Jean-Baptiste Noirot (général)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Noirot et Jean-Baptiste Noirot.

Jean-Baptiste Noirot
Jean-Baptiste Noirot (général)
Le général Jean-Baptiste Noirot.

Naissance
Port-sur-Saône, Haute-Saône
Décès (à 57 ans)
Chassey-les-Scey, Haute-Saône
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade Général de brigade
Années de service 1788-1824
Conflits Guerres de la Révolution française
Guerres napoléoniennes
Distinctions Baron de l’Empire
Commandeur de la Légion d’honneur
Chevalier de Saint-Louis

Jean-Baptiste Noirot, né le à Port-sur-Saône en Haute-Saône et mort le à Chassey-les-Scey, dans le même département, est un général français de la Révolution et de l’Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Du garde du corps au colonel[modifier | modifier le code]

Entré en service dans les gardes du corps du comte d’Artois le 19 octobre 1788, Noirot est réformé lors de la suppression de ces gardes le 12 septembre 1791. Il est nommé sous-lieutenant au 19e régiment de cavalerie le 10 mars 1792, aide de camp du général Jean du Teil, son beau-père, le 4 mars 1793, à l'armée de la Moselle. Ayant servi au siège de Toulon, il passe à l'armée d'Italie en l'an II. Capitaine le 30 décembre 1793, il est affecté à l'armée du Rhin et nommé chef d’escadron le 1er décembre 1795. Le 28 décembre 1796, il est nommé inspecteur de cavalerie.

Passé avec son grade au 13e régiment de dragons le 18 avril 1798, il se distingue au siège de Philippsbourg. Promu chef de brigade au 23e régiment de cavalerie le 12 août 1799, il passe à l’armée du Rhin et se signale à Phalsbourg, puis il prend le commandement du 5e régiment de cuirassiers le 30 décembre 1802. Il devient membre de la Légion d'honneur le 11 décembre 1803 et officier de l’ordre le 14 juin 1804.

Général de l'Empire[modifier | modifier le code]

Il prend part à la campagne d’Autriche de 1805, se distingue à Austerlitz et devient commandeur de la Légion d’honneur le 25 décembre 1805. Il est promu général de brigade le 31 décembre 1806. Affecté à l’armée de réserve le 8 juillet 1807, il reçoit le commandement du département de la Meuse-Inférieure le 12 avril 1807, puis celui du dépôt de cavalerie de Burgos le 12 décembre de la même année. Mis à la disposition du maréchal Jourdan à l’armée d’Espagne, il devient gouverneur de Santander le 24 avril 1809, puis est affecté à l’état-major du 4e corps de l’armée de la péninsule. Rentré en France, il reçoit le commandement du département de Seine-et-Oise le 13 février 1812. Il est créé baron de l’Empire le 22 mars 1813, et reçoit le commandement du dépôt de cavalerie à Erfurt le 9 mai suivant. S’étant laissé surprendre par l’ennemi, il est destitué et emprisonné pour négligence le 30 septembre 1813.

Au service du roi[modifier | modifier le code]

Après l’abdication de l’Empereur, il est réintégré le 4 juillet 1814, nommé inspecteur général de la gendarmerie le 18 juillet 1814, et chevalier de l’ordre de Saint-Louis le 29 juillet 1814. Il n’est pas employé pendant les Cent-jours. Mis en non-activité le 1er janvier 1816, il est admis à la retraite le 1er décembre 1824. Il meurt le 18 septembre 1826 à Chassey-les-Scey. Son épouse Marguerite, fille du général Jean du Teil (1738-1820), lui donna une fille unique née en 1793.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  • Thierry Pouliquen, Les généraux français et étrangers ayant servis dans la Grande Armée.
  • Les Comtois de Napoléon : cent destins au service de l'Empire par Thierry Choffat, Jean-Marie Thiébaud et Gérard Tissot-Robbe.