattachée au 5e corps d'armée, commandée par le général de brigade Jean Louis François Fauconnet

Rattachée :

Grand parc d’artillerie[modifier | modifier le code]

  • artillerie à pied : une batterie avec 6 pièces de 3 livres autrichiennes et deux autres avec 6 pièces de 12 livres, 230 hommes, issues du 7e régiment d'artillerie

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « -La Garde Royale (généralités) », histoire 1805-1814, sur www.histunif.com (consulté le 7 décembre 2011)

Voir aussi[modifier | modifier le code]