30e régiment d'infanterie (France)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 30e régiment d'infanterie.

30e régiment d'infanterie
Création 1775
Dissolution 1989
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de terre
Type Régiment d’infanterie
Rôle Infanterie
Garnison Annecy
Thonon
Rumilly
Montmélian
Ancienne dénomination Régiment de Perche
Inscriptions
sur l’emblème
Valmy 1792
Austerlitz 1805
Wagram 1809
Moskowa 1812
Solférino 1859
Champagne 1915
Reims 1916
La Malmaison 1917
Reims 1918
Anniversaire Saint-Maurice
Guerres Campagne de Russie
Première Guerre mondiale
Fourragères aux couleurs du ruban de la Médaille militaire
Décorations Croix de guerre 1914-1918
quatre palmes

Le 30e régiment d'infanterie (30e RI) est un régiment d'infanterie de l'Armée de terre française créé sous la Révolution à partir du régiment de Perche, un régiment français d'Ancien Régime

Création et différentes dénominations[modifier | modifier le code]

  • 1775 : Créé sous le nom de régiment de Perche à partir des 2e et 4e bataillons du régiment du Dauphin
  • 1791 : Renommé 30e régiment d’infanterie de ligne .
  • 1796 : 30e demi-brigade d’infanterie de ligne, constitué des unités suivantes :
  • 1803 : 30e régiment d’infanterie de ligne
  • 1914 : À la mobilisation, il donne naissance au 230e régiment d’infanterie
  • 1921 : Dissolution du 30e RI
  • 1939 : 30e demi-brigade alpine de forteresse (30eDBAF)
  • 1940 : Dissolution
  • 1956 : Recréé
  • 1983 : Centre d'Entraînement Commando - 30e RI de Bonifacio
  • 1989 : Dissolution

Colonels/chef-de-brigade[modifier | modifier le code]

(*) Ces six officiers sont devenus par la suite généraux de brigade.
(**) Officiers devenus par la suite généraux de division.

Colonels tués et blessés pendant qu'ils commandaient le 30e régiment d'infanterie de ligne :

  • Chef de brigade Darnaud blessé le 19 juin 1799
  • Colonel Valterre blessé le 21 décembre 1800 et le 8 février 1807
  • Colonel Joubert blessé le 6 juillet 1809
  • Colonel Buquet blessé le 7 septembre 1812
  • Colonel Ramand blessé le 9 février 1814

Historique des garnisons, combats et bataille[modifier | modifier le code]

Ancien Régime[modifier | modifier le code]

Révolution et Empire[modifier | modifier le code]

30e régiment d’infanterie
30e demi-brigade de première formation
30e demi-brigade de deuxième formation
30e régiment d’infanterie de ligne
Officiers tués et blessés au service du 30e régiment d'infanterie (entre 1804-1815) 
  • Officiers tués : 51
  • Officiers morts des suites de leurs blessures : 12
  • Officiers blessés : 126

1815 à 1852[modifier | modifier le code]

  • 1830 : Une ordonnance du 18 septembre créé le 4e bataillon et porte le régiment, complet, à 3 000 hommes[1].

Second Empire[modifier | modifier le code]

Képi d'infanterie de ligne

De 1871 à 1914[modifier | modifier le code]

Durant toute cette période le régiment sera en garnison à Annecy

En 1878, le régiment est commandé par le Lieutenant Colonel Dortu. Le commandant Dallemagne y sert à la même époque.

Première Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

1914[modifier | modifier le code]

1915[modifier | modifier le code]

1916[modifier | modifier le code]

1917[modifier | modifier le code]

1918[modifier | modifier le code]

Entre-deux-guerres[modifier | modifier le code]

Il sera dissous en 1921.

Seconde Guerre mondiale[modifier | modifier le code]

En 1939 : Le régiment est reconstitué le 25 août par le CMI 147 de Modane sous le nom de 30e demi-brigade alpine de forteresse (DBFA), il appartient au secteur fortifié de Savoie. Il appartient à la composante du 71e, 81e, 91e brigades alpines de forteresse (BAF). Il est implanté sur dix neuf fortifications de la ligne Maginot entre Modane et Lanslebourg-Mont-Cenis et Valloire. Il est avec le 160e régiment d'artillerie de position (RAP).

De 1945 à nos jours[modifier | modifier le code]

Recréé en 1956, il sera présent en Algérie.
Il est en tant que CEC Ne30 (centre d'entrainement commando 30e RI) a eu une courte existence il était en Corse à Bonifacio, puis il sera dissous en 1989.

Drapeau[modifier | modifier le code]

Il porte, cousues en lettres d'or dans ses plis, les inscriptions suivantes[2]:

Fourragère aux couleurs de la Médaille militaire

30e régiment d'infanterie de ligne - drapeau.svg

Décorations[modifier | modifier le code]

Sa cravate est décorée de la Croix de guerre 1914-1918 avec quatre palmes (Quatre citations à l'ordre de l'armée).

Il a le droit au port de la Fourragère aux couleurs du ruban de la Médaille militaire décernée le 7 janvier 1919.

Personnalités[modifier | modifier le code]

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Archives militaires du Château de Vincennes.
  • À partir du Recueil d'historiques de l'Infanterie française (général Andolenko - Eurimprim 1969).
  • Historique du 30e R.I. : 4 citations fourragère aux couleurs de la médaille militaire, Annecy, Hérisson, 96 p., disponible sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Histoire de l'infanterie en France de Victor Louis Jean François Belhomme Vol 5 page 151
  2. Décision n°12350/SGA/DPMA/SHD/DAT du 14 septembre 2007 relative aux inscriptions de noms de batailles sur les drapeaux et étendards des corps de troupe de l'armée de terre, du service de santé des armées et du service des essences des armées, Bulletin officiel des armées, n°27, 9 novembre 2007

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]