Pierre Hugues Victoire Merle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Merle (homonymie).
Pierre Hugues Victoire Merle
Image illustrative de l'article Pierre Hugues Victoire Merle

Naissance
Montreuil (Pas de Calais)
Décès (à 64 ans)
Lambesc (Bouches-du-Rhône)
Origine Drapeau de la France France
Arme infanterie
Grade général de division
Années de service 1781-1816
Distinctions baron de l'Empire
grand officier de la Légion d'honneur
chevalier de Saint-Louis
Hommages nom gravé sous l'Arc de triomphe de l'Étoile, 35e colonne.

Pierre Hugues Victoire Merle, né à Montreuil (Pas-de-Calais) le , mort à Lambesc (Bouches-du-Rhône) le , est un général de la Révolution française et du Premier Empire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il s'enrôla dans le 53e régiment d'infanterie, ci-devant de Foix, le 4 mai 1781, et obtint son congé le 4 septembre 1782.

Entré comme grenadier au 80e régiment d'infanterie ci-devant Angoumois le 14 décembre 1784, il devint caporal de fusiliers le 1er avril 1789, fourrier de grenadiers le 26, sergent-major le 18 avril 1791, sous-lieutenant le 19 juin 1792 et enfin lieutenant le 24 octobre suivant.

Merle était alors à l'armée des Pyrénées-Occidentales sous les ordres du général Moncey ; sa bonne conduite, autant que sa bravoure, lui valurent, le 1er mai 1793, le grade de capitaine d'une compagnie d'artilleurs, formée par arrêté du représentant du peuple Garrau.

Commandant du fort Socoa, le 1er septembre, il fut nommé chef de bataillon d'artillerie que les représentants du peuple, en mission à l'armée des Pyrénées-Occidentales, formèrent le 1er germinal an II.

Élevé au grade de général de brigade le 25 du même mois (14 avril 1794), Merle se distingua, le 22 thermidor, à Tolosa. La ville était défendue par 8 000 Espagnols. À la tête de deux escadrons du 12e régiment de hussards, il exécuta une charge, dans Tolosa même, sur un régiment de cavalerie ennemie, le mit en déroute, lui tua un grand nombre d'hommes, lui fit 100 prisonniers, enleva 2 mortiers, et Tolosa tomba en son pouvoir avec des magasins considérables de subsistances ; le général Moncey, dans plusieurs rapports qu'il adressa au gouvernement fit souvent l'éloge du général Merle.

Pourvu d'un commandement dans l'Ouest le 23 fructidor an III, ce général passa à l'armée des côtes de l'Océan le 11 nivôse an IV, à celle des Alpes le 23 messidor suivant, puis fut employé dans la 8e division militaire le 22 vendémiaire an V.

Le Directoire, sur des rapports calomnieux, le fit arrêter et traduire par-devant un conseil de guerre le 22 fructidor de la même année. Son innocence ayant été reconnue à l'unanimité des voix, il reçut l'ordre du premier Consul d'aller prendre un commandement dans la 17e division militaire le 19 nivôse an VIII, se rendit ensuite dans la 14e, fit partie de l'armée de réserve le 2 prairial, commanda une subdivision dans la 27e division militaire en l'an IX, devint membre de la Légion d'honneur le 19 frimaire an XII, et enfin commandant de l'Ordre le 25 prairial. En l'an XIV, Merle servit avec distinction à la grande armée d'Allemagne.

Gouverneur de Braunau le 8 brumaire, il se trouva à la bataille d'Austerlitz, eut deux chevaux tués sous lui, et mérita d'être nommé général de division le 3 nivôse.

Employé au corps d'observation des côtes de l'Océan le 8 juin 1808, il retourna presque immédiatement en Espagne, y signala son arrivée par la prise de Valladolid, se porta de là sur Santander, concourut au succès du combat de Medina de Rioseco, et reçut, le 4 septembre la décoration de grand officier de la Légion d'honneur.

Devenu baron de l'Empire vers le même temps, le général Merle, de concert avec le général Mermet, culbuta, le 15 janvier 1809, l'avant-garde anglaise qui, après avoir débarqué à la Corogne, s'était emparée des hauteurs de Vilaboa.

Le général Reynier l'ayant chargé d'une expédition dans les montagnes de Xérès, en Estramadure en 1810, il y rencontra, près de Salvatierra, l'avant-garde espagnole, nouvellement renforcée de 8 000 hommes, attaqua avec vigueur toutes ces troupes réunies, les battit et les dispersa entièrement. Il combattit avec sa valeur accoutumée à Buçaco en Portugal, eut le bras fracassé dans cette affaire par la mitraille, et reçut une blessure grave à Oporto.

Mis en disponibilité le 24 novembre 1811, il reçut l'ordre le 26 avril 1812 d'aller prendre le commandement de la 3e division de réserve destinée à faire la campagne de Russie. C'est lui qui, à la tête de la division, couvrit le front de la place de Polotsk, qu'il protégea contre le corps d'armée du général Wittgenstein.

Pendant la retraite de l'armée française il se fit encore remarquer à Polotsk, où il repoussa victorieusement l'ennemi, malgré la supériorité numérique de ses forces. Obligé toutefois d'évacuer cette ville, le général Merle parvint à emmener avec lui tous les bagages et plus de 140 pièces d'artillerie, qui lui furent opiniâtrement disputées par les Russes. Les soldats surnommèrent ce beau fait d'armes affaire de la nuit infernale. Merle joignit à ces importants services celui de conduire jusqu'en Pologne le reste de sa division, accrue de plusieurs débris de l'armée qu'il avait recueillis sur sa route.

Appelé au commandement de la 25e division militaire, il se prononça, en 1814, pour la cause des Bourbons, adhéra un des premiers aux actes du gouvernement provisoire, reçut la décoration de chevalier de Saint-Louis le 27 juin, et eut l'inspection générale de la gendarmerie.

Au mois de mars 1815, le général Merle accompagna le duc d'Angoulême dans le Midi. Ce prince le chargea, conjointement avec le général de Vogué, de la défense importante de Pont-Saint-Esprit, pour s'assurer une retraite, si le sort des armes ne lui était pas favorable. L'approche des troupes impériales, dont le nombre augmentait chaque jour considérablement, détermina l'évacuation de cette place. Merle se disposant à faire un mouvement sur Montdragon, écrivit, au duc d'Angoulême qu'il laissait cependant M. de Vogué à la garde du pont avec 150 gardes nationaux, qui l'abandonnèrent presque aussitôt.

En 1816, il obtint sa retraite avec une pension de 6 000 francs, et mourut à Lambesc, où il s'était retiré, le 5 décembre 1830.

Son nom est gravé sur l'arc de triomphe de l'Étoile, côté Ouest.

Source[modifier | modifier le code]

« Pierre Hugues Victoire Merle », dans Charles Mullié, Biographie des célébrités militaires des armées de terre et de mer de 1789 à 1850, [détail de l’édition]