François Marie Clément de La Roncière

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
François Marie Clément de La Roncière
François Clément de La Roncière (collection particulière)
François Clément de La Roncière (collection particulière)

Naissance
Amiens (Somme)
Décès (à 81 ans)
Incarville (Eure)
Origine Drapeau de la France France
Arme Cavalerie
Grade Général de division
Années de service 1793-1835
Commandement École de cavalerie de Saumur
Distinctions Baron de l'Empire
Grand officier de la Légion d'honneur
Chevalier de Saint-Louis
Hommages Nom gravé sous l'arc de triomphe de l'Étoile, 11e colonne.

François Marie, comte Clément de La Roncière, né le à Amiens (Somme) et mort le à Incarville (Eure), est un général français de la Révolution et de l’Empire, célèbre sabreur et héros de la bataille de Monte-Alto.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Fils de François Nicolas Clément, seigneur de La Roncière, procureur au Parlement et receveur général des aides d'Amiens et de Claude Françoise Ebaudy de Bricon, François Marie de La Roncière entre à vingt ans comme simple soldat au 13e Régiment de Chasseurs à Cheval à l'armée du Nord le 1er mars 1793.

Une carrière rapide[modifier | modifier le code]

L'ascension de François Marie Clément de la Roncière est très rapide, maréchal des logis le 15 mai 1793, il est nommé sous-lieutenant le 10 juin, puis lieutenant le 1er septembre de la même année.

En l'an II et en l'an III, il sert aux armées du Nord et de Sambre-et-Meuse, et est promu au grade de capitaine le 23 septembre 1795. Pendant quelques mois, Il est ensuite détaché et affecté à l'armée du Rhin où il remplit les fonctions d'officier d'état-major auprès du général François Joseph Lefebvre et ne revient dans son régiment que le 30 juin 1796. Étant rentré à son régiment, il le suit en l'an V à l'armée d'Italie et à l'armée de Rome.

En 1797, il passe à l'armée d'Italie et ne tarde pas à y accomplir des exploits épiques, ce qui lui vaut d'être nommé chef d'escadron le 19 février 1797. En 1798, il sert à l'armée de Rome, puis l'année suivante, à l'armée de Naples et il participe au dur combat de Modène. À la bataille de la Trebbia, il est blessé d'un coup de feu à la jambe gauche, mais parvient à battre l'ennemi à Monte-Alto, il attaque, avec 150 chevaux, une division de 6 000 hommes, dont 800 de cavalerie, la met en déroute et lui fait 1 000 prisonniers. Cette belle victoire lui vaut d'être nommé le 1er messidor an VII (19 juin 1799), colonel à titre provisoire « à la suite » du 19e régiment de chasseurs, et il prend le commandement du 16e dragons le 22 du même mois (10 juillet 1799).

Blessé à douze reprises[modifier | modifier le code]

Il fait la campagne de l'an VII à l'armée de Naples, et est envoyé en l'an IX, à l'armée gallo-batave. Il participe au combat de Nuremberg et sert jusqu'en l'an X sous Augereau. Le 18 décembre 1800, il est sous les ordres de Treillard. En l'an XII, tandis que son régiment, qui a fait partie du camp de Compiègne, tient garnison à Soissons, il reçoit le 19 frimaire, la décoration de membre de la Légion d'honneur et celle d'officier le 25 prairial. Il n'est élevé au rang de commandant de l'Ordre que le 4 nivôse an XIV.

Il réintègre la Grande Armée en septembre 1805 et il est versé à la 3e division de dragons, sous Beaumont, puis à la brigade Van Marizy, en octobre 1806. Le 31 décembre 1806, L'Empereur le fait général de brigade de cavalerie, affecté à la 2e division de grosse cavalerie de Saint-Sulpice - 1er et 5e Cuirassiers. En mars 1808, François Marie Clément de la Roncière est créé baron d'Empire, et le 15 octobre suivant, il passe à l'armée du Rhin. Le 1er avril 1809, il est à l'armée d'Allemagne et se bat avec panache et courage à Eckmühl. Le 22 avril 1809, il est blessé de onze coups de sabre et d'un coup de feu, et doit être amputé du bras gauche. Il est à peine guéri de sa blessure, lorsque Napoléon lui donne à commander le 10 juin, une brigade de la division d'Hautpoul à l'armée de réserve. Le 11, il le récompense de ses services par le grade de général de division.

L'École de cavalerie de Saint-Germain-en-Laye[modifier | modifier le code]

Le 8 août, il est nommé commandant de l'École de cavalerie de Saint-Germain-en-Laye[1], poste qu'il occupe jusqu'en août 1812. Il reçoit le 8 septembre 1812, le commandement de la 27e division militaire, puis le 27 avril 1814, celui du Piémont en remplacement du prince Camille Borghèse.

Restauration et Monarchie de Juillet[modifier | modifier le code]

Il occupe ce poste lors des événements de 1814, et fait sa soumission au nouveau gouvernement. Louis XVIII le fait chevalier de Saint-Louis le 24 juillet 1814, puis comte en 1815.

Mis à la retraite le 6 octobre 1815, M. Clément de la Roncière est rappelé à l'activité le 7 février 1831, et est nommé inspecteur-général de cavalerie dans les 2e et 3e divisions militaires le 17 mars.

En 1834, Louis-Philippe Ier lui confie une inspection générale de gendarmerie et l'attache à la commission de cette arme. Passé en cadre de réserve en 1835, il est fait grand officier de la Légion d'honneur le 30 avril 1835, puis mis en retraite, François Marie Clément de la Roncière meurt à Incarville dans l'Eure, le 28 juillet 1854.

Son nom est gravé sur l'arc de triomphe de l'Étoile, côté Est.

Famille[modifier | modifier le code]

D'un premier mariage avec une Hollandaise, Wilhelemine von Metting, épousée en 1801, le général de la Roncière eut un fils, Emile, protagoniste en 1835 d'une des plus retentissantes affaires judiciaires du XIXe siècle. Son deuxième fils, Camille Adalbert, né de son union avec Adélaïde Le Noury de La Guignardière devint quant à lui officier de marine et se distingua en 1870 pendant le siège de Paris.

Armoiries[modifier | modifier le code]

Figure Blasonnement
Ornements extérieurs Barons de l'Empire français.svg
Blason famille fr François Marie Clément de La Roncière (baron).svg
Armes du baron de La Roncière et de l'Empire (décret du 19 mars 1808, lettres patentes du 20 juillet 1808 (Bayonne)).

Écartelé; au premier et quatrième d'azur au chevron d'or, accompagné en chef de deux étoiles d'argent, et en pointe d'une colombe d'argent portant au bec une branche d'olivier de sinople; au deuxième des barons militaires; au troisième de gueules, au casque de dragons d'or surmonté d'une crinière de sable.[2]

Livrées : les couleurs de l'écu[2].

French heraldic crowns - Baron.svg
Escutcheon to draw-fr.svg
Armes du baron de Clément de La Roncière sous la Restauration et la Monarchie de Juillet

D'azur, au chevron d'or, accompagné en chef de deux étoiles d'argent et en pointe d'une colombe du même, tenant en son bec une branche d'olivier de sinople, au chef d'or, chargé d'un dextrochère de gueules, et au canton senestre de gueules, chargé d'un casque de dragon d'or, à la crinière de sable.[3]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. L'École de Cavalerie n'est transférée à Saumur que sous la première Restauration
  2. a et b PLEADE (C.H.A.N. : Centre historique des Archives nationales (France)).
  3. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor, , 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com

Source partielle[modifier | modifier le code]