Noémie Lvovsky

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Noémie Lvovsky
Description de cette image, également commentée ci-après
Noémie Lvovsky en 2014.
Naissance (53 ans)
Paris, France
Nationalité Drapeau de France Française
Profession Réalisatrice
Scénariste
Actrice
Films notables La vie ne me fait pas peur
Les Sentiments
Faut que ça danse !
Les Beaux Gosses
Camille redouble

Noémie Lvovsky, née le à Paris, est une réalisatrice, scénariste et actrice française.

Elle a été notamment nommée une fois au César de la meilleure actrice, une fois à celui du meilleur réalisateur et six fois à celui de la meilleure actrice dans un second rôle.

Biographie[modifier | modifier le code]

Famille[modifier | modifier le code]

Son nom de famille est d'origine juive russe. Ses grands-parents paternels ont quitté Odessa pour fuir l’antisémitisme. Par goût pour la littérature française et l’issue de l’affaire Dreyfus, son grand-père a installé toute sa famille dans un immeuble à Paris. Mis à part son père, tous sont morts en déportation lors de la seconde guerre mondiale[1].

Sa mère est d'origine toulousaine.

Elle a eu un fils, Paolo, avec un psychiatre[1].

Formation[modifier | modifier le code]

Après des études de lettres, Noémie Lvovsky suit les cours d'analyse de films de Jean Douchet, rencontre décisive. Elle intègre ensuite La Fémis[2].

En 1988, elle écrit et réalise Dis-moi oui, dis-moi non, avec, entre autres, Valéria Bruni-Tedeschi et Emmanuelle Devos. La rencontre avec ces deux actrices est déterminante et marque le début d’une longue série de collaborations. Dis-moi oui, dis-moi non obtient le Grand Prix au Festival européen du film court de Brest ainsi que le prix du jury au Filmschoolfest Munich (en) et est sélectionné à Cannes dans la Section parallèle.

En 1990, elle est diplômée de La Fémis, département Scénario.

Réalisatrice et scénariste[modifier | modifier le code]

Elle collabore en tant que scénariste, directrice de casting et scripte avec Arnaud Desplechin et participe notamment à l'écriture de La Vie des morts (1991) et de La Sentinelle (1992).

Noémie Lvovsky écrit et réalise son premier long-métrage, Oublie-moi avec Valéria Bruni-Tedeschi et Emmanuelle Devos en 1995. Le film est récompensé par les Prix du meilleur scénario au Festival International du film de Thessalonique, et par le Grand Prix du jury au Festival International du Film de Belfort. Elle collabore ensuite avec Philippe Garrel à l’écriture de son film Le Cœur fantôme en 1996. 

En 1997, elle écrit et réalise le téléfilm Petites pour Arte et entame alors sa collaboration avec Florence Seyvos, qui continuera de travailler avec elle sur l’écriture de chacun de ses films.

Son troisième long métrage, La vie ne me fait pas peur, qu’elle a écrit et réalisé, sort en 1999. Le film remporte le prix Jean-Vigo et le Léopard d’Argent au Festival de Locarno. En 2000, elle est récompensée par le prix France Culture de la Meilleure réalisatrice de l’année au Festival de Cannes pour ce film. La vie ne me fait pas peur est au programme scolaire dans le cadre du dispositif Lycéens et apprentis au Cinéma[réf. nécessaire]. À la question, quel est le film qui vous a donné envie d’être réalisatrice, Céline Sciamma répond dans une interview : « La vie ne me fait pas peur, de Noémie Lvovsky, j’avais dix ans. Mais avant lui il y a eu Petites. Je me suis dit : « Ah il y a des filles qui font ce métier », et c’est donc à ce moment-là que j’ai commencé à penser à être réalisatrice »[réf. nécessaire].

En 2002, Noémie Lvovsky coécrit le premier long-métrage de Valéria Bruni-Tedeschi, Il est plus facile pour un chameau.... L'année suivante, elle écrit et réalise Les Sentiments, qui remporte un grand succès public et critique[réf. nécessaire]. Le film est un succès en salles, il obtient le prix Louis-Delluc et est nommé au César du Meilleur Film en 2004.  Sort ensuite, en 2007, Faut que ça danse !, son quatrième long-métrage. 

En 2012, le sixième film de Noémie Lvovsky, Camille redouble, qu’elle écrit, réalise et dans lequel elle tient le rôle principal, clôture la Quinzaine des Réalisateurs à Cannes où il remporte le prix SACD. Camille redouble reçoit le prix Variety Piazza Grande au Festival de Locarno la même année et treize nominations lors de la cérémonie des César 2013 dont celles de Meilleur Film, Meilleure Réalisatrice et Meilleure Actrice. Camille redouble est au programme scolaire dans le cadre du dispositif Lycéens et apprentis au Cinéma[réf. nécessaire]

Elle travaille à nouveau avec Valéria Bruni-Tedeschi sur l’écriture d’Un château en Italie qui est sélectionné en compétition officielle au Festival de Cannes 2013. En 2014, elle adapte avec Valéria Bruni-Tedeschi la pièce d'Anton Tchekhov, Les Trois Sœurs, pour la télévision. Le film est diffusé sur Arte, dans le programme Collection Théâtre.

Pour la clôture du Festival Paris en toutes lettres, la Maison de la Poésie accueille Noémie Lvovsky et Gaëtan Roussel, qui a signé la musique originale de Camille redouble, pour un Concert littéraire à deux voix. En 2014, elle écrit avec Florence Seyvos, le scénario de Demain et tous les autres jour.

En 2015, elle reçoit le Prix d'interprétation pour Rosalie Blum au Festival du film de Sarlat. La même année, elle tourne sous la direction de Catherine Corsini dans La Belle Saison et, est nommée aux Césars 2016 dans la catégorie meilleure actrice dans un second rôle.  

En 2015, elle reçoit le Prix de la Meilleure fiction française au Prix du Syndicat Français de la Critique 2015, pour Les Trois Sœurs.    

Elle reçoit le Prix SACD Cinéma en 2018[réf. nécessaire].

Comédienne[modifier | modifier le code]

Parallèlement à sa carrière de scénariste et de réalisatrice, elle commence sa carrière de comédienne dans Ma femme est une actrice d’Yvan Attal en 2001. Elle obtient pour cette interprétation sa première nomination au César de la Meilleure Actrice dans un second rôle.

En 2004, elle retrouve Arnaud Desplechin, cette fois en tant que comédienne, dans Rois et reine. Elle tourne pour Emmanuelle Bercot dans Backstage en 2005 et retrouve Valéria Bruni-Tedeschi pour l’écriture d' Actrices (2007) – dans lequel elle est aussi comédienne. Elle sera à nouveau nommée dans la catégorie Meilleure Actrice dans un second rôle aux César 2006 et 2008 pour ses rôles dans Backstage et dans Actrices[réf. nécessaire].

La comédienne tourne sous la direction de Riad Sattouf dans Les Beaux gosses (2009) et est à nouveau nommée aux César en tant que Meilleure Actrice dans un second rôle[réf. nécessaire]. Elle joue aussi dans L'Apollonide : Souvenirs de la maison close de Bertrand Bonello, présenté en Sélection officielle lors du Festival de Cannes 2011. Elle est pour ce rôle, nommée pour la cinquième fois dans la catégorie Meilleure Actrice dans un second rôle aux César. En 2011, elle est à l'affiche de L'Amour, la mort, les fringues, pièce mise en scène par Danièle Thompson au Théâtre Marigny. Noémie Lvovsky travaille ensuite avec Delphine et Muriel Coulin pour 17 filles (2011), avec Julie Delpy  pour Le Skylab (2012), et avec Benoît Jacquot pour Les Adieux à la reine (2012).

Noémie Lvovsky retrouve Riad Sattouf pour Jacky au royaume des filles (2013) puis elle tourne dans Week-ends d’Anne Villacèque (2013), Tristesse Club de Vincent Marriette (2013), Tiens-toi droite de Katia Lewkowicz (2013). Elle joue aussi dans My Old Lady (2014) réalisé par Israël Horovitz, aux côtés de Kevin Kline et de Maggie Smith, dans Les Jours venus réalisé par Romain Goupil (2014), La Belle saison réalisé par Catherine Corsini (2014), Comme un avion réalisé par Bruno Podalydès (2014) et dans Ainsi soient-ils, la série prestige pour Arte réalisée par Rodolphe Tissot (2014).

En 2015, elle tourne Rosalie Blum, de Julien Rappeneau, puis dans son propre film, Demain et tous les autres jours (2016) et Willy 1er, de Ludovic Boukherma et Zoran Boukherma, Marielle Gauthier et Hugo P. Thomas (2016).

En 2017, elle retrouve Valeria Bruni Tedeschi dans Les Estivants, puis tourne pour Pierre Schoeller dans Un Peuple et son Roi, dans le téléfilm Les Impatientes, de Jean-Marc Brondolo, dans Nox (Série Canal +), de Mabrouk El Mechri, dans Deux fils, de Félix Moati; dans Les invisibles, de Louis-Julien Petit (2018), dans Play, d'Anthony Marciano (2018) et dans La Frontière, de Frédéric Fonteyne (2018).

Engagements[modifier | modifier le code]

Noémie Lvovsky fait partie des 66 cinéastes qui signent le manifeste appelant à la désobéissance civile contre les « lois Pasqua-Debré » en 1997.

Elle se définit comme politiquement « à gauche »[1].

Membre de jury[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (août 2018)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

En 2012 Noémie Lvovsky est membre du jury de la compétition Internationale du 65e Festival du Film de Locarno.

Au début de 2013, elle préside le Jury de la 25e édition du Festival Premiers Plans d'Angers.

En octobre 2013 elle fait partie du jury du réalisateur James Gray lors du Festival international du film de Rome.

En 2014, lors du 65e Festival de Cannes, elle est membre du Jury présidé par Abbas Kiarostami  de la Cinéfondation et des Courts Métrages.

Filmographie[3][modifier | modifier le code]

Comme réalisatrice[modifier | modifier le code]

Longs métrages[modifier | modifier le code]

Courts métrages[modifier | modifier le code]

  • 1986 : La Belle
  • 1987 : Une visite
  • 1989 : Dis-moi oui, dis-moi non
  • 1990 : Embrasse-moi

Comme scénariste[modifier | modifier le code]

Comme actrice[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Télévision[modifier | modifier le code]

Web-séries[modifier | modifier le code]

  • 2017 : Loulou, épisode 2 Les Parents : la mère de Loulou

Théâtre[modifier | modifier le code]

Poésie[modifier | modifier le code]

Directrice de casting[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Prix et nominations[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2017)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a b et c « Noémie lvovsky, dame de chœurs », Libération.fr,‎ (lire en ligne)
  2. AlloCine, « Noémie Lvovsky », sur AlloCiné (consulté le 26 avril 2017)
  3. AlloCine, « Filmographie Noémie Lvovsky », sur AlloCiné (consulté le 26 avril 2017)
  4. Séries et téléfilms pour 2017/2018 - article du 12 juillet 2017 (consulté le 28 août 2017)
  5. Marc Champenois, « Ordre des Arts et des Lettres - Nominations et promotions du 07-2004 », sur www.france-phaleristique.com (consulté le 26 avril 2017)
  6. « Nomination dans l'ordre des Arts et des Lettres septembre 2012 - Ministère de la Culture et de la Communication », sur www.culturecommunication.gouv.fr (consulté le 26 avril 2017)
  7. Nicolas Bellet, « Le palmarès de la 20e édition du festival de la fiction TV de La Rochelle présenté par les lauréats », sur Première, (consulté le 21 octobre 2018).

Liens externes[modifier | modifier le code]